webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Prévention
 

Déploiement national de « Signaux Faibles » : l’IA au service de la prévention des difficultés

Actualité

Après des premiers résultats encourageants, le nouvel outil « Signaux Faibles » a été déployé sur l’ensemble du territoire national permettant ainsi de détecter précocement les difficultés rencontrées par les entreprises.



Développé par la startup d’Etat « Etalab », l’outil « Signaux Faibles » permet de croiser les données financières, économiques et sociales relatives aux entreprises détenues par les différents services de l’Etat, ces données confidentielles étant, par la suite, traitées par des algorithmes basés sur des mécanismes d’apprentissages permettant de déterminer une probabilité de défaillance à 12, 18 voire 24 mois.

Les résultats sont ensuite partagés sur une plateforme numérique collaborative ouverte exclusivement à la Direction générale des entreprises, la Banque de France, la Délégation générale à l’Emploi et à la Formation professionnelle et l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale, permettant ainsi à ces organismes de proposer des solutions d’accompagnement adaptées aux besoins des entreprises en difficulté via l’intervention des CRP, chargés de mission de la Direccte, services de l’ Urssaf ou encore les correspondants entreprises de la Banque de France en lien avec les partenaires régionaux.

D’abord testé en 2017 dans la région Bourgogne-Franche-Comté à l’initiative de la Direccte et de l’Urssaf Bourgogne, les premiers résultats se sont avérés très encourageants, la plateforme ayant vraisemblablement permis de détecter les difficultés rencontrées par 63 entreprises de la région aboutissant à 48 visites permettant une analyse de la situation.

Fort de ces premiers résultats, l’outil a été étendu à l’ensemble des régions, une convention de déploiement national ayant été conclue le 3 avril 2019 entre les organismes précités et le ministère de l’Économie.

Ce déploiement s’inscrit dans la droite ligne de la directive européenne n°2019/1023 du 20 juin 2019, relative aux restructurations préventives, cette dernière sollicitant des états membres qu’ils mettent au point des systèmes statistiques garantissant un suivi régulier des procédures et la création d’outils d’alerte précoce permettant de détecter les circonstances susceptibles de conduire à l’insolvabilité (articles 3 et 29).

Si aucun bilan n’a, pour l’heure, été établi au terme de cette année 2019 et à la suite du déploiement national de « Signaux Faibles », on peut espérer que ce nouveau dispositif permettra, en sus de ceux déjà existants, de détecter au plus tôt les difficultés des entreprises.

A rapprocher : Convention de déploiement national de l’outil « Signaux Faibles » du 3 avril 2019

VOIR AUSSI

Prepack plan ou prepack cession : deux procédures à connaître face au mur de la dette

FUSIONS & ACQUISITIONS MAGAZINE - SEPTEMBRE-OCTOBRE 2020

- Vu : 1703

Plus les difficultés sont détectées en amont, meilleures sont les chances de les traiter efficacement. Partant de ce constat indiscutable, la volonté affirmée du Législateur, depuis plusieurs décennies, est de favoriser le recours à la prévention des difficultés des entreprises tout en replaçant le dirigeant au centre de cette préoccupation. A ainsi été consacrée la procédure de conciliation, héritière améliorée du règlement amiable.

> Lire la suite

Sort des sûretés obtenues par un créancier dans le cadre d’un accord de conciliation en cas de caducité de l’accord

Cass. com., 25 septembre 2019, n°18-15.655

- Vu : 2934

Lorsqu’il est mis fin de plein droit à un accord de conciliation en raison de l’ouverture d’une procédure de sauvegarde, de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire du débiteur, le créancier qui a consenti à celui-ci des délais ou des remises de dettes dans le cadre de l’accord de conciliation recouvre l’intégralité de ses créances et des sûretés qui les garantissaient ; il ne conserve pas le bénéfice des nouvelles sûretés obtenues dans le cadre de l’accord.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 18155
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 14204
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 13655
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 8093
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©