webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Dirigeants
 

Application de la notion de créancier professionnel du Code de la consommation à une association à but non lucratif

Cass. com., 27 septembre 2017, n°15-24.895

Le créancier professionnel, au sens des dispositions des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation, s’entend de celui dont la créance est née dans l’exercice de sa profession ou se trouve en rapport direct avec l’une de ses activités professionnelles.



Ce qu’il faut retenir : Le créancier professionnel, au sens des dispositions des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation, dans leur version antérieure à celle issue de l’ordonnance n°2016-301 du 14 mars 2006, s’entend de celui dont la créance est née dans l’exercice de sa profession ou se trouve en rapport direct avec l’une de ses activités professionnelles.

Pour approfondir : En l’espèce, une agence de voyage a adhéré à l’Association professionnelle de solidarité du tourisme (APST) qui lui fournissait une garantie financière, prévue par l’article L.211-18, II, a, du Code du tourisme, nécessaire à l’obtention de la licence d’agent de voyages. Les deux cogérants de la société se sont portés caution personnelle et solidaire de cet engagement envers l’association.

L’agence de voyage ayant été placée en liquidation judiciaire, l’association a déclaré au passif de la procédure de liquidation judiciaire de cette société une créance au titre de la mise en œuvre de sa garantie financière. Puis, l’association a assigné un des deux dirigeants en exécution de son engagement de caution.

En réponse, la caution a opposé la nullité de son engagement en raison de l’absence des mentions manuscrites imposées par les articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation.

Par un arrêt en date du 9 décembre 2014, la  Cour d’appel de Toulouse a retenu que l’association, qui agit sans but lucratif et se définit comme un garant professionnel, ne peut être qualifiée de créancier professionnel au sens des dispositions des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation.

Saisie d’un pourvoi formé par la caution, la Cour de cassation a cassé et annulé l’arrêt de la Cour d’appel au visa des articles L.341-2 et L.341-3 du Code de la consommation, dans leur rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance du 14 mars 2006, devenus respectivement L.331-1 et L.331-2 du même code. Dans un attendu de principe, la chambre commerciale a rappelé que : « le créancier professionnel au sens de ces textes s’entend de celui dont la créance est née dans l’exercice de sa profession ou se trouve en rapport direct avec l’une de ses activités professionnelles ».

Faisant application de ce principe, la Haute juridiction a retenu la qualification de créancier professionnel à l’égard de l’association aux motifs que la créance garantie par le cautionnement était en rapport direct avec l’activité professionnelle exercée par l’association, et ce nonobstant l’absence de but lucratif.

La présente décision s’inscrit dans la lignée d’une jurisprudence constante qui considère qu’une association peut être considérée comme un professionnel en matière de législation sur les clauses abusives (voir par exemple en ce sens Cass. civ. 1ère, 3 novembre 2016, n°15-20.621).

A rapprocher : Articles L.331-1 et L.331-2 du Code de la consommation (version en vigueur depuis l’ordonnance de 2006) ; Cass. civ. 1ère, 3 novembre 2016, n°15-20.621

VOIR AUSSI

L’omission tardive et délibérée de l’état de cessation des paiements : la question de la rétroactivité

Cass. com., 17 décembre 2017, n°17-18.918

- Vu : 748

La Cour de cassation, par le filtrage d’une question prioritaire de constitutionnalité, permet de se questionner de nouveau sur l’application rétroactive du nouvel alinéa 3 de l’article L.653-8 du Code de commerce.

> Lire la suite

La Loi SAPIN II redessine les contours de la responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif

Loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016

- Vu : 748
La Loi dite SAPIN II est venue ajouter à l’alinéa 1er de l’article L. 651-2 du Code de commerce, portant sur la responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif, un cas d‘exclusion de responsabilité en cas de « simple négligence » dans la gestion.  > Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 7118
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 6523
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 6293
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 3905
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©