Procédure européenne d’insolvabilité : notion d’instance en cours

Photo de profil - AUBRY Marion | Avocat | Lettre du Restructuring

AUBRY Marion

Avocat

CJUE, 6 juin 2018, aff C-250-17

L’instance en cours ayant pour objet la condamnation d’un débiteur au paiement d’une somme d’argent est une instance en cours au sens du règlement européen relatif aux procédures d’insolvabilité.

En l’espèce, le 25 juillet 2008, une personne physique, demeurant à Londres, a introduit devant le Tribunal d’arrondissement de Lisbonne, une action en recouvrement de créance fondée sur un contrat de fourniture de services contre une société dont le siège social est situé au Luxembourg.

Au cours de la procédure de recouvrement, le 10 octobre 2014, la société a été déclarée en état de faillite par le Tribunal d’arrondissement de Luxembourg. A compter de cette date, la masse de la faillite, représentée par le curateur à la faillite luxembourgeois, nommée par ce tribunal, est devenue partie défenderesse dans le cadre de ladite procédure.

Par ordonnance du 1er juin 2015, le Tribunal de Lisbonne a prononcé un non-lieu à statuer, en se fondant sur le droit portugais au motif que l’article 15 du règlement n°1346/2000 du 29 mai 2000 relatif aux procédures d’insolvabilité (applicable aux faits de l’espèce) trouvait à s’appliquer au cas d’espèce.

L’article 15 du règlement n°1346/2000 du 29 mai 2000 dispose que : « les effets de la procédure d’insolvabilité sur une instance en cours concernant un bien ou un droit dont le débiteur est dessaisi sont régis exclusivement par la loi de l’Etat membre dans lequel cette instance est en cours ».

La Cour d’appel de Lisbonne ayant confirmé la décision de première instance, la personne physique a formé un pourvoi contre cet arrêt devant la Cour suprême soutenant, en se fondant sur l’article 4 dudit règlement (qui pose les règles générales de conflit de lois), que le droit luxembourgeois était applicable aux faits de l’espèce ; l’article 15 du règlement n’étant selon lui applicable qu’aux instances en cours ayant pour objet un bien ou un droit déterminé (ce que ne serait pas une instance en paiement).

Dans ces circonstances, la Cour suprême a posé à la Cour de justice de l’Union Européenne la question préjudicielle suivante :

« L’article 15 du (règlement n°1346/2000) doit-il être interprété en ce sens qu’il s’applique à une instance en cours devant une juridiction d’un Etat membre ayant pour objet la condamnation d’un débiteur au paiement d’une somme d’argent, due en vertu d’un contrat de prestation de services, ainsi que d’une indemnisation pécuniaire pour non-respect de cette même obligation contractuelle, dans la mesure où : i) le débiteur a été déclaré insolvable dans le cadre d’une procédure d’insolvabilité ouverte dans un autre Etat membre et ii) la déclaration d’insolvabilité couvre tout le patrimoine du débiteur. »

La juridiction de renvoi cherche ainsi à savoir si l’expression « un bien ou un droit dont le débiteur est dessaisi » s’applique uniquement aux seules instances en cours portant sur un bien ou un droit déterminé de sorte qu’il conviendrait d’exclure du champ d’application de ces dispositions les instances portant sur le paiement d’une somme d’argent au titre d’une obligation contractuelle.

Par un arrêt du 6 juin 2018, la Cour de justice de l’Union Européenne se prononce sur la portée de l’article 15 du règlement du 29 mai 2000 relatif aux procédures d’insolvabilité en décidant en ces termes que :

« L’article 15 du règlement n°1346/2000 doit être interprété en ce sens qu’il s’applique à une instance en cours devant une juridiction d’un Etat membre ayant pour objet la condamnation d’un débiteur au paiement d’une somme d’argent, due en vertu d’un contrat de prestation de services, ainsi qu’à une indemnisation pécuniaire pour non-respect de cette même obligation contractuelle, dans le cas où ce débiteur a été déclaré insolvable dans le cadre d’une procédure d’insolvabilité ouverte dans un autre Etat membre et où cette déclaration d’insolvabilité s’étend à l’ensemble du patrimoine dudit débiteur ».

