webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Social
 

Les critères d’ordre des licenciements ne s’appliquent pas aux départs volontaires

Cass. com., 1er juin 2017, n°16-15.456

En présence d’un départ volontaire du salarié dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, accepté par l’employeur, ce dernier n’est pas tenu de respecter l’ordre des licenciements, sauf s’il a pris l’engagement de s’y soumettre.



Ce qu’il faut retenir : En présence d’un départ volontaire du salarié dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi, accepté par l’employeur, ce dernier n’est pas tenu de respecter l’ordre des licenciements, sauf s’il a pris l’engagement de s’y soumettre.

Pour approfondir : Cet arrêt s’inscrit dans le courant jurisprudentiel engagé pour préciser le régime particulier des ruptures de contrats de travail intervenant dans le cadre de plans de départs volontaires.

Rappelons que le plan de départs volontaires, dispositif non réglementé par le Code du travail, permet de réduire les effectifs de l’entreprise en faisant appel au volontariat, après consultation des instances représentatives du personnel.

Il peut être mis en place de façon autonome, c'est-à-dire, sans être suivi de licenciement et sans contenir de plan de reclassement interne puisque, dans ce cas, c’est la volonté des salariés qui dicte la suppression des postes (Cass. soc., 26 oct. 2010, n°09-15.187).

Le plan de départs volontaires peut également être combiné avec d’autres mesures au sein d’un plan de sauvegarde de l’emploi. Si la réduction des effectifs n’est pas atteinte dans le cadre du volontariat (soit qu’il n’y ait pas assez de candidats volontaires au départ, soit que les salariés ne soient pas éligibles à celui-ci), le licenciement du salarié peut être envisagé. On parle alors de plan de départ volontaire « mixte » qui doit, quant à lui, et compte tenu de la possibilité qu’il débouche sur un licenciement, comporter des offres de reclassement interne.

La question qui se posait, en l’espèce, à la Haute juridiction était celle de l’application de l’ordre des licenciements en pareille hypothèse.

Dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi consécutif à un plan de cession de l’entreprise et comportant un plan de départs volontaires, une salarié s’était portée candidate au plan de départs volontaires et l’employeur l’avait accepté. Une fois la rupture de son contrat notifiée par l’administrateur judiciaire, la salarié a invoqué un licenciement sans cause réelle et sérieuse au motif que l’ordre des licenciements n’avait pas été respecté.

Approuvant la solution retenue par les juges du fond, la chambre sociale de la Cour de cassation rejette le pourvoi par un attendu de principe limpide :

« Sauf engagement de l'employeur de s'y soumettre, celui-ci n'est pas tenu de mettre en œuvre les dispositions légales ou conventionnelles relatives à l'ordre des licenciements lorsque la rupture du contrat de travail pour motif économique résulte d'un départ volontaire du salarié dans le cadre d'un plan de départs volontaires prévu après consultation des institutions représentatives du personnel » 

Ce faisant, la Cour de cassation reprend une solution déjà exprimée dans un arrêt rendu le 10 mai 2005 aux termes duquel elle avait précédemment jugé que « les dispositions légales ou conventionnelles relatives à l’ordre des licenciements ne sont pas applicables aux candidats à un départ volontaire prévu par un plan social » (Cass. soc., 10 mai 2005, n°02-45.237).

Volontaire au départ et éligible à celui-ci, il est de fait logique que la salariée ne puisse invoquer les critères d’ordre de licenciement qui ne s’appliqueront que pour les salariés susceptibles, dans la seconde phase de restructuration, de licenciement.

A rapprocher : Article L.1233-5 du Code du travail ; Cass. soc., 10 mai 2005, n°02-45.237

VOIR AUSSI

Refus d’appliquer le principe d’égalité de traitement entre des salariés issus de PSE différents

Cass. soc., 29 juin 2017, n°16-12.007 et 15-21.008

- Vu : 701

Le principe d’égalité de traitement s’applique entre des salariés licenciés inclus dans le cadre d’un même plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) mais ne s’applique pas entre des salariés issus de deux PSE différents.

> Lire la suite

L’impossibilité de neutraliser les critères d’ordre des licenciements dans le cadre d’un PSE

CE, 1er février 2017, n°387886

- Vu : 777

Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), lorsqu’il est établi par l’employeur, ne saurait omettre un des critères légaux d’ordre des licenciements ou interdire sa pondération de telle sorte que ce critère ne pourrait être effectivement pris en compte.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 6588
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 6278
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 6058
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3774
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©