webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Dirigeants
 

Faillite personnelle et procédure collective : Rappel de l’exigence d’antériorité des faits

Cass. com., 6 mars 2019, n°17-26.495

Une mesure de faillite personnelle peut être prononcée uniquement lorsque les faits reprochés au dirigeant sont antérieurs à la date de jugement d’ouverture de la procédure collective.



La société ADB, SARL, a été dirigée par Monsieur S. du 1er janvier 2010 au 6 mars 2013. Par la suite, c’est son épouse Madame I. qui a assumé la gérance de la société.

Le 14 février 2014, une procédure de redressement judiciaire a été ouverte à l’encontre de la société ADB. Le 23 mai, elle a été placée en liquidation judiciaire.

Le liquidateur, ayant relevé notamment que plusieurs chèques émis par une cliente de la société débitrice pour un montant de 212 171,39 euros, bien qu’encaissés, n’apparaissaient ni sur son compte bancaire, ni dans sa comptabilité, a assigné les dirigeants successifs en responsabilité pour insuffisance d’actif et en prononcé d’une mesure de faillite personnelle.

La cour d’appel d’Aix-en-Provence ayant considéré que les époux avaient commis des faits constituant des détournements ou dissimulations d’actifs prévus et sanctionnés par l’article L.653-4 5° du Code de commerce, a donc prononcé une mesure de faillite personnelle à leur encontre et a condamné l’époux à contribuer à l’insuffisance d’actif à concurrence de la somme de 200 000 euros et l’épouse à hauteur de 20 000 euros.

Les deux époux se sont pourvus en cassation.

La Cour de cassation a considéré que le prononcé de la mesure de faillite personnelle et la condamnation à contribuer à l’insuffisance d’actif étaient justifiés concernant l’époux.

Cependant concernant l’épouse, la Cour de cassation a relevé que les faits retenus avaient été commis en février et mai 2014 et a précisé ainsi que : « seuls des faits antérieurs à l’ouverture de la procédure collective peuvent justifier le prononcé d’une mesure de faillite personnelle, et que tel n’était pas le cas des virements incriminés, qui sont postérieurs au 14 février 2014, date du jugement d’ouverture ».

Elle a donc cassé l’arrêt rendu par la cour d’appel d’Aix-en-Provence en ce qu’elle a prononcé à l’encontre de l’épouse une mesure de faillite personnelle, et par voie de conséquence, en ce qu’elle l’a condamnée à supporter pour partie l’insuffisance d’actif.

A rapprocher : Cass. com., 11 décembre 2012, n°11-22.436 F-D, Sté Bâti bien : JurisData n°2012-029306 ; Bull. Joly Sociétés 2013, p. 273, §120, note E. Mouial Bassilana

VOIR AUSSI

L’omission tardive et délibérée de l’état de cessation des paiements : la question de la rétroactivité

Cass. com., 17 décembre 2017, n°17-18.918

- Vu : 1691

La Cour de cassation, par le filtrage d’une question prioritaire de constitutionnalité, permet de se questionner de nouveau sur l’application rétroactive du nouvel alinéa 3 de l’article L.653-8 du Code de commerce.

> Lire la suite

Application restrictive des dispositions de l’article L.650-1 du Code de commerce

Cass. com., 12 juillet 2017, n°16-10.793

- Vu : 3643

Le principe d’irresponsabilité des créanciers posé par l’article L.650-1 du Code commerce n’est pas opposable à la caution.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 14987
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 11298
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 11081
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 6373
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©