webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Procédures collectives
 

Caducité de l’appel contre l’ordonnance d’admission de créance en l’absence de signification des conclusions au mandataire judiciaire non constitué

Cass. com., 13 décembre 2017, n°16-17.975

Le débiteur, qui relève appel d’une décision d’admission de créance, doit intimer le mandataire judiciaire et, si ce dernier n'a pas constitué avocat, lui signifier ses conclusions d'appel dans le délai prévu par l'article 911 du Code de procédure civile sous peine de caducité totale de la déclaration d’appel.



Ce qu’il faut retenir : Le débiteur, qui relève appel d’une décision d’admission de créance, doit intimer le mandataire judiciaire et, si ce dernier n'a pas constitué avocat, lui signifier ses conclusions d'appel dans le délai prévu par l'article 911 du Code de procédure civile sous peine de caducité totale de la déclaration d’appel.

Pour approfondir : En l’espèce, une société, placée en procédure de sauvegarde, relève appel d’une ordonnance d’admission de créance rendue par le juge-commissaire sans signifier ses conclusions d’appel au mandataire judiciaire de la procédure de sauvegarde, lequel n’avait pas constitué avocat dans le délai d’un mois prévu par l’article 911 du Code de procédure civile.

Le conseiller de la mise en état relève d’office la caducité de la déclaration d’appel. Par un arrêt du 29 avril 2016, la Cour d’appel de Bordeaux, statuant sur déféré, confirme l’ordonnance du conseiller de la mise en état au motif que le moyen tiré de la connaissance des conclusions de l’appelant par le mandataire judiciaire n’était pas pertinent et que l’intimé, qui n’avait pas constitué avocat, ne pouvait renoncer à ce délai qui était d’ordre public. La société débitrice forme un pourvoi en cassation contre cet arrêt.

Au soutien de son pourvoi, elle fait valoir que le mandataire judiciaire est le seul fondé à se prévaloir de l’absence de signification des conclusions de l’appelant, et ce d’autant plus lorsqu’il déclare avoir pris connaissance des conclusions. Par un arrêt du 13 décembre 2017, publié au bulletin, la Cour de cassation rejette le pourvoi.

Dans un premier temps, à des fins didactiques, la Cour de cassation précise que, dans le cadre d’une procédure de sauvegarde, l'administrateur judiciaire n'a pas à être intimé sur l'appel du débiteur contre l’ordonnance d’admission d’une créance. Elle confirme ainsi la solution rendue par un arrêt du 20 avril 2017 à propos d’un créancier contestant le rejet de sa créance (Cass. com., 20 avril 2017, n°15-18.182).

Puis, elle décide en ces termes que : « le lien d'indivisibilité, qui unit le mandataire judiciaire au débiteur et au créancier dans l'instance relative à l'admission des créances, impose, au débiteur appelant, d'intimer le mandataire judiciaire et, si ce dernier n'a pas constitué avocat, de lui signifier ses conclusions d'appel dans le délai prévu par l'article 911 du Code de procédure civile ; que c'est donc à bon droit que la Cour d'appel a retenu qu'en sa qualité d'intimé, le mandataire judiciaire ne pouvait renoncer à la caducité de la déclaration d'appel ».

On peut tirer deux enseignements essentiels de cette décision.

D’une part, le lien d’indivisibilité, qui unit le mandataire judiciaire au débiteur et au créancier dans l’instance relative à l’admission des créances, entraine une caducité totale de la déclaration d’appel. Cet arrêt s’inscrit dans le prolongement d’un arrêt du 29 septembre 2015 selon lequel ce lien d’indivisibilité entre le mandataire judiciaire, le débiteur et le créancier impliquait d’intimer chacune des parties sous peine d’irrecevabilité de l’appel (Cass. com., 29 septembre 2015, n°14-13.257).

D’autre part, il n’est pas possible pour un intimé de renoncer à la caducité de la déclaration d’appel issue des carences procédurales de l’appelant.

A rapprocher : Cass. com., 29 septembre 2015, n°14-13.257 ; L.624-3 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Compétence du juge des référés commerciaux en matière de résiliation d’un contrat en cours

Cass. com., 5 septembre 2018, n°17-10.975

- Vu : 425

Le tribunal saisi d’une procédure collective n’est pas compétent pour connaître des contestations sur lesquelles cette procédure n’exerce aucune influence juridique. Ainsi, le juge des référés commerciaux demeure compétent pour statuer sur la contestation d’une résiliation unilatérale d’un contrat régulièrement poursuivi après l’ouverture d’une procédure collective dès lors que ne sont pas en cause les règles propres à ce type de contrat.

> Lire la suite

Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté

- Vu : 3079

En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la transformation des entreprises (PACTE) comporte certaines mesures destinées à faciliter le rebond des entrepreneurs en leur permettant de redresser ou de liquider plus rapidement leur entreprise, ce de manière moins stigmatisante. 

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 5963
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 5890
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 5718
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3556
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©