webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Dirigeants
 

L’opposabilité d’une déclaration d’insaisissabilité régulièrement publiée

Cass. com., 14 mars 2018, n°16-27.302

Le liquidateur n’a pas qualité à agir, au nom de débiteur dessaisi, en partage et licitation d’une indivision au sens de l’article 815 du Code civil dès lors que le bien indivis fait l’objet d’une déclaration notariée d’insaisissabilité avant l’ouverture de la procédure collective.



Ce qu’il faut retenir : Le liquidateur n’a pas qualité à agir, au nom de débiteur dessaisi, en partage et licitation d’une indivision au sens de l’article 815 du Code civil dès lors que le bien indivis fait l’objet d’une déclaration notariée d’insaisissabilité avant l’ouverture de la procédure collective.

Pour approfondir : En l’espèce, un époux, propriétaire indivis, avec son épouse, d’un bien déclaré insaisissable par acte notarié a bénéficié consécutivement d’une procédure de redressement judiciaire puis d’une procédure de liquidation judiciaire.

Le liquidateur, dans la perspective d’augmenter le gage commun des créanciers, a assigné l’épouse du débiteur en partage de l’indivision et licitation de l’immeuble.

Les juges du fond ont fait droit à sa demande en indiquant que le liquidateur disposait de la qualité à agir en partage de l’indivision en raison du dessaisissement de plein droit du débiteur en cas d’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire et que la déclaration d’insaisissabilité ne pouvait constituer un obstacle à cette action.

La Haute juridiction a dû se prononcer sur la question de savoir si la déclaration notariée d’insaisissabilité, antérieure au jugement d’ouverture de la procédure collective, pouvait faire échec à l’action en licitation de l’indivision exercée par le liquidateur.

Par cet arrêt publié au bulletin, la chambre commerciale de la Cour de cassation affirme qu’une déclaration notariée d’insaisissabilité, régulièrement publiée avant le jugement d’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire, protège les droits indivis du débiteur du champ de la procédure collective et ce malgré le dessaisissement de l’article L.641-9 du Code de commerce. Ainsi, le liquidateur n’avait pas qualité à agir en partage et licitation de l’indivision au sens de l’article 815 du Code civil. 

Cette position s’inscrit dans la droite ligne jurisprudentielle menée par la chambre commerciale de la Cour de cassation, notamment aux termes d’un arrêt en date du 28 juin 2011 (Cass. com., 28 juin 2011, n°10-15.482).

Par ailleurs, la Cour prend soin de préciser qu’en l’espèce, la déclaration notariée d’insaisissabilité est « régulièrement publiée » puisque depuis un arrêt du 2 juin 2015 (Cass. com. 2 juin 2015, n°13-24.714) « le liquidateur, qui a qualité pour agir au nom et dans l'intérêt collectif des créanciers, est recevable à en contester la régularité à l'appui d'une demande tendant à reconstituer le gage commun des créanciers ».

A rapprocher : Articles L.641-9 et L.526-1 du Code de commerce ; article 815 du Code civil ; Cass. com., 28 juin 2011, n°10-15.482 ; Cass. com., 2 juin 2015, n°13-24.714

VOIR AUSSI

Responsabilité pour insuffisance d’actif : le dirigeant et sa compagnie d’assurances peuvent être poursuivis dans la même instance

Cass. com., 10 mars 2021, n°19-12.825 / 19-17.066

- Vu : 180

Un dirigeant et la compagnie d’assurances auprès de laquelle a été souscrite une assurance pour garantir les conséquences de l’éventuelle responsabilité dudit dirigeant pour insuffisance d’actif peuvent être poursuivis par le liquidateur au sein de la même instance. L’action directe du tiers lésé en responsabilité suppose uniquement la démonstration de deux éléments : l’existence d’un contrat d’assurances couvrant la responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif et la responsabilité dudit dirigeant.

> Lire la suite

Le maintien en fonction du dirigeant en cas d’ouverture d’une liquidation judiciaire

Cass. com., 12 juin 2019, n°18-14.395

- Vu : 3495

Le jugement de liquidation judiciaire n’emporte pas la dissolution de plein droit de la débitrice personne morale. Ainsi, le dirigeant en fonction au jour de l’ouverture de la procédure de liquidation judiciaire le demeure sauf dispositions contraires des statuts ou décision de l’assemblée générale.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 17087
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 13106
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 12789
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 7305
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©