La Cour de justice de l’Union Européenne justifie notamment sa solution en interprétant l’article 15 du règlement n°1346/2000 à l’aune de l’article 4 paragraphe 2, sous f) du même règlement.

L’article 4 paragraphe 2, sous f) dispose que la loi de l’Etat d’ouverture détermine « les effets de la procédure d’insolvabilité sur les poursuites individuelles, à l’exception des instances en cours ».

Or, il ne ressort pas de ces dernières dispositions que les instances en cours portent sur un droit ou sur un bien déterminé. Le juge européen en déduit que l’expression générale « instance en cours » de l’article 4 du règlement confirme, au contraire, que les dispositions de l’article 15 du même règlement s’appliquent aux instances en cours portant non pas uniquement sur un droit ou un bien déterminé mais, plus largement, sur un bien ou sur un droit relevant de la masse d’insolvabilité.

La Cour de justice de l’Union Européenne justifie par ailleurs sa position au regard de l’objectif poursuivi par le règlement, tel qu’il ressort de son considérant 8, visant à améliorer et à accélérer les procédures d’insolvabilité ayant des effets transfrontaliers. Ainsi, l’application de la loi de l’Etat membre dans lequel l’instance est en cours s’inscrit directement dans cet objectif.

Toutefois, le juge européen rappelle que les procédures d’exécution forcée ne relèvent pas du champ d’application de l’article 15 dudit règlement (CJUE, 9 novembre 2016, ENEFI, aff C212/15).

La portée de cette décision s’étend aux dispositions de l’article 18 du règlement n°2015/848 du 20 mai 2015 (applicables aux procédures d’insolvabilité ouvertes à compter du 26 juin 2017), relatif aux procédures d’insolvabilité, lesquelles reprennent la teneur de l’article 15 du règlement n°1346/2000 du 29 mai 2000 précité. 

A rapprocher : Article 15 du règlement n°1346/2000 ; Article 4 paragraphe 2, sous f) du règlement n°1346/2000 ; Article 16 paragraphe 1 du règlement n°1346/2000 ; CJUE, 9 novembre 2016, ENEFI, aff C212/15

Sommaire

Autres articles

some
La désignation du débiteur par l’ordonnance du juge-commissaire en qualité de partie devant saisir la juridiction compétente pour trancher le litige, n’est pas exclusive de la qualité pour agir des autres parties
Cass. com. 2 mars 2022, n°20-21.712 En présence d’une contestation sérieuse de la créance déclarée relevée par le Juge-commissaire, l’action introduite – non par le débiteur pourtant désigné par l’ordonnance – mais par le liquidateur judiciaire dans le délai d’un…
some
Jugement réputé non avenu en l’absence de reprise de l’instance en cours interrompue
Civ. III, 12 janvier 2022, pourvoi n° 20-23.599 Les jugements même passés en force de chose jugée, obtenus après l’interruption de l’instance et sans que l’instance ait été régulièrement reprise sont réputés non avenus. En l’espèce, le syndicat de copropriétaires…
some
L’associé d’une société civile est-il éligible aux dispositions relatives au surendettement des particuliers ou aux dispositions du Livre VI du code de commerce ?
Cass. 2e civ., 16 décembre. 2021, n°20-16.485 La seule qualité d’associé d’une société civile ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures collectives et à l’exclure du champ d’application des dispositions du code de la…
some
Résiliation du bail pour non-paiement des loyers postérieurs
Cass. civ. 3ème, 24 novembre 2021, n°20-20.973 La procédure devant le juge-commissaire qui consiste, sur le fondement de l’article L. 641-12 alinéa 3 du Code de commerce, à demander le constat de la résiliation de plein droit du bail d’un…
some
Date des faits à prendre en compte pour l’extension de la liquidation judiciaire après résolution du plan
La jonction des procédures de liquidation judiciaire ouvertes après la résolution d’un plan peut être prononcée à raison d'une confusion des patrimoines caractérisée par des faits postérieurs au jugement arrêtant le plan.
some
Dessaisissement du débiteur et virements en cours au jour du prononcé de la liquidation judiciaire
Les ordres de virement émis par le débiteur avant le jugement prononçant sa liquidation judiciaire et emportant ainsi son dessaisissement, sont opposables à la procédure collective peu important qu’ils aient été exécutés après cette date.