webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Admission au passif d’une créance d’intérêts à échoir et adoption d’un plan de sauvegarde

Cass. com., 13 février 2019, n°17-26.361

L’article R.622-23, 2° du Code de commerce n’exigeant l’indication des modalités de calcul des intérêts dont le cours n’est pas arrêté que dans le cas où leur montant ne peut être calculé au jour de la déclaration de créance, la créance doit être admise pour son montant au moment du jugement d’ouverture, sans tenir compte des événements pouvant influer sur le cours des intérêts à échoir.



Par conséquent, le juge-commissaire peut admettre ceux-ci pour leur montant déjà calculé sans prendre en considération les modalités d’un plan ou les sommes pour lesquelles le créancier sera effectivement retenu dans les répartitions et les dividendes.

En l’espèce, une société a été placée en procédure de sauvegarde le 12 octobre 2015, procédure dans laquelle un mandataire judiciaire a été désigné.

Par suite, un plan de sauvegarde a été arrêté et un commissaire à l’exécution du plan a été désigné.

Une banque, créancière de la société débitrice au titre d’un prêt d’équipement consenti le 2 mai 2013, a déclaré sa créance au passif de la procédure. La déclaration de créance, qui mentionnait le montant des échéances à échoir, intérêts inclus, ainsi que leur taux conventionnel, ne précisait toutefois pas les modalités de calcul des intérêts.

Par une ordonnance du 17 novembre 2016, cette créance a été admise par le juge-commissaire.

La cour d’appel, saisie d’un recours contre l’ordonnance du juge-commissaire, a admis la créance au montant qui avait été déclaré (CA Toulouse, 2ème chambre, 28 juillet 2017, n°16/05863).

Les juges du fond ont en effet considéré qu’aucun texte n’obligeait le créancier à distinguer, dans la déclaration de créance, le montant des intérêts à échoir du montant du capital à échoir. Par conséquent, ils en ont déduit que le fait d’indiquer dans la déclaration de créance le montant des échéances à échoir, comprenant tant le capital que les intérêts, n’était pas contraire à l’article R.622-23, 2° du Code de commerce (pour une solution identique : CA Toulouse, 2ème chambre, 28 juillet 2017, n°16/05871).

La société débitrice, le mandataire judiciaire et le commissaire à l’exécution du plan se sont pourvus en cassation.

Ces derniers ont en effet estimé que la déclaration de créance devait, conformément à l’article R.622-23, 2° précité, préciser les modalités de calcul des intérêts dont le cours n’est pas arrêté et dont le montant ne peut être calculé au jour de l’acte, ce qui serait le cas lorsque le terme de la créance d’intérêts dépend des délais et modalités de remboursement prévus par un plan, notamment de sauvegarde.

Considérant que les intérêts ne pouvaient être arrêtés avant remboursement de la créance selon les conditions prévues par le plan de sauvegarde, les demandeurs au pourvoi en ont déduit que la déclaration de créance litigieuse aurait dû mentionner les modalités des calculs des intérêts. Partant, la cour d’appel ayant admis la créance litigieuse pour son montant incluant les intérêts à échoir, aurait violé les articles L.622-25 et R.622-23, 2° du Code de commerce.

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi.

Elle a en effet considéré que l’article R.622-23, 2° du Code de commerce n’exige l’indication des modalités de calcul des intérêts dont le cours n’est pas arrêté que dans le cas où leur montant ne peut être calculé au jour de la déclaration des créances.

Partant, la chambre commerciale a retenu que la créance devait être admise pour son montant au moment du jugement d’ouverture de la procédure

collective, sans tenir compte des événements pouvant influer sur le cours des intérêts à échoir, de sorte que le juge-commissaire pouvait admettre ces intérêts pour leur montant déjà calculé sans prendre en considération les modalités d’un plan ou les sommes pour lesquelles le créancier sera effectivement retenu dans les répartitions et les dividendes.

Pour rappel, la déclaration de créance doit mentionner « le montant de la créance due au jour du jugement d’ouverture avec indication des sommes à échoir et de la date de leurs échéances » (Code de commerce, art. L.622-25). En outre, elle doit préciser « les modalités de calcul des intérêts dont le cours n'est pas arrêté, cette indication valant déclaration pour le montant ultérieurement arrêté » (Code de commerce, art. R.622-23, 2°).

Par conséquent, l’article R.622-23, 2° du Code de commerce ne s’applique pas lorsque le montant des intérêts à échoir peut être calculé par le créancier au jour de sa déclaration de créance. Autrement dit, il n’y a pas lieu de préciser les modalités de calcul des intérêts lorsque la déclaration de créance inclue le montant, déjà calculé, des intérêts à échoir (Cass. com., 5 mai 2015, n°14-13.213).

Outre cette précision, la Cour de cassation rappelle que la créance doit être admise pour son montant au moment du jugement d’ouverture, sans tenir compte des événements pouvant influer sur le cours des intérêts à échoir, solution classique en la matière (Cass. com., 7 novembre 2018, n°17-22.194).

Partant, la Haute juridiction judiciaire en déduit qu’il n’y a pas lieu en l’espèce, et contrairement aux prétentions des demandeurs au pourvoi, de tenir compte de l’adoption d’un plan de sauvegarde postérieur à la déclaration de créance.

A rapprocher : Code de commerce, art. L.622-25 ; Code de commerce, art. R.622-23, 2° ; Cass. com., 5 mai 2015, n°14-13.213 ; Cass. com., 7 novembre 2018, n°17-22.194

VOIR AUSSI

La notion de créance utile à la procédure collective précisée

Cass. com., 9 mai 2018, n°16-24.065

- Vu : 1185
L’appréciation du caractère utile d’une créance doit se faire en considération de l’utilité potentielle de l’opération et non de son utilité réelle appréciée a posteriori. > Lire la suite

Période suspecte et modification de gage, une opération sous contrôle

Cass. com., 27 septembre 2016, n°15-10.421

- Vu : 554

La modification d’un gage en période suspecte ne peut avoir pour effet d’accroître les garanties du créancier et ce, sous peine de nullité.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 8354
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 7138
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 6964
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 4409
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©