Sort des cotisations sociales de l’avocat associé d’une société civile professionnelle en redressement judiciaire

Photo de profil - NAYROLLES Sophie | Avocat associée | Lettre du Restructuring

NAYROLLES Sophie

Avocat associée

Cass. com., 21 novembre 2018, n°17-18.306

L’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire à l’égard de la société civile professionnelle est sans incidence sur l’obligation de l’avocat associé au paiement de ses cotisations sociales.

En l’espèce, une avocate, associée gérante d’une société civile professionnelle placée en redressement judiciaire suivant jugement du 10 décembre 2015, a formé opposition à la contrainte que lui a signifiée l’union de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales (URSSAF) le 2 février 2016 au titre du recouvrement de cotisations afférentes à son activité d’avocat exercée au sein de la société, pour la période de novembre 2015.

Par jugement du 22 février 2017, le tribunal des affaires de sécurité sociale de Paris a validé partiellement la contrainte litigieuse aux motifs que l’avocate associée était personnellement redevable des cotisations sociales calculées sur ses revenus perçus au titre de son activité indépendante exercée au sein de la société civile professionnelle d’avocats.

L’avocate associée a formé un pourvoi en cassation contre cette décision. Au soutien de ses prétentions, elle arguait que la société civile professionnelle d’avocats est codébitrice avec ses associés des cotisations sociales qui font d’ailleurs l’objet de déclarations et de paiement par la société elle-même. Par conséquent, les associés peuvent opposer aux créanciers l’absence de déclaration de créances d’arriérés de cotisations sociales aux organes de la procédure collective de la société civile professionnelle d’avocats. Elle justifiait notamment son argument par le fait que le défaut de déclaration de créance la privait de la possibilité de déduire la charge correspondante du chiffre d’affaires de la SCP, augmentant ainsi fictivement le montant de son revenu personnel au sein de la société civile professionnelle et des charges personnelles en découlant.

Par un arrêt du 21 novembre 2018, publié au bulletin, la Cour de cassation a rejeté le moyen. Selon la chambre commerciale :

« Il résulte des articles L. 613-1 et R. 241-2 du code de la sécurité sociale, dans leur rédaction alors applicable, que l’avocat, qui exerce son activité au sein d’une société civile professionnelle, et qui relève, au titre de cette activité, du régime des travailleurs non-salariés des professions non agricoles, est seul redevable des cotisations sociales afférentes à cette activité ; qu’il s’ensuit que l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire à l’égard de la société civile professionnelle est sans incidence sur l’obligation de l’associé au paiement de ses cotisations ; qu’ayant énoncé que Mme Y… était personnellement redevable des cotisations sociales calculées sur ses revenus perçus au titre de son activité indépendante exercée au sein de la société civile professionnelle C… & Y… , le tribunal, qui n’avait pas à effectuer la recherche inopérante invoquée par le moyen, a légalement justifié sa décision de valider la contrainte. »

La présente décision s’inscrit dans le prolongement de cette jurisprudence. En effet, aux termes d’un précédent arrêt du 26 mai 2016, la Cour de cassation avait déjà précisé que le travailleur indépendant était personnellement redevable des cotisations et contributions dues au titre du régime des travailleurs non-salariés des professions non agricoles, peu important les modalités selon lesquelles il exerce son activité (Cass. civ. 2ème, 26 mai 2016, n°15-17.272, n°846 P+B). En l’espèce, le travailleur indépendant était alors gérant d’une société placée en liquidation judiciaire au passif de laquelle le RSI n’avait déclaré aucune créance au titre des cotisations et contributions dues au titre du régime des travailleurs non-salariés des professions non agricoles dont était redevable le gérant.

A rapprocher :  Cass. civ. 2ème, 26 mai 2016, n°15-17.272, n°846 P+B

Sommaire

Autres articles

some
Responsabilité pour insuffisance d’actif – Faute de gestion ou simple négligence
Cass. com., 13 avril 2022, n°20-20.137 Il résulte de l’article L. 651-2 du Code de commerce qu’en cas de simple négligence dans la gestion de la société, la responsabilité du dirigeant au titre de l’insuffisance d’actif ne peut être engagée. La rupture brutale des…
some
Qualité d’associé de GAEC ou d’une SCI : procédure collective ou surendettement des particuliers ?
Cass. com., 16 décembre 2021, n°20-16.485 et 20-18.344 La seule qualité d’associé d’un GAEC ou d’une SCI ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures collectives et à l’exclure du champ d’application des dispositions du…
some
Indivisibilité de la procédure de vérification des créances, droits propres du débiteur et notification à l’adresse personnelle de son représentant légal
Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – chambre 9, 20 janvier 2022, n°21/09000 La procédure de vérification du passif étant indivisible et le débiteur disposant, en cette matière, d’un droit propre, la déclaration d’appel contre l’ordonnance de rejet du Juge…
some
Précisions sur la caractérisation de l’omission volontaire de déclaration de la cessation des paiements
Cass. com., 12 janvier 2022, n°20-21.427 Une mesure d’interdiction de gérer peut être prononcée à l’égard d’un dirigeant alors même que celui-ci n’avait pas une connaissance effective de l’état de cessation des paiements de sa société à la date fixée…
some
L’efficacité de la déclaration d’insaisissabilité subsiste à la cessation de l’activité professionnelle
Les effets d’une déclaration notariée d’insaisissabilité subsistent aussi longtemps que les droits des créanciers auxquels elle est opposable ne sont pas éteints. Par conséquence, sauf renonciation du déclarant, la cessation de son activité professionnel
Absence d’autorité de la chose jugée de la décision fixant la date de cessation des paiements
Par un arrêt du 29 septembre 2021, la Cour de cassation rappelle que l’existence d’une décision d’irrecevabilité ou de rejet d’une demande de report de la date de cessation des paiements, ne fait pas obstacle à l’introduction d’une nouvelle demande…