webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Social
 

La nouvelle définition du co-emploi

Cass. soc., 25 novembre 2020, n°18-13.769, Publié au bulletin

Une situation de co-emploi ne peut exister, hors l’existence d’un lien de subordination, que s’il existe, au-delà de la nécessaire coordination des actions économiques entre les sociétés appartenant à un même groupe et de l’état de domination économique que cette appartenance peut engendrer, une immixtion permanente de cette société dans la gestion économique et sociale de la société employeur, conduisant à une perte totale d’autonomie d’action de cette dernière.



Assez classiquement, des salariés licenciés dans le cadre d’une liquidation judiciaire citent leur employeur et la société mère devant le conseil de Prud’hommes afin de faire juger leurs licenciements sans cause réelle et sérieuse en raison d’une situation de co-emploi.

La cour d’appel fait droit à la demande en retenant une confusion d’activité et de direction entre les deux sociétés. La cour retient également une immixtion dans la gestion sociale à travers une convention de gestion des ressources humaines et une immixtion économique à travers des conventions de gestion administrative et de trésorerie.

La cour d’appel s’appuyait principalement sur un arrêt « Molex » rendu le 2 juillet 2014 par la Cour de cassation qui avait posé un attendu normatif : « hors l’existence d’un lien de subordination, une société faisant partie d’un groupe ne peut être considérée comme un co-employeur à l’égard du personnel employé par une autre société de ce groupe, que s’il existe entre elles, au-delà de la nécessaire coordination des actions économiques entre les sociétés appartenant à un même groupe et de l’état de domination économique que cette appartenance peut engendrer, une confusion d’intérêts, d’activités et de direction se manifestant par une immixtion dans la gestion économique et sociale de cette dernière ».

L’arrêt rendu le 25 novembre 2020, décision importante car rendue en formation plénière, revient sur cette définition en modifiant le paradigme de la notion de co-emploi. En effet, la Cour de cassation exige maintenant que soit démontrée une immixtion permanente entrainant la perte totale d’autonomie de la société employeur. Elle reprend plus explicitement la notion déjà évoquée dans son arrêt « 3 Suisses » du 6 juillet 2016, arrêt qui est le seul ayant retenu une situation de co-emploi depuis le mois de juillet 2014.

La Cour de cassation fait donc sienne la notion de co-emploi retenue par le Conseil d’Etat qui retient la notion d’employeur « transparent » ou de « véritable employeur ». A l’instar de certains auteurs, une personne morale transparente pourrait être définie comme « celle qui, sans être à proprement parler fictive, n’est qu’une façade à travers laquelle une autre, en réalité, agit ». C’est ainsi que « celui qui méconnaît ainsi la nécessaire autonomie juridique de la société employeur, fût-elle sa filiale, c’est-à-dire sa capacité à agir par elle-même, ne peut alors se cacher derrière le voile de la personnalité morale qu’il a ignoré pour se soustraire aux conséquences sociales de ses agissements. »

C’est ainsi que pour la Cour de cassation, « l’objectif premier est de rechercher le véritable décideur pour lui imputer les effets de ses décisions, notamment pour obtenir l’extension de l’obligation de la dette, par l’adjonction d’un autre débiteur à la créance de dommages-intérêts pour licenciement nul ou sans cause réelle et sérieuse. » Il s’agit donc avant tout d’une technique d’imputation d’obligations légales.

A l’occasion de ce dossier, la Cour de cassation a hésité à mettre un terme à la notion de co-emploi au profit du seul régime de la responsabilité civile largement ouvert depuis l’arrêt « Molex » notamment en raison de la difficulté pour les juges du fond de cerner précisément cette notion. Elle a finalement pris la décision de la maintenir mais en restreignant considérablement ses contours de telle sorte que de telle situation devrait être maintenant anecdotique.

A rapprocher : Cass. soc., 2 juillet 2014, n°13-15.573 ; LEDEN, septembre 2014, n°136, p.1, obs. F-X Lucas ; Cass. soc., 6 juillet 2016, n°15-15.481 ; CE, 17 octobre 2017, n°386306 ; P. BAILLY, Semaine Sociale Lamy, 7 octobre 2013, n° 1600, pp. 11 et s. ; D. Piveteau, La dualité des juridictions à l’épreuve du droit du travail, Dr. Soc. 2017, p. 415 ; G. Auzero « Co-emploi : en finir avec les approximations ! », RTD 2016, P. 27

VOIR AUSSI

Le sort de la créance indemnitaire salariale antérieure

Cass. soc., 8 janvier 2020, n°18-11.172 et 18-11.173

- Vu : 1343

La créance indemnitaire d’un salarié née de la violation des dispositions de l’article L.1224-1 du Code du travail, et ce avant l’ouverture de la procédure de sauvegarde à l’encontre de l’auteur de cette violation, est une créance antérieure. Par conséquent, l’auteur ne peut être condamné au règlement immédiat des dommages et intérêts dus aux salariés ; cette créance ne pouvant qu’être portée sur l’état des créances.

> Lire la suite

Exclusion de la garantie AGS au titre des indemnités résultant d’une prise d’acte de rupture

Cass. soc., 20 décembre 2017, n°16-19.517

- Vu : 4146
Les indemnités découlant de la prise d’acte, par un salarié, de la rupture de son contrat de travail aux torts exclusifs de l’employeur ne sont pas garanties par l’AGS, quand bien même la rupture serait intervenue en période d’observation.   > Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 16627
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 12751
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 12504
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 7006
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©