Précisions sur l’exercice du droit de rétention sur un immeuble en cas de liquidation judiciaire

Photo de profil - AUBRY Marion | Avocat | Lettre du Restructuring

AUBRY Marion

Avocat

Cass. com., 30 janvier 2019, n°17-22.223

Le créancier titulaire d’un droit de rétention sur un immeuble ne se dessaisit pas du bien en confiant à un tiers, l’occupation pour son compte du bien, et ne perd donc pas son droit de rétention. 

Le droit de rétention ne fait pas obstacle à la vente du bien retenu. Le report du droit de rétention sur le prix en cas de vente du bien retenu dans les conditions posées à l’article L.642-20-1 du code de commerce, vaut tant pour les biens meubles, que les biens immeubles.

***

Le 12 septembre 2008, un couple a acquis un bien immeuble à une société, en vue d’y loger leur fille. La vente est annulée pour dol et la société venderesse est condamnée à la restitution du prix par un jugement en date du 22 septembre 2011. Par la suite, la société venderesse est mise en liquidation judiciaire le 30 juillet 2013. Le couple déclare à la procédure leur créance de restitution du prix de vente, celle-ci n’ayant pas été payée. Le liquidateur judiciaire assigne le couple, en contestant l’existence d’un droit de rétention issu des dispositions de l’article 2286 du code civil, et demande leur expulsion.

La Cour d’appel rejette la demande du liquidateur judiciaire, qui forme alors un pourvoi en excipant les deux arguments suivants. Tout d’abord, le couple se serait dessaisi de l’immeuble en y logeant leur fille, perdant ainsi leur droit de rétention en application de l’article 2286 du code civil. Par ailleurs, le maintien dans les lieux de l’occupante ferait obstacle à l’accomplissement par le liquidateur judiciaire de son obligation de réaliser le bien dans les six mois du jugement de liquidation, avec l’autorisation du juge-commissaire, conformément à l’article L.642-20-1 du code de commerce.

La Cour de cassation confirme l’arrêt de la Cour d’appel et rejette le pourvoi du liquidateur judiciaire.

Tout d’abord, la Cour retient que la détention d’un immeuble par le rétenteur peut s’exercer corpore alieno sans emporter dessaisissement volontaire au sens de l’article 2286 du code civil, la condition étant que le tiers occupe l’immeuble « du chef et pour le compte » du créancier rétenteur. Il est en effet admis que l’emprise sur la chose se réalise entre les mains d’un tiers, comme c’est le cas pour le gage avec entiercement.

Afin de caractériser la détention du bien par le couple, la Cour relève un certain nombre d’éléments factuels, la conclusion d’un contrat d’assurance sur l’immeuble par le couple, leur présence fréquente dans l’immeuble et la détention des clés par ces derniers.
De plus, par une convention écrite, le couple avait demandé à leur fille d’occuper l’immeuble pour leur compte.

Ensuite, la Cour rappelle que le droit de rétention ne fait pas obstacle à la vente du bien retenu, la saisine du juge-commissaire n’est donc pas subordonnée à la libération de l’immeuble retenu. Au contraire, la réalisation d’un bien grevé d’un droit de rétention est expressément prévue à l’article L.642-20-1 précité, et cet arrêt n’en est que la stricte application.

La Cour de cassation précise que l’alinéa 3 de l’article L.642-20-1 précité, qui prévoit le report du droit de rétention sur le prix en cas de vente, s’applique aux biens immeubles faisant l’objet d’un droit de rétention.

En effet, le texte ne fait aucune distinction selon que le bien retenu est un meuble ou un immeuble. Or, là où la Loi ne distingue pas, il n’y a pas lieu de distinguer. Ainsi, c’est à raison que la Cour revient sur sa jurisprudence antérieure (Cass. civ. 3ème, 23 oct. 2002, n°98-18.109), en étendant le champ d’application de l’article L.642-20-1 du code de commerce aux immeubles.

A rapprocher : Art. 2286 du code civil et L.642-20-1 du code de commerce ; Cass. civ. 3ème, 23 oct. 2002, n°98-18.109

Sommaire

Autres articles

some
La désignation du débiteur par l’ordonnance du juge-commissaire en qualité de partie devant saisir la juridiction compétente pour trancher le litige, n’est pas exclusive de la qualité pour agir des autres parties
Cass. com. 2 mars 2022, n°20-21.712 En présence d’une contestation sérieuse de la créance déclarée relevée par le Juge-commissaire, l’action introduite – non par le débiteur pourtant désigné par l’ordonnance – mais par le liquidateur judiciaire dans le délai d’un…
some
Jugement réputé non avenu en l’absence de reprise de l’instance en cours interrompue
Civ. III, 12 janvier 2022, pourvoi n° 20-23.599 Les jugements même passés en force de chose jugée, obtenus après l’interruption de l’instance et sans que l’instance ait été régulièrement reprise sont réputés non avenus. En l’espèce, le syndicat de copropriétaires…
some
L’associé d’une société civile est-il éligible aux dispositions relatives au surendettement des particuliers ou aux dispositions du Livre VI du code de commerce ?
Cass. 2e civ., 16 décembre. 2021, n°20-16.485 La seule qualité d’associé d’une société civile ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures collectives et à l’exclure du champ d’application des dispositions du code de la…
some
Résiliation du bail pour non-paiement des loyers postérieurs
Cass. civ. 3ème, 24 novembre 2021, n°20-20.973 La procédure devant le juge-commissaire qui consiste, sur le fondement de l’article L. 641-12 alinéa 3 du Code de commerce, à demander le constat de la résiliation de plein droit du bail d’un…
some
Date des faits à prendre en compte pour l’extension de la liquidation judiciaire après résolution du plan
La jonction des procédures de liquidation judiciaire ouvertes après la résolution d’un plan peut être prononcée à raison d'une confusion des patrimoines caractérisée par des faits postérieurs au jugement arrêtant le plan.
some
Dessaisissement du débiteur et virements en cours au jour du prononcé de la liquidation judiciaire
Les ordres de virement émis par le débiteur avant le jugement prononçant sa liquidation judiciaire et emportant ainsi son dessaisissement, sont opposables à la procédure collective peu important qu’ils aient été exécutés après cette date.