webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Les effets limités de la substitution des délais de prescription sur l’action en paiement contre la caution

Cass. com., 16 janvier 2019, n°17-14.002

Nonobstant l’opposabilité à la caution solidaire de la substitution de la prescription résultant de la décision d’admission de la créance garantie au passif du débiteur principal, le délai du créancier pour agir en paiement contre cette caution reste déterminé par la nature de la créance détenue sur la caution, le délai de prescription étant néanmoins interrompu pendant la durée de la procédure collective du débiteur principal jusqu’à la date de sa clôture.



La Cour de cassation était saisie d’une question relative à l’incidence de la procédure collective sur la prescription de l’action du créancier contre la caution du débiteur. Plusieurs prêts garantis par une caution personne physique avaient été octroyés à une société. Une procédure de redressement judiciaire a été ouverte au bénéfice de cette société, et la créance de remboursement a été admise au passif. Après la clôture de la procédure, le créancier a assigné en paiement la caution, qui lui a opposé la prescription de sa demande.

En application du droit antérieur à la loi du 17 juin 2008, la cour d’appel avait jugé que l’action en paiement n’était pas prescrite et retient que la décision d’admission de créance a pour effet d’opérer une substitution de la prescription trentenaire prévue pour le délai d’exécution, à la prescription décennale attachée à la nature commerciale de la créance ; substitution qui est opposable à la caution. Partant, ce délai de trente ans devait s’appliquer à l’action en paiement du créancier contre la caution.

La question posée à la Cour de cassation était donc de savoir si la substitution des délais de prescription résultant de la décision d’admission de créance, s’appliquait à l’action en paiement dirigée par le créancier contre la caution.

Il est de jurisprudence constante, que la substitution des délais de prescription est opposable à la caution (Cass. com., 25 fév. 2004, n°01-13.588 ; Cass. com., 30 oct. 2007, n°04-16.655), mais la difficulté était de déterminer quel en était l’effet sur l’action en paiement du créancier à l’encontre de la caution.

Sur ce point, la Haute juridiction avait dans un premier temps retenu que la substitution des délais de prescription produisait ses effets sur l’action en paiement du créancier dirigée contre la caution (Cass. com., 3 nov. 2009, n°07-14.329 ; Cass. com., 3 fév. 2009, n°07-19.423).

Toutefois, depuis un arrêt du 12 janvier 2016, la Cour de cassation a opéré un revirement et considère désormais que :

« l’opposabilité à la caution solidaire de la substitution de la prescription trentenaire à la prescription décennale ayant pu se produire, en l’état du droit antérieur à la loi du 17 juin 2008, à la suite de la décision d’admission de la créance garantie au passif du débiteur principal n’a pas pour effet de soumettre l’action en paiement du créancier contre la caution à cette prescription trentenaire ; que le délai du créancier pour agir en paiement contre cette caution reste déterminé par la nature de la créance détenue sur la caution, le délai de prescription étant néanmoins interrompu pendant la durée de la procédure collective du débiteur principal jusqu’à la date de sa clôture ».

La substitution des délais est certes opposable à la caution mais son effet est limité.

Cette position est confirmée par le présent arrêt.

La nature de la créance garantie par la caution étant commerciale, l’action en paiement dirigée contre la caution était donc soumise au délai prévu à l’article L.110-4 du code de commerce et non au délai d’exécution plus long, posé par l’article L.111-4 du code de procédure civile d’exécution.

Le présent arrêt s’inscrit donc dans le prolongement d’une jurisprudence récente favorable au sort de la caution et qui apparaît mettre un frein à la théorie de la représentation mutuelle des co-obligés. (Cass. com., 10 janv. 2019, n°16-24.742 ; Cass. com., 3 oct. 2018, n°16-26.985 ; Cass. com., 4 juil. 2018, n°16-20.205).

Enfin, la Cour de cassation rappelle que le délai de prescription est interrompu pendant la durée de la procédure collective, du fait de la déclaration de créance et reprend à compter de la clôture de la procédure.

A rapprocher :  Cass. com., 25 fév. 2004, n°01-13.588 ; Cass. com., 30 oct. 2007, n°04-16.655 ; Cass. com., 3 nov. 2009, n°07-14.329 ; Cass. com., 3 fév. 2009, n°07-19423 ; Cass. com. 12 janv. 2016, n°14-21.295 ; Cass. com., 10 janv. 2019, n°16-24.742 ; Cass. com., 3 oct. 2018, n°16-26.985 ; Cass. com., 4 juil. 2018, n°16-20.205 ; articles du code de commerce : L.622-25-1 par renvoi de l’article L.631-14

VOIR AUSSI

Sort d’une créance indemnitaire née pendant la période d’observation

Cass. com., 17 octobre 2018, n°17-17.672

- Vu : 426

La Cour de cassation casse pour défaut de base légale l’arrêt de la Cour d’appel fixant au passif le montant d’une créance postérieure, née au cours de la période d’observation d’une procédure de redressement judiciaire, sans préciser si cette dernière était utile ou non à la procédure, ce qui aurait justifié, dans le premier cas, la condamnation du débiteur à la régler et, dans le second cas, le prononcé de l’irrecevabilité de la demande formée contre ce dernier.

> Lire la suite

Période suspecte et modification de gage, une opération sous contrôle

Cass. com., 27 septembre 2016, n°15-10.421

- Vu : 440

La modification d’un gage en période suspecte ne peut avoir pour effet d’accroître les garanties du créancier et ce, sous peine de nullité.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 6586
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 6276
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 6056
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3773
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©