webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Une créance admise au passif reste privilégiée à condition que la sûreté reste valable

Cass. com., 17 février 2021, n°19-20.738

Lorsqu’une créance a été déclarée et admise à titre privilégié dans le cadre d’une première procédure collective, elle est admise de plein droit au passif de la seconde procédure collective, sans nouvelle déclaration, à titre privilégié, à la condition que la sûreté soit encore valable. A défaut, la créance est admise, de plein droit, à titre chirographaire.



Une société (le débiteur) a fait l’objet d’une procédure de sauvegarde, au passif de laquelle ont été déclarées et admises des créances de la société Cooperl (le créancier), avec la particularité que ces créances ont été admises partiellement à titre privilégié en vertu de deux warrants agricoles (les sûretés), établis en 2005 et 2006 et valables pendant une durée de cinq années.

Un plan de sauvegarde a été arrêté en décembre 2008 avant d’être résolu en mars 2015 par un jugement ayant également prononcé la liquidation judiciaire du débiteur.

A cette occasion, le créancier a indiqué au liquidateur qu’il subsistait un solde sur la déclaration de créance initiale et a demandé son admission à titre privilégié dans la nouvelle procédure, ce qui a été refusé par le liquidateur dans la mesure où les sûretés étaient arrivées à échéance et n’avaient pas été renouvelées, lequel a donc admis les créances, à titre chirographaire seulement.

Le créancier demande à bénéficier des dispositions de l’article L.626-27 III du Code de commerce, lequel prévoit qu’après résolution d’un plan et ouverture d’une nouvelle procédure, les créanciers soumis à ce plan et admis au passif de la première procédure sont dispensés de déclarer à nouveau leurs créances et sûretés, la conséquence étant que lesdites créances et sûretés inscrites au plan de sauvegarde sont admises de plein droit à la seconde procédure.

La cour d’appel a rejeté cette demande et a maintenu la créance à titre chirographaire aux motifs que le créancier n’aurait pas répondu, dans le délai de trente jours qui lui était imparti, à la discussion sur sa créance instaurée par le mandataire judiciaire.

Sur ce point, la Cour de cassation censure le raisonnement de la cour d’appel en rappelant que l’article L.626-27 du Code de commerce prévoit l’admission des créances à la seconde procédure, de plein droit, sans nouvelle vérification, sous la seule déduction des sommes déjà perçues, de sorte que l’existence des créances n’avait pas à être discutée. Le fait que le créancier adresse un courrier au liquidateur valait mise à jour du montant de la créance et non déclaration d’une nouvelle créance.

Néanmoins, la Cour de cassation confirme la décision d’admission des créances, à titre chirographaire et non privilégié, dans la mesure où les warrants, dont la durée de validité est de cinq années, sont arrivés à échéance en 2010 et 2011 et n’ont pas été renouvelés par le créancier. La cour rappelle à ce titre que l’autorité de la chose jugée attachée à l’admission à titre privilégié n’a pas d’effet conservatoire pour l’avenir des sûretés qui ne sont pas renouvelées, même en cas d’adoption d’un plan de résolution de celui-ci et d’ouverture consécutive d’une nouvelle procédure collective. Le créancier aurait donc dû veiller, pour le maintien de ses créances à titre privilégié, à bien renouveler ses sûretés.

A rapprocher : Articles L.622-27 et L.626-27 du Code de commerce ; Article L.342-7 alinéa 3 du Code rural et de la pêche maritime ; CA Rennes, 3ème ch. com., 4 juin 2019, Cooperl Arc Atlantique

VOIR AUSSI

Caution personne morale et plan sauvegarde de l’emprunteur

Cass. com., 30 janvier 2019, n°16-18.468

- Vu : 3360

La caution personne morale ne pouvant se prévaloir des dispositions du plan de sauvegarde, celle-ci est tenue de la partie exigible de la dette cautionnée conformément au terme convenu dans son engagement, et ce jusqu’à extinction de la dette garantie par le cautionnement, sous déduction des sommes payées en exécution du plan.

> Lire la suite

La compensation pour dettes connexes exige de la part du créancier une déclaration de créances

Cass. com., 20 juin 2018, n°16-16.723

- Vu : 3471

La Cour de cassation confirme sa jurisprudence selon laquelle la compensation de créances connexes ne peut être opérée dès lors que le créancier n’a pas déclaré sa créance antérieure au passif.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 16627
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 12751
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 12504
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 7006
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©