webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Procédures collectives
 

Le recours contre les ordonnances du juge-commissaire rendues en matière de cession d’actifs isolés précisé

Cass. civ. 1ère, 20 septembre 2017, n°16-15.829

Seul le recours devant la Cour d’appel est ouvert pour les tiers à l’encontre d’une ordonnance du juge-commissaire autorisant la vente des biens du débiteur placé en liquidation judiciaire.

Ce qu’il faut retenir : Seul le recours devant la Cour d’appel est ouvert pour les tiers à l’encontre d’une ordonnance du juge-commissaire autorisant la vente des biens du débiteur placé en liquidation judiciaire.

Pour approfondir : En l’espèce, un propriétaire agricole a donné à bail des parcelles de terre à un exploitant agricole, lequel a été placé en liquidation judiciaire. Le bailleur a formé tierce-opposition contre une ordonnance du juge-commissaire autorisant la cession du bail rural afin de voir dire et juger que la cession n’incluait pas leurs terres et, par conséquent, d’obtenir l’expulsion du cessionnaire et le paiement d’une indemnité d’occupation.

Par un arrêt en date du 9 février 2016, la Cour d’appel de Poitiers a déclaré irrecevable la tierce-opposition au motif que le recours a été formé postérieurement à un délai de 10 jours courant à compter de la date à laquelle le bailleur a eu connaissance de l’ordonnance.

Saisie d’un pourvoi formé par le propriétaire, la Chambre commerciale de la Cour de cassation confirme la décision de la Cour d’appel en déclarant irrecevable la tierce-opposition mais procède à une substitution de motifs. Selon la Haute juridiction, seul le recours devant la Cour d’appel est ouvert aux tiers dont les droits et obligations sont affectés par la décision rendue.

La présente décision est fondée sur les dispositions de l’article R.642-37-3 du Code de commerce, lesquelles prévoient que le recours contre les ordonnances du juge-commissaire, ordonnant la vente des biens meubles du débiteur en liquidation judiciaire en application des dispositions de l’article L.642-19 du Code de commerce, doit être formé devant la Cour d’appel.  

Or, ce texte ne précise pas quels sont les justiciables visés par cette voie de recours. Par ailleurs, la question a été posée de savoir si cette voie de recours était exclusive d’autres voies de recours.

Par cet arrêt publié au bulletin, et en application de ces dispositions, la Cour de cassation décide que le recours devant la Cour d’appel est seul ouvert pour les tiers dont les droits et les obligations sont affectés par l’ordonnance et que la voie de la tierce-opposition est donc exclue. Cette solution nous semble naturellement applicable aux dispositions de l’article R.642-37-1 du Code de commerce relatives aux ordonnances du juge-commissaire autorisant la vente d’immeuble.

Cet arrêt du 20 septembre 2017 vient prolonger (et préciser) un arrêt du 18 mai 2016 par lequel la Cour de cassation avait déjà décidé que le recours devant la Cour d’appel était ouvert aux tiers dont les droits et les obligations sont affectés par ce type d’ordonnance (Cass. com., 18 mai 2016, n°14-19.622).

A rapprocher : Cass. com., 18 mai 2016, n°14-19.622 ; R.642-37-3 du Code de commerce ; R.642-37-1 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Le caractère non cumulatif des conditions légalement établies pour l’arrêté du plan

Cass. com., 4 mai 2017, n°12-25.046

- Vu : 1236

Nonobstant les dispositions de l’article L.631-1 alinéa 2 du Code de commerce, la Cour de cassation admet que le plan n’ait pour seul objectif que l’apurement du passif en l’absence de salarié et lorsque que le maintien de l’activité s’avère impossible.

> Lire la suite

Nomination d’un technicien en cours d’action en responsabilité pour insuffisance d’actif

Cass. com., 13 septembre 2016, pourvoi n°15-11.174

- Vu : 244

La Cour de cassation précise que l’exercice par le liquidateur d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif ne prive pas le juge-commissaire de son pouvoir de désigner à tout moment un technicien en vue d’une mission qu’il détermine.

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 4178
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 3782
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 2856
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 2461
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©