webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

La cotisation foncière des entreprises née en période d’observation : une créance « méritante » payée à son échéance

Cass. com., 24 mars 2021, n°20-13.832

La cotisation foncière des entreprises (CFE) due par le débiteur au titre de ses locaux professionnels, lorsqu’elle est née pendant la période d’observation, est une créance qualifiée de « méritante » au sens de l’article L.622-17 du Code de commerce et doit donc être payée à son échéance. 



Une société (le débiteur) a fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire, suivi d’un plan de cession, avant qu’une procédure de liquidation judiciaire ne soit prononcée, avec autorisation de poursuite d'activité.

Postérieurement à la mise en liquidation, le liquidateur a reçu deux avis à tiers détenteur de la part de l’administration fiscale pour obtenir le paiement de la cotisation foncière des entreprises (CFE) due par le débiteur pour deux de ses établissements au titre de l'année 2014, date à laquelle le redressement judiciaire était ouvert et la période d’observation en cours.

Le liquidateur a alors engagé une procédure en demande de mainlevée des avis à tiers détenteur, pour tenter d’échapper au paiement de la CFE, ce que la cour d’appel a accepté. En effet, après avoir pourtant constaté que la CFE était d’origine légale, qu’elle était née postérieurement à l’ouverture de la procédure de redressement judiciaire et qu’elle était liée aux locaux utilisés, la cour d’appel a curieusement refusé de donner à cette créance un caractère privilégié, considérant qu’elle n’était pas la contrepartie d'une prestation fournie au débiteur pendant la période d'observation, qu’elle n’était ni utile à la conservation des locaux, ni inhérente à l'activité de la société, et encore moins directement issue d'opérations ou d'actes faits pour les besoins du déroulement de la procédure ou de la période d'observation qu'elle n'a notamment pas servi à financer.

En effet, selon l’article L.622-17 I du Code de commerce, les créances nées régulièrement après le jugement d'ouverture pour les besoins du déroulement de la procédure ou de la période d'observation, ou en contrepartie d'une prestation fournie au débiteur pendant cette période, sont considérées comme étant des créances privilégiées, ce qui implique qu’elles sont payées à leur échéance.

La Cour de cassation censure le raisonnement adopté par la cour d’appel en rappelant que la CFE, dès lors qu’elle est née (le 1er janvier) en cours de période d’observation, entre dans les conditions posées par l’article L.622-17 du Code de commerce. En effet, la CFE, calculée à partir de la valeur locative des biens immobiliers soumis à la taxe foncière que les entreprises utilisent pour leur activité professionnelle, constitue, pour les entreprises qui y sont assujetties, une obligation légale et est inhérente à l'activité poursuivie après le jugement d'ouverture et entre, en conséquence, dans les créances qualifiées en pratique de créances « méritantes ». Il en ressort que le créancier titulaire d’une telle créance fiscale n’est pas soumis à l’arrêt des poursuites individuelles et peut donc poursuivre le débiteur pour en obtenir le paiement.

A rapprocher : Article L.622-17 du Code de commerce ; CA Versailles, 17 décembre 2019, 13ème chambre, n°18/08.462
VOIR AUSSI

Admission au passif d’une créance d’intérêts à échoir

Cass. com., 7 novembre 2018, n°17-22.194

- Vu : 2777

Dans le cas où le montant d’une créance d’intérêts à échoir peut être calculé au jour de la déclaration de la créance, le juge-commissaire et, à sa suite, la Cour d’appel n’ont pas, dans leur décision d’admission, ni à en préciser les modalités de calcul, ni à réserver la possibilité d’une modification ultérieure du montant de cette créance en raison d’évènements susceptibles d’influer sur le cours des intérêts.

> Lire la suite

Précision sur le délai d’établissement définitif des créances déclarées par les organismes de sécurité sociale

Cass. com., 25 octobre 2017, n°16-15.784

- Vu : 3477

Conformément à l’article L.622-24 alinéa 4 du Code de commerce, le délai dans lequel les créances des organismes de sécurité sociale doivent être définitivement établies par la production d’un titre exécutoire n’est autre que celui [...] imparti par le Tribunal au mandataire judiciaire pour établir la liste des créances déclarées.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 16627
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 12751
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 12504
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 7006
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©