webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Prévention
 

Obtention du PGE : les conseils pratiques d'un avocat

Interview de Jean-Charles Simon par Ludovic Arbelet - ACTUEL EXPERT COMPTABLE

Comment présenter la demande de prêt garanti par l'Etat (PGE) ? Quel montant solliciter ? Faut-il anticiper la sortie du PGE ? Voici les conseils de Jean-Charles Simon, avocat spécialisé dans les entreprises en difficulté et le retournement, pour optimiser les chances d'obtenir un PGE.

En période de crise, la trésorerie des entreprises doit être surveillée comme le lait sur le feu. Dans ce contexte, le prêt garanti par l'Etat est un instrument clé. Mais ce n'est pas un open bar même si la garantie de l'Etat peut atteindre 90 % du montant octroyé. Lors d'un webinair organisé par Walter France, un réseau de cabinets d'expertise comptable et d'audit, l'avocat Jean-Charles Simon a livré sa vision pour optimiser les chances d'obtenir ce prêt — rappelons que les entités éligibles peuvent en faire la demande jusqu'au 31 décembre 2020. Voici les points clés mis en exergue par ce spécialiste des entreprises en difficulté et du retournement.

  • Présenter le dossier de manière classique

"Le PGE doit être présenté aux banques de la même manière que n'importe quel prêt même s'il est fait pour répondre à une situation de crise". Tel est le premier conseil pratique livré par Jean-Charles Simon qui ajoute que le dossier doit être soigné. Concrètement, l'avocat préconise d'élaborer un mémo dans lequel figure une présentation générale de l'entreprise, l'impact du covid-19 sur son activité, l'analyse de ses performances historiques, ses perspectives de développement, son business plan et un plan de trésorerie.

  • Montrer les efforts que l'entreprise va fournir

"Il est essentiel de parler des économies de coûts que l'entreprise va réaliser dans cette période particulière et plus généralement des efforts qu'elle va fournir. Pour certaines entreprises, il s'agit d'une période intermédiaire qui peut durer jusqu'à l'été ; pour d'autres, jusqu'à la fin de l'année voire jusqu'au premier trimestre 2021", argumente l'avocat.

  • Ne pas demander la totalité du montant éligible

Les entités éligibles au PGE peuvent théoriquement solliciter jusqu'à 3 mois de chiffre d'affaires. Mais "les entreprises qui ont immédiatement demandé un montant égal à 3 mois de chiffre d'affaires ne se sont souvent vu octroyer qu'une partie du prêt, rapporte Jean-Charles Simon. La banque leur a dit que si elles avaient vraiment besoin du complément, elles pouvaient en faire la demande ultérieurement. Nous conseillons à nos clients de ne demander qu'un ou deux mois [de chiffre d'affaires]", précise-t-il.

  • Anticiper l'échéance de sortie du PGE

Le PGE est octroyé avec une durée d'amortissement minimale de 12 mois qui peut être allongée de cinq ans. Cette souplesse pour les emprunteurs peut constituer aussi une source, à terme, de difficulté de trésorerie. "Les entreprises doivent éviter de se retrouver dans le goulot d'étranglement de la sortie du PGE. Il faut anticiper et indiquer comment l'entreprise voit le débouclage du PGE. Il faut essayer de montrer comment le PGE va aider l'entreprise à rebondir tout en tenant compte des spécificités de son secteur d'activité", souligne Jean-Charles Simon.

  • Quelles solutions amiables en cas de refus ?

"Les établissements bancaires n'ont pas répondu de la même manière aux demandes de leurs clients. Certains ont accepté moins de 50 % des dossiers de PGE", considère ce spécialiste des entreprises en difficultés. Alors que faire en cas de refus ? Plusieurs solutions amiables sont envisageables, analyse-t-il. "D'abord, il faut comprendre pourquoi le PGE a été refusé. Il faut dialoguer avec le banquier". Est-il pertinent de recourir à la médiation du crédit ? "C'est une solution assez rapide et très simple dont l'éventualité doit être évoquée le mieux possible avec le banquier", analyse Jean-Charles Simon même s'il ne la préconise pas sur les dossiers "un peu significatifs". "Certaines banques sont sensibles à la médiation du crédit notamment pour des questions de statistiques et de réputation. Certains établissements bancaires n'ont pas envie d'entendre parler du médiateur du crédit et préfèrent céder", livre-t-il. Lorsque cette piste n'est pas exploitable, cet avocat recommande de recourir aux procédures de prévention. "Nous recommandons la conciliation mais pas le mandat ad hoc, précise-t-il. Car les établissements bancaires considèrent qu'ils sont davantage sécurisés avec la conciliation. Ce qui est vrai".

VOIR AUSSI

Focus sur le règlement amiable : une procédure préventive spécifique aux exploitants agricoles

CA Reims, 10 décembre 2019, n°19/01426

- Vu : 915

La procédure préventive de règlement amiable agricole, créée par la loi du 30 décembre 1988 et exclusivement applicable aux exploitants agricoles ainsi qu’aux sociétés civiles exploitant une activité agricole, comporte de nombreuses spécificités. 

> Lire la suite

Réparation du préjudice subi du fait de la violation de la confidentialité

CA Versailles, 14 septembre 2017, n°15/08941

- Vu : 2197

Est fautive toute divulgation d’informations confidentielles, non justifiée par le devoir d’information sur une question d’intérêt général et portant atteinte aux droits d’autrui. Le préjudice qui en résulte doit ainsi être réparé par le versement de dommages et intérêts.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 13728
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 10411
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 10239
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 6029
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©