webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Dirigeants
 

Responsabilité pour insuffisance d’actif : le dirigeant et sa compagnie d’assurances peuvent être poursuivis dans la même instance

Cass. com., 10 mars 2021, n°19-12.825 / 19-17.066

Un dirigeant et la compagnie d’assurances auprès de laquelle a été souscrite une assurance pour garantir les conséquences de l’éventuelle responsabilité dudit dirigeant pour insuffisance d’actif peuvent être poursuivis par le liquidateur au sein de la même instance. L’action directe du tiers lésé en responsabilité suppose uniquement la démonstration de deux éléments : l’existence d’un contrat d’assurances couvrant la responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif et la responsabilité dudit dirigeant.



Une société et trois de ses filiales ont fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire convertie en liquidation judiciaire.

Les sociétés débitrices avaient souscrit au profit de leur dirigeant une assurance couvrant son éventuelle condamnation solidaire au paiement de l'insuffisance d'actif des sociétés.

Le liquidateur a assigné le dirigeant des sociétés et la compagnie d’assurances en condamnation solidaire au paiement de l'insuffisance d'actif des sociétés débitrices sur le fondement des articles L.651-2 du Code de commerce et L.124-3 du Code des assurances. Le texte du Code de commerce prévoit que lorsque la liquidation judiciaire d'une personne morale fait apparaître une insuffisance d'actif, le tribunal peut, en cas de faute de gestion ayant contribué à cette insuffisance d'actif, décider que le montant de cette insuffisance d'actif sera supporté, en tout ou en partie, par tous les dirigeants de droit ou de fait, ou par certains d'entre eux, ayant contribué à la faute de gestion.

La compagnie d’assurances reproche à la cour d’appel d’avoir déclaré recevable l’action en justice du liquidateur alors (i) qu’il a agi directement à son encontre dans la même instance que celle à l’encontre du dirigeant et (ii) qu’elle aurait dû relever que le liquidateur avait agi à la fois en tant que représentant des sociétés débitrices (souscriptrices du contrat d’assurances et bénéficiaires des sommes versées par le dirigeant condamné) et en tant que représentant des créanciers (les tiers lésés).

La Cour de cassation confirme la décision de la cour d’appel dans son ensemble. Concernant le premier argument, elle indique que le tiers lésé dispose d’un droit d’action directe contre l’assureur garantissant la responsabilité civile du dirigeant responsable et que cette action suppose seulement que le tiers lésé établisse, d’une part, l’existence du contrat d’assurance souscrit et, d’autre part, la responsabilité de l’assuré. En l’occurrence, la garantie des conséquences de la responsabilité pour insuffisance d’actif des dirigeants n’étant pas exclue par le contrat, les conditions étaient réunies pour que l’action directe exercée par le liquidateur contre l’assureur soit recevable. La Cour de cassation ajoute qu’aucun texte n’interdit au liquidateur de demander la condamnation du dirigeant ainsi que celle de l’assureur dans la même instance.

Par ailleurs, s’agissant du second argument, la Cour de cassation indique que le liquidateur agit en qualité d’organe de la procédure de liquidation judiciaire et en représentation de l’intérêt collectif des créanciers aux fins de réparation de leur préjudice. En d’autres termes, il n’agit pas pour le compte des sociétés liquidées, en conséquence de quoi il n’appartient pas au juge de prendre en considération la personnalité de la société souscriptrice du contrat d’assurance pour examiner la recevabilité de l’action directe du liquidateur.

A rapprocher : Articles L.651-1 et L.651-2 du Code de commerce ; Article R.662-3 du Code de commerce ; Article L.124-3 du Code des assurances ; CA Versailles, 15 janvier 2019, 13ème chambre, n°18/02460

VOIR AUSSI

Renforcement du monopole du liquidateur en matière de recouvrement des créances de la société liquidée

Cass. com., 9 octobre 2019, n°18-12.162 et 18-12.592

- Vu : 1596

La transaction qui fixe, pour solde de tout compte, le montant de la dette d’un tiers envers la société en liquidation a pour objet le recouvrement des créances de celle-ci, pour lequel aucun droit propre ne fait échec au dessaisissement. 

> Lire la suite

Sort des cotisations sociales de l’avocat associé d’une société civile professionnelle en redressement judiciaire

Cass. com., 21 novembre 2018, n°17-18.306

- Vu : 2009

L’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire à l’égard de la société civile professionnelle est sans incidence sur l’obligation de l’avocat associé au paiement de ses cotisations sociales.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 18155
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 14204
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 13655
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 8093
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©