Constitution de l’infraction de banqueroute par détournement de l’actif du débiteur

Photo de profil - SIMON Jean-Charles | Avocat Associé-Gérant | Lettre du Restructuring

SIMON Jean-Charles

Avocat Associé-Gérant

Cass. crim., 17 janvier 2018, n°16-87.135

Le dirigeant d’une entreprise en difficulté se rend coupable du délit de banqueroute par détournement d’actif lorsque, dans le cadre d’un transfert d’activité, il détourne au moins une partie de la clientèle de cette entreprise au profit d’une autre société dont il est également le gérant.

Ce qu’il faut retenir : Le dirigeant d’une entreprise en difficulté se rend coupable du délit de banqueroute par détournement d’actif lorsque, dans le cadre d’un transfert d’activité, il détourne au moins une partie de la clientèle de cette entreprise au profit d’une autre société dont il est également le gérant.

Pour approfondir : En l’espèce, la société X, dont la principale activité était la collecte et l’affranchissement du courrier industriel, a été placée en redressement puis en liquidation judiciaire avec autorisation de poursuite exceptionnelle de l’exploitation.

Dans son rapport, le liquidateur évoquait une possible banqueroute par détournement d’actif de la part du gérant de la société X. Ce dernier avait en effet créé avec l’un de ses associés, un an auparavant, une autre société Y dont il était également le gérant, laquelle était domiciliée à la même adresse que la société X, et avait repris certains des salariés de cette dernière, ainsi qu’une partie de son matériel et de ses véhicules.

Le procureur de la République a fait procéder à une enquête préliminaire, à l’issue de laquelle il a engagé des poursuites contre le gérant, du chef de banqueroute par détournement d’actif, lui reprochant notamment d’avoir utilisé indûment le fichier clients de la société X d’une valeur estimée à 561 000 euros.

Par jugement en date du 11 décembre 2014, le tribunal correctionnel d’Amiens a déclaré le gérant de la société X coupable de ce délit de banqueroute. Ce dernier, ainsi que le mandataire liquidateur, ont relevé appel de cette décision.

La Cour d’appel a relevé que seule la confusion entre les deux sociétés – même siège social, même logo, même personnel, mêmes véhicules, mêmes numéros de client – a permis au gérant, en sa qualité de gérant de la société Y, de récupérer en douceur cette clientèle, sans alerter quiconque, et de priver ainsi la société X d’un élément incorporel de son fonds de commerce qu’il aurait sinon dû monnayer.

La Cour d’appel d’Amiens, le 27 juin 2016, a ainsi également déclaré le gérant coupable du délit de banqueroute, l’a condamné à payer la somme de 100 000 euros de dommages et intérêts au liquidateur en réparation de la perte de l’actif, à trois mois d’emprisonnement avec sursis, à 20 000 euros d’amende et à cinq ans d’interdiction de gérer. Le gérant a formé un pourvoi.

La chambre criminelle de la Cour de cassation, dans son arrêt en date du 17 janvier 2018, visant notamment les articles L.654-2 et suivants du Code de commerce, considère que la Cour d’appel a justifié sa décision concernant la culpabilité du prévenu : « … en l’état de ces énonciations, dont il résulte que, dans le cadre plus général d’un transfert d’activité, au moins une partie de la clientèle de la société (X) a été détournée par des agissements personnels du prévenu, au profit d’une autre société dont il était également le gérant, la Cour d’appel a justifié sa décision».

Il est à noter que la Haute juridiction casse cependant l’arrêt de la Cour d’appel en ses  dispositions relatives aux peines prononcées.

La chambre criminelle de la Cour de cassation a déjà eu à se prononcer sur un cas de détournement de clientèle du débiteur par son dirigeant, notamment dans un arrêt en date du 14 février 2007 (Cass. crim., 14 février 2007, n°06-86.721). Elle avait alors retenu que  l’attribution de la jouissance gratuite de sa clientèle par une société à son dirigeant constituait un cas de banqueroute par détournement d’actif.

A rapprocher : Articles L.654-1, L.654-2, L.654-3 du Code de Commerce ; Cass. crim., 14 février 2007, n°06-86.721

jcsimon@simonassocies.com

Sommaire

Autres articles

some
Responsabilité pour insuffisance d’actif – Faute de gestion ou simple négligence
Cass. com., 13 avril 2022, n°20-20.137 Il résulte de l’article L. 651-2 du Code de commerce qu’en cas de simple négligence dans la gestion de la société, la responsabilité du dirigeant au titre de l’insuffisance d’actif ne peut être engagée. La rupture brutale des…
some
Qualité d’associé de GAEC ou d’une SCI : procédure collective ou surendettement des particuliers ?
Cass. com., 16 décembre 2021, n°20-16.485 et 20-18.344 La seule qualité d’associé d’un GAEC ou d’une SCI ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures collectives et à l’exclure du champ d’application des dispositions du…
some
Indivisibilité de la procédure de vérification des créances, droits propres du débiteur et notification à l’adresse personnelle de son représentant légal
Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – chambre 9, 20 janvier 2022, n°21/09000 La procédure de vérification du passif étant indivisible et le débiteur disposant, en cette matière, d’un droit propre, la déclaration d’appel contre l’ordonnance de rejet du Juge…
some
Précisions sur la caractérisation de l’omission volontaire de déclaration de la cessation des paiements
Cass. com., 12 janvier 2022, n°20-21.427 Une mesure d’interdiction de gérer peut être prononcée à l’égard d’un dirigeant alors même que celui-ci n’avait pas une connaissance effective de l’état de cessation des paiements de sa société à la date fixée…
some
L’efficacité de la déclaration d’insaisissabilité subsiste à la cessation de l’activité professionnelle
Les effets d’une déclaration notariée d’insaisissabilité subsistent aussi longtemps que les droits des créanciers auxquels elle est opposable ne sont pas éteints. Par conséquence, sauf renonciation du déclarant, la cessation de son activité professionnel
Absence d’autorité de la chose jugée de la décision fixant la date de cessation des paiements
Par un arrêt du 29 septembre 2021, la Cour de cassation rappelle que l’existence d’une décision d’irrecevabilité ou de rejet d’une demande de report de la date de cessation des paiements, ne fait pas obstacle à l’introduction d’une nouvelle demande…