webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Dirigeants
 

Les conditions de la condamnation de l’ancien dirigeant en comblement d’un passif révélé après la fin de ses fonctions

Cass. com., 16 juin 2021, n°19-16.359

L’ancien gérant d’une société liquidée peut être condamné en comblement du passif, même révélé postérieurement à la cessation de ses fonctions, dès lors qu’il est démontré que l’insuffisance d’actif est née d’une faute de gestion commise par lui pendant l’exercice de ses fonctions et que les conséquences de cette faute de gestion conduisent à la démonstration d’une insuffisance d’actif à la date de sa démission. 



Une société a été mise en redressement judiciaire en 2013, lequel a été converti en liquidation judiciaire la même année, tandis que son ancien gérant avait démissionné de ses fonctions l’année précédant l’ouverture des procédures. A l’occasion de sa démission, il avait été établi un état des finances de la société, validé et signé par les associés, démontrant que la société n’était pas en état de cessation des paiements.

Pourtant, cet ancien gérant s’est vu assigné en responsabilité et a été condamné par la cour d’appel au paiement d’une somme de 300.000 euros au titre de sa contribution à l’insuffisance d’actif aux motifs que le passif de la société, bien que révélé postérieurement à la cessation de ses fonctions, était constitué d’un passif fiscal relatif à des rappels de TVA et d’impôt sur les sociétés pour absence de dépôt de déclarations, correspondant à des périodes où il était gérant ; en conséquence de quoi la cour d’appel en a déduit que l’insuffisance d’actif existait au jour de sa démission.

La Cour de cassation, après avoir rappelé l’exigence du principe selon lequel, effectivement, l’insuffisance d’actif doit exister à la date à laquelle le dirigeant a cessé ses fonctions pour que sa responsabilité puisse être engagée à ce titre, casse l’arrêt d’appel, sans pour autant déjuger la cour. En effet, la Cour de cassation considère que la cour d’appel n’a pas suffisamment démontré qu’une insuffisance d’actif existait au jour précis de la démission de l’ancien gérant. Il semble que la prise en compte du seul passif révélé au cours de la procédure collective ouverte ultérieurement ne suffise pas ; la cour d’appel aurait dû procéder à une comparaison entre l’actif existant au jour de la démission du gérant et le passif relatif à sa gestion révélé ultérieurement, pour caractériser l’existence ou non de l’insuffisance d’actif à cette date précise. 

En réalité, avec cet arrêt, la Cour de cassation semble accepter que soit pris en compte, pour condamner un ancien dirigeant en comblement du passif, le passif né pendant l’exercice de ses fonctions mais révélé postérieurement à sa démission, à condition que les juges contrôlent strictement l’existence de l’insuffisance d’actif à la date de la cessation de ses fonctions, par comparaison de l’actif existant et du passif latent à cette même date.

A rapprocher : Article L.651-2 du Code de commerce ; CA Aix-en-Provence, 24 janvier 2019

VOIR AUSSI

Les Experts de la Relance : Ensemble, relançons nos entreprises et bâtissons l'économie de demain

Mouvement citoyen, non partisan et d’intérêt public qui souhaite participer à la relance économique

- Vu : 414

Simon Associés est partenaire du mouvement « Les Experts de la Relance » – une initiative des banques d’affaires Arjil & Associés, Linkapital et Societex – et, par conséquent, devient un Ambassadeur du Mouvement !


> Lire la suite

Sur la réunion des patrimoines de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée en liquidation judiciaire

Cass. com., 7 février 2018, n°16-24.481

- Vu : 2348

Pour la première fois, la Cour de cassation sanctionne un manquement grave aux règles d’affectation par la réunion des patrimoines d’un entrepreneur à responsabilité limitée placé en liquidation judiciaire.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 18155
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 14204
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 13655
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 8093
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©