webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Sort d’une créance indemnitaire née pendant la période d’observation

Cass. com., 17 octobre 2018, n°17-17.672

La Cour de cassation casse pour défaut de base légale l’arrêt de la Cour d’appel fixant au passif le montant d’une créance postérieure, née au cours de la période d’observation d’une procédure de redressement judiciaire, sans préciser si cette dernière était utile ou non à la procédure, ce qui aurait justifié, dans le premier cas, la condamnation du débiteur à la régler et, dans le second cas, le prononcé de l’irrecevabilité de la demande formée contre ce dernier.



En l’espèce, une société, placée en redressement judiciaire suivant jugement du 28 janvier 2011, s’est vue confier les 8 et 15 avril suivants par une société de transport des opérations d’entreposage et de dépotage de cinq conteneurs de téléviseurs importés en France par une autre société. Des téléviseurs ayant été volés dans les entrepôts du débiteur, l’importateur et son assureur ont assigné en responsabilité la société de transport et le débiteur, ainsi que son assureur, mettant ultérieurement en cause le mandataire judiciaire et l’administrateur judiciaire. Les courtiers de l’importateur ont désintéressé ce dernier et son assureur, et ont été subrogés dans leurs droits. Les courtiers, qui n’avaient pas déclaré de créances au passif du débiteur, ont donc à leur tour assigné en paiement ce dernier et ses mandataires de justice.

Par un arrêt en date du 9 mars 2017, la Cour d’appel de Lyon a fixé au passif chirographaire du débiteur la créance des courtiers à la somme de 91 319,21 euros aux motifs que, la créance étant née du sinistre survenu au cours de la période d’observation, elle n’était pas une créance antérieure au sens de l’article L.622-24 du Code de commerce et n’avait pas à être déclarée.

La cassation apparaissait inévitable.

Par un arrêt du 17 octobre 2018, publié au bulletin, la Cour de cassation casse l’arrêt de la Cour d’appel au visa des articles L.622-17, L.622-21 et L.622-24 du Code de commerce, rendus applicables au redressement judiciaire par l’article L.631-14 du même code. Elle décide en ces termes que :

« (…) en se déterminant ainsi, sans préciser si cette créance postérieure réunissait ou non les conditions de son paiement à l’échéance, ce qui aurait justifié, dans le premier cas, la condamnation (du débiteur) à la régler et, dans le second cas, le prononcé de l’irrecevabilité de la demande formée contre cette dernière, la Cour d’appel n’a pas donné de base légale à sa décision. »

Le rappel à la Loi énoncé par la Cour de cassation est des plus didactiques. En effet, en présence d’une créance postérieure, deux solutions sont possibles qui ne sont pas celles retenues par la juridiction d’appel. Soit il s’agit d’une créance postérieure privilégiée, il convient donc de prononcer une condamnation en paiement conformément aux dispositions de l’article L.622-21 du Code de commerce. A l’inverse, dans l’hypothèse où il ne s’agit pas d’une créance postérieure privilégiée, l’action en paiement est irrecevable compte tenu de l’arrêt des poursuites individuelles prévu par l’article L.622-21 du Code de commerce. En l’espèce, le caractère privilégié d’une telle créance paraît douteux dans la mesure où cette créance indemnitaire ne contribue pas au redressement du débiteur.

A rapprocher :  L.622-17 et L.622-24 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Champ d’application de l’article L.650-1 du code de commerce

Cass. com., 19 septembre 2018, n°17-12.596

- Vu : 456

L’article L.650-1 du code de commerce, limitant la mise en œuvre de la responsabilité du créancier à raison des concours qu’il a consentis, ne distingue pas selon que le créancier a déclaré ou non une créance au passif du débiteur soumis à la procédure collective.

> Lire la suite

Conditions de recevabilité de l’action en report de la date de cessation des paiements

Cass. com., 3 octobre 2018, n°17-14.579

- Vu : 197

La recevabilité de l’action en report de la date de cessation des paiements n’est pas subordonnée à la vérification préalable des créances déclarées.

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 4847
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 4517
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 3925
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3142
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©