webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Procédures collectives
 

Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France – 1er trimestre 2019

Étude – ALTARES

ALTARES, expert international reconnu de l’information sur les entreprises, dont les sources sont toujours très utiles pour les professionnels, a présenté son étude sur les défaillances d’entreprise : analyse du 1er trimestre 2019.



Le nombre de défaillances a diminué de 1,1 % entre le 1er trimestre 2018 et le 1er trimestre 2019 : diminution globale des sauvegardes (- 10,6 %), des liquidations judiciaires directes (- 1,3 %) et stabilisation du nombre de redressements judiciaires (0 %).

Ce chiffre cache toutefois des disparités :

  • Disparités en fonction de l’effectif de l’entreprise :

Les TPE de moins de 10 salariés représentent à elles seules 94 % des défaillances avec 13 400 procédures au 1er trimestre 2019. Les entreprises avec moins de 3 salariés ont vu augmenter la sinistralité (+ 1,5 %) contrairement aux entreprises avec 3 à 5 salariés (- 7,7 %) et les entreprises ayant entre 6 à 9 salariés (- 7,9 %). Concernant les PME de 10 à 49 salariés (- 12 %) ou les sociétés de 50 à 99 salariés (- 2,2 %) il faut noter que la diminution globale des défaillances masque l’augmentation des liquidations. Il en est de même pour les sociétés de plus de 100 salariés qui ont vu les défaillances augmenter ‘que’ de 6,3 % mais pour lesquelles les liquidations sont passées de 3 au 1er trimestre 2018 à 7 au 1er trimestre 2019.

  • Disparités géographiques :

Des disparités concernant les défaillances apparaissent clairement en fonction de la situation géographique des entreprises. Ainsi, le nombre de défaillances au cours de ce premier trimestre 2019 a été plus élevé par rapport à la même période en 2018 à la Réunion (+ 65,2 %), en Guyane (+ 12 %), en Corse (+ 12 %), dans le Grand-est (13,1 %), en Bretagne (+ 7,9 %), dans le Centre-Val-de-Loire (+ 8,4 %) ou encore plus sensiblement dans la Nouvelle-Aquitaine (+ 1,3 %). D’autres régions voient ce nombre baisser telles la Guadeloupe (- 24,1 %), la Martinique (- 7,8 %), la Provence-Alpes-Côte-D’azur (- 7,2 %), l’Auvergne-Rhône-Alpes (- 6,4 %), les Pays-de-la-Loire (- 6,1 %), la Bourgogne-Franche-Comté (- 5,3 %), le Haut-de-France (- 4,2 %), l’Ile-de-France (- 3,4 %), la Normandie (- 3,1 %) et l’Occitanie (- 1,3 %).

  • Disparités dans les domaines d’activités :

Cette étude met en valeur les disparités qui existent en fonction de l’activité exercée par l’entreprise. Ainsi, les entreprises qui exercent dans la construction ont vu le nombre de défaillances diminuer (- 5,4 %), idem dans le commerce (- 2,5 %) et dans l’industrie (- 8,1 %). Ce nombre a en revanche augmenté pour les entreprises travaillant dans l’hébergement, la restauration et débits de boisson (+ 0,4 %), l’agriculture (+ 0,6 %), la santé humaine et action sociale (+ 0,8 %), l’information et communication (+ 0,9 %), le transport et la logistique (+ 5 %), les services aux particuliers (+ 6,1 %), le service aux entreprises (+ 2,6 %), l’enseignement (+ 6,3 %), l’activité d’assurance et financière (+ 15,4 %) ou encore les activités récréatives (+ 22,7 %).

Jean-Charles SIMON
jcsimon@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Le rejet motivé de la proposition par le Ministère public d’un mandataire judiciaire

CA Paris, 7 mai 2019, n°18/28779

- Vu : 2041

Conformément aux dispositions de l’article L.621-4 du Code de commerce, le Ministère public est fondé à proposer la désignation d’un mandataire judiciaire dans le cadre de l’ouverture d’une procédure collective. Le rejet d’une telle proposition, par la juridiction, doit nécessairement être motivé sous peine de voir désigner le mandataire judiciaire initialement proposé.

> Lire la suite

Le délai de prescription allongé de l’action en nullité de la période suspecte

CA Bordeaux, 10 janvier 2018, n°17/01837

- Vu : 4213

Par son arrêt du 10 janvier 2018, la Cour d’appel de Bordeaux refuse l'application du délai de droit commun de la prescription, soit cinq ans, et confirme que l’action en nullité de la période suspecte est liée à la durée de la mission du liquidateur judiciaire.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 17480
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 13459
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 13084
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 7589
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©