webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Le livre foncier : référence du mandataire judiciaire pour l’avertissement d’un créancier titulaire d’une sûreté immobilière publiée

Cass. com., 17 avril 2019, n°17-27.058

En cas de fusion, s’il apparaît, au regard du livre foncier, qu’une sûreté hypothécaire est inscrite au bénéfice de la société absorbée, le liquidateur judiciaire n’a pas à délivrer à la société absorbante, l’avertissement personnel destiné aux créanciers titulaires d’une sûreté publiée. La société absorbante ne pourra se prévaloir du défaut de notification de l’avertissement personnel pour solliciter un relevé de forclusion. Le liquidateur judiciaire n’est pas juge de la régularité des inscriptions et peut donc se fier aux mentions du livre foncier.



En vertu de l’article L.622-24 I du Code de commerce, afin d’assurer la protection des créanciers titulaires d’une sûreté publiée, ces derniers sont avertis personnellement ou, s'il y a lieu, à domicile élu par le mandataire judiciaire, de la nécessité de déclarer leurs créances. Le délai de déclaration de créances de deux mois ne court qu’à compter de la notification de cet avertissement.

En l’espèce, une société a été placée en liquidation judiciaire le 20 septembre 2011 et le jugement a été publié au BODACC le 27 octobre 2011. Le liquidateur judiciaire, après avoir consulté le livre foncier, a invité, en application de l’article L.622-24 I, une société à déclarer ses créances dans la mesure où elle apparaissait comme titulaire d’une sûreté hypothécaire publiée.

Pourtant, antérieurement au jugement d’ouverture de la procédure collective, cette société avait fait l’objet d’une fusion-absorption. La société absorbante n’a pas été personnellement avisée par le liquidateur judiciaire de la nécessité pour elle de déclarer ses créances. Venue au droit de la société absorbée, elle a déclaré sa créance le 28 juillet 2015 et a saisi le juge-commissaire d’une demande en relevé de forclusion.

À la suite du rejet de la cour d’appel, la société absorbante a formé un pourvoi en cassation.

Elle soutenait qu’aucune forclusion ne pouvait lui être opposée dès lors qu’en sa qualité de créancier titulaire d’une sûreté publiée, elle aurait dû être avertie personnellement de la nécessité de procéder à une déclaration de créances.

La Cour de cassation n’a pas fait droit aux demandes de la société absorbante. Elle a constaté que sur le livre foncier, il n’était fait mention que de la société absorbée et que cette inscription avait été renouvelée, à la suite du traité de fusion, avec le nom de ladite société absorbée.

En conséquence, elle a confirmé le raisonnement de la cour d’appel qui avait jugé que le liquidateur, qui n’est pas juge de la régularité des inscriptions, pouvait se fier aux mentions du livre foncier et n’avait pas à délivrer à la société absorbante, l’avertissement personnel destiné aux créanciers titulaires d’une sûreté publiée.

La Cour de cassation rejette donc le pourvoi et a fortiori, la demande en relevé de forclusion.

La solution retenue par la Cour de cassation est logique. En effet, aux fins d’identifier les créanciers devant être personnellement avertis, le liquidateur judiciaire ne peut se fonder que sur les registres officiels dont l’objet est justement de permettre l’information des tiers et l’opposabilité des droits réels des créanciers. Tel est ainsi l’objet du livre foncier s’agissant des sûretés et de privilèges immobiliers.

Le liquidateur judiciaire ne peut être juge de la régularité des mentions y figurant. C’est donc au créancier, et en particulier à la société absorbante dans l’hypothèse d’une fusion-absorption, qu’il appartient de régulariser (ou de mettre à jour) les publications. S’il ne le fait pas, il s’expose à être dans l’incapacité de déclarer les créances nées antérieurement à l’opération de fusion et garanties par des sûretés publiées par la société absorbée.

A rapprocher : Article L.622-24 I du Code de commerce

VOIR AUSSI

Le débiteur n’a pas à rapporter la preuve de son défaut de convocation par le liquidateur pour la vérification des créances

Cass. com., 28 mars 2018, n°17-10.600

- Vu : 1401

Il n’incombe pas au débiteur d’établir qu’il n’a pas été convoqué pour participer à la vérification des créances. Cette preuve négative ne pouvant être rapportée. Le débiteur peut donc interjeter appel de l’état des créances sans avoir à rapporter cette preuve.

> Lire la suite

Cession de gré à gré et dol

Cass. com., 4 mai 2017, n°15-27.899

- Vu : 2248

La cession de gré à gré des actifs du débiteur en liquidation judiciaire, qui doit être autorisée par le juge-commissaire aux prix et conditions qu’il détermine, est une vente faite d’autorité de justice qui ne peut être annulée pour dol.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 13729
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 10413
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 10239
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 6029
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©