webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

La compensation pour dettes connexes exige de la part du créancier une déclaration de créances

Cass. com., 20 juin 2018, n°16-16.723

La Cour de cassation confirme sa jurisprudence selon laquelle la compensation de créances connexes ne peut être opérée dès lors que le créancier n’a pas déclaré sa créance antérieure au passif.



En l’espèce, par un marché du 14 novembre 2007, un établissement public d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (l'EHPAD) a confié, dans le cadre de la construction d'une résidence, la réalisation du lot électricité à une société qui a été successivement placée en redressement judiciaire puis en liquidation judiciaire par jugements respectifs des 22 septembre et 16 novembre 2010.

Le liquidateur judiciaire, n'ayant pas obtenu le paiement des factures émises par le débiteur en octobre, novembre et décembre 2010, a assigné l'EHPAD en paiement des factures impayées. Par un jugement du 17 octobre 2014, le Tribunal de commerce a condamné l'EHPAD à payer au liquidateur judiciaire, ès qualités, la somme de 60 518,95 euros au titre des factures impayées.

L’EHPAD a interjeté appel du jugement. Par un arrêt du 3 mars 2016, la Cour d’appel de Nîmes a confirmé la décision de première instance. L’EHPAD a alors formé un pourvoi en cassation.

L’EHPAD fait notamment grief aux juges du fond d’avoir rejeté sa demande de compensation pour dettes connexes entre sa dette au titre des factures impayées et la dette du débiteur au titre de l’exécution incomplète et défectueuse des travaux aux motifs qu’il n’avait pas déclaré sa créance au passif du débiteur.

Par un arrêt du 20 juin 2018, la Cour de cassation rejette le moyen.

La Chambre commerciale, en se fondant sur les dispositions des articles L.622-24, L.622-26 et L.622-7 du Code de commerce, confirme l’arrêt de la Cour d’appel en ce qu’il a rejeté la demande de compensation pour dettes connexes de l’EHPAD aux motifs que ce dernier aurait dû déclarer sa créance antérieure résultant de l’exécution incomplète et défectueuse des travaux au passif du débiteur sous peine d’inopposabilité de sa créance à la procédure collective.

L’article L.622-7 du Code de commerce dispose en ces termes que :

« Le jugement ouvrant la procédure emporte, de plein droit, interdiction de payer toute créance née antérieurement au jugement d'ouverture, à l'exception du paiement par compensation de créances connexes. » 

Toutefois, la compensation de créances connexes ne peut être opérée dès lors que le créancier n’a pas déclaré sa créance antérieure au passif du débiteur ; cette créance étant, en application des dispositions de l’article L.622-26 du Code de commerce, inopposable à la procédure collective du débiteur (Cass. com., 3 mai 2011, n°10-16.758 ; Cass. com., 19 juin 2012, n°10-21.641). Sous l’empire de la loi du 25 janvier 1985 relative au redressement et à la liquidation judiciaires des entreprises, la compensation de créances connexes nécessitait une déclaration de la créance au passif du débiteur, la sanction étant alors au demeurant l’extinction de la créance.

En l’espèce, il ne pouvait être contesté que la créance au titre du paiement des travaux effectués et celle au titre de l’exécution incomplète et défectueuse des travaux étaient des créances connexes (Cass. com., 24 octobre 1978, n°77-11.012).

Toutefois, le fait générateur de la créance, née de l'exécution défectueuse par le débiteur d'une prestation de travaux, étant le jour de l’exécution de la prestation (Cass. com., 21 février 2012, n°11-11.504), la créance de l’EHPAD était une créance antérieure qui aurait dû être déclarée au passif du débiteur pour permettre la compensation des créances en application des dispositions de l’article L.622-7 du Code de commerce.

A rapprocher :  Cass. com., 3 mai 2011, n°10-16.758 ; Cass. com., 19 juin 2012, n°10-21.641 ; Loi n°2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises ; L.622-24 du Code de commerce ; L.622-26 du Code de commerce ; L.622-7 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Précision sur le régime de la déclaration de créance par le débiteur pour le compte d’un créancier

Cass. com., 5 septembre 2018, n°17-18.516

- Vu : 157

Pour valoir déclaration de créance pour le compte du créancier, le débiteur doit porter à la connaissance du mandataire judiciaire le montant de la créance, la simple information portant sur l’identité du créancier n’étant pas suffisante.

> Lire la suite

Recours du débiteur contre une décision fixant la créance après reprise de l’instance

Cass. com., 24 janvier 2018, n°16-21.701

- Vu : 347

Lorsqu’à la date du jugement d’ouverture de la procédure de sauvegarde, une instance était en cours, le débiteur a le droit d’exercer seul, sans l’assistance de l’administrateur judiciaire, un recours contre la décision fixant la créance après reprise de l’instance.

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 4847
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 4517
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 3926
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3142
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©