webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Social
 

La clôture de la procédure collective ne met fin ni à la garantie AGS ni à sa mise en œuvre

Cass. soc., 7 juillet 2021, n°18-18.943, F+B

L’action du salarié en contestation d’un refus par l’AGS de garantir une créance, est un contentieux autonome dont la recevabilité n’est pas conditionnée par l’existence d’une procédure collective en cours.



Un salarié licencié pour motif économique en 1991 dans le cadre d’un redressement judiciaire voit sa créance en partie contestée par l’AGS en raison du plafond de garantie. La procédure collective de la société fait l’objet d’une clôture en 2001. 

En 2013, soit après la clôture de la procédure collective mais dans le délai de prescription de l’époque, le salarié conteste le plafond appliqué et saisit le Conseil de prud’hommes.

L’AGS oppose au salarié l’irrecevabilité de son action en invoquant deux moyens :

  • L’action devait être introduite avant la clôture de la procédure collective ;
  • La créance non garantie ayant été fixée sur l’état des créances, elle est définitivement admise pour le salarié et ne peut donc plus faire l’objet d’une garantie.

Le Conseil de prud’hommes de Bordeaux, en sa formation de départage, condamne l’AGS à garantir la créance contestée. La cour d’appel confirme cette condamnation et la Haute juridiction rejette le pourvoi de l’AGS.

Rendue sur le fondement de disposition de la loi du 25 janvier 1985 recodifié à droit constant, la décision de la Cour de cassation reste d’actualité.

Dans un attendu de principe général, la Cour de cassation juge qu’« [a]ucune forclusion n'est opposable à l'exercice de l'action (…) tendant à contester le refus de l'AGS de régler tout ou partie d'une créance figurant sur un relevé des créances résultant d'un contrat de travail. »

L’AGS considérait intervenir exclusivement en garantie de créances présentées sur un relevé établi par un organe de la procédure collective. La clôture mettant fin à la mission des organes de la procédure, elle considérait donc ne plus avoir d’obligation à garantie.

Ce raisonnement, construit sur une prémisse erronée, est, à juste titre sanctionné par la Cour de cassation.

Le relevé de créance n’est en effet pas nécessairement établi par un mandataire judiciaire, l’article L.3253-15 du Code du travail prévoyant expressément, à défaut de mandataire judiciaire, l’établissement d’un relevé par le greffier du tribunal de commerce notamment quand il a été mis fin à la mission du premier.

Implicitement, la Cour de cassation valide également la décision de cour d’appel en ce qu’elle a jugé que le délai de forclusion de deux mois prévus par l’article L.625-1 du Code de commerce, n’est pas applicable à l’action introduite au visa de l’article L.625-4 du Code de commerce pour contester un refus de garantie.

Le second moyen n’est pas moins riche d’enseignement en ce qu’il décorrèle la question de la fixation au passif de la garantie AGS. 

La créance pour laquelle l’AGS avait refusé sa garantie avait en effet été inscrite sur l’état déposé au greffe et donc admise au passif au bénéfice du salarié, suivant son rang de créance propre. L’AGS en déduisait l’irrecevabilité de la demande de garantie.

La Haute juridiction confirme qu’il n’existe aucune indivisibilité entre la fixation d’une créance au passif et une décision de justice déterminant l'étendue de la garantie de l'AGS, précisant même qu’en application de la législation alors en vigueur, le représentant des créanciers n’avait pas à se prononcer sur la garantie lors de l’établissement du relevé.

Le contentieux de la garantie AGS est donc bien un contentieux autonome.

A rapprocher : Article L.625-4 du Code de commerce ; Article L.3253-15 du Code du travail ; Cass. soc., 14 décembre 2017, n°16-21.026 (clôture pour insuffisance – désignation mandataire ad litem)

VOIR AUSSI

Absence d’indemnisation par l’AGS du préjudice d’anxiété né postérieurement au jugement d’ouverture

Cass. soc., 5 avril 2018, n°16-25.477, n°16-25.486, n°16-25.487, n°16-25.488, n°16-25.489, n°16-25.490, n°16-25491, n°16-25492

- Vu : 2059

Le préjudice d’anxiété, qui ne résulte pas de la seule exposition à un risque créé par l’amiante, naît à la date à laquelle les salariés ont eu connaissance de ce risque.

> Lire la suite

Étendue de la garantie de l’AGS aux créances salariales d’un salarié protégé dès la manifestation de l’intention de rompre son contrat

Cass. soc., 13 décembre 2017, n°16-21.773

- Vu : 4084

La seule manifestation de l’intention de rompre le contrat de travail d’un salarié protégé, dans le délai de quinze jours suivant le jugement de liquidation judiciaire, suffit à ce que l’AGS doive sa garantie quand bien même le licenciement n’aurait pas été mis en œuvre ultérieurement.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 18155
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 14204
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 13655
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 8093
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©