Application de la notion de créancier professionnel du Code de la consommation à une association à but non lucratif

Cass. com., 27 septembre 2017, n°15-24.895

Le créancier professionnel, au sens des dispositions des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation, s’entend de celui dont la créance est née dans l’exercice de sa profession ou se trouve en rapport direct avec l’une de ses activités professionnelles.

Ce qu’il faut retenir : Le créancier professionnel, au sens des dispositions des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation, dans leur version antérieure à celle issue de l’ordonnance n°2016-301 du 14 mars 2006, s’entend de celui dont la créance est née dans l’exercice de sa profession ou se trouve en rapport direct avec l’une de ses activités professionnelles.

Pour approfondir : En l’espèce, une agence de voyage a adhéré à l’Association professionnelle de solidarité du tourisme (APST) qui lui fournissait une garantie financière, prévue par l’article L.211-18, II, a, du Code du tourisme, nécessaire à l’obtention de la licence d’agent de voyages. Les deux cogérants de la société se sont portés caution personnelle et solidaire de cet engagement envers l’association.

L’agence de voyage ayant été placée en liquidation judiciaire, l’association a déclaré au passif de la procédure de liquidation judiciaire de cette société une créance au titre de la mise en œuvre de sa garantie financière. Puis, l’association a assigné un des deux dirigeants en exécution de son engagement de caution.

En réponse, la caution a opposé la nullité de son engagement en raison de l’absence des mentions manuscrites imposées par les articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation.

Par un arrêt en date du 9 décembre 2014, la  Cour d’appel de Toulouse a retenu que l’association, qui agit sans but lucratif et se définit comme un garant professionnel, ne peut être qualifiée de créancier professionnel au sens des dispositions des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation.

Saisie d’un pourvoi formé par la caution, la Cour de cassation a cassé et annulé l’arrêt de la Cour d’appel au visa des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation, dans leur rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance du 14 mars 2006, devenus respectivement L.331-1 et L.331-2 du même code. Dans un attendu de principe, la chambre commerciale a rappelé que : « le créancier professionnel au sens de ces textes s’entend de celui dont la créance est née dans l’exercice de sa profession ou se trouve en rapport direct avec l’une de ses activités professionnelles ».

Faisant application de ce principe, la Haute juridiction a retenu la qualification de créancier professionnel à l’égard de l’association aux motifs que la créance garantie par le cautionnement était en rapport direct avec l’activité professionnelle exercée par l’association, et ce nonobstant l’absence de but lucratif.

La présente décision s’inscrit dans la lignée d’une jurisprudence constante qui considère qu’une association peut être considérée comme un professionnel en matière de législation sur les clauses abusives (voir par exemple en ce sens Cass. civ. 1ère, 3 novembre 2016, n°15-20.621).

A rapprocher : Articles L.331-1 et L.331-2 du Code de la consommation (version en vigueur depuis l’ordonnance de 2006) ; Cass. civ. 1ère, 3 novembre 2016, n°15-20.621

Sommaire

Autres articles

some
Responsabilité pour insuffisance d’actif – Faute de gestion ou simple négligence
Cass. com., 13 avril 2022, n°20-20.137 Il résulte de l’article L. 651-2 du Code de commerce qu’en cas de simple négligence dans la gestion de la société, la responsabilité du dirigeant au titre de l’insuffisance d’actif ne peut être engagée. La rupture brutale des…
some
Qualité d’associé de GAEC ou d’une SCI : procédure collective ou surendettement des particuliers ?
Cass. com., 16 décembre 2021, n°20-16.485 et 20-18.344 La seule qualité d’associé d’un GAEC ou d’une SCI ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures collectives et à l’exclure du champ d’application des dispositions du…
some
Indivisibilité de la procédure de vérification des créances, droits propres du débiteur et notification à l’adresse personnelle de son représentant légal
Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – chambre 9, 20 janvier 2022, n°21/09000 La procédure de vérification du passif étant indivisible et le débiteur disposant, en cette matière, d’un droit propre, la déclaration d’appel contre l’ordonnance de rejet du Juge…
some
Précisions sur la caractérisation de l’omission volontaire de déclaration de la cessation des paiements
Cass. com., 12 janvier 2022, n°20-21.427 Une mesure d’interdiction de gérer peut être prononcée à l’égard d’un dirigeant alors même que celui-ci n’avait pas une connaissance effective de l’état de cessation des paiements de sa société à la date fixée…
some
L’efficacité de la déclaration d’insaisissabilité subsiste à la cessation de l’activité professionnelle
Les effets d’une déclaration notariée d’insaisissabilité subsistent aussi longtemps que les droits des créanciers auxquels elle est opposable ne sont pas éteints. Par conséquence, sauf renonciation du déclarant, la cessation de son activité professionnel
Absence d’autorité de la chose jugée de la décision fixant la date de cessation des paiements
Par un arrêt du 29 septembre 2021, la Cour de cassation rappelle que l’existence d’une décision d’irrecevabilité ou de rejet d’une demande de report de la date de cessation des paiements, ne fait pas obstacle à l’introduction d’une nouvelle demande…