webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Prévention
 

Clôture de la procédure de conciliation : auto-saisine du président du tribunal exclue

CA Dijon, 2ème ch. civ., 13 juillet 2017, n°17/00720

Le président du tribunal qui a ouvert une procédure de conciliation n’est pas autorisé à se saisir d’office pour y mettre un terme.



Ce qu’il faut retenir : Le président du tribunal qui a ouvert une procédure de conciliation n’est pas autorisé à se saisir d’office pour y mettre un terme.

Pour approfondir : En l’espèce, la SAS CB a sollicité l’ouverture d’une procédure de conciliation. Par ordonnance en date du 17 mars 2017, le Président du tribunal de commerce a fait droit à sa demande et a, à titre liminaire, missionné le conciliateur de vérifier si la société CB était en état de cessation des paiements ou non.

Aux termes d’un rapport en date du 28 avril 2017, le conciliateur a conclu qu’en l’absence totale d’actif disponible, il lui apparaissait que la société CB était en état de cessation des paiements depuis plus de 45 jours lors de la demande d’ouverture de la procédure de conciliation.

Par ordonnance du 4 mai 2017, le président du tribunal a, au vu du rapport du conciliateur, décidé de mettre fin en conséquence à la procédure de conciliation précédemment ouverte. La société CB a interjeté appel de cette décision, aux fins d’annulation de ladite ordonnance.

La Cour d’appel de Dijon a, par un arrêt rendu en date du 13 juillet 2017, annulé l’ordonnance du 4 mai 2017.

La Cour rappelle que, conformément aux dispositions des articles L.611-4 et suivants du Code de commerce, la procédure de conciliation ne prend fin que dans les cas limitativement prévus par les textes, à savoir :

  1. le constat ou l’homologation d’un protocole d’accord intervenu dans les conditions prévues à l’article L.611-8 du Code de commerce,
  2. l’arrivée à son terme du délai fixé dans l’ordonnance,
  3. à la demande du débiteur (article R.611-37 du Code de commerce),
  4. à la demande du conciliateur (article R.611-36 du Code de commerce).

Il en résulte que le président du tribunal n’est pas autorisé à se saisir d’office, aux fins de mettre fin par anticipation à la procédure de conciliation, pour quelque motif que ce soit.

Le président du tribunal saisi d’une demande d’ouverture d’une procédure de conciliation doit ainsi vérifier, en amont de sa décision, si les conditions légales sont remplies, et notamment si le requérant n’est pas en état de cessation des paiements depuis plus de 45 jours et peut, au besoin, demander des informations complémentaires au requérant avant d’admettre ou de rejeter sa requête.

Par cette décision, la Cour d’appel a fait une application stricte des textes, ce dont on peut se réjouir. Une décision contraire aurait sans aucun doute terni, vis-à-vis des dirigeants, les effets positifs attachés à la procédure de conciliation.

Pour mémoire, l’ordonnance n°2014-326 du 12 mars 2014 a modifié l’article L.631-14 du Code de commerce. Le tribunal ne peut ainsi plus se saisir d’office, en cas d’échec de la procédure de conciliation.

Il est enfin précisé que conformément aux dispositions de l’article R.611-38 du Code de commerce, la décision mettant fin à la procédure de conciliation n’est pas susceptible de recours. Dans ces conditions, seul l’appel-nullité est recevable.

A rapprocher : articles L.611-4 et suivants du Code de commerce

VOIR AUSSI

Le dépôt des comptes sociaux : un mode de prévention des difficultés

CA Nîmes, 4ème ch. com., 22 mars 2018, n°17/03526

- Vu : 482

Si le dépôt des comptes sociaux s’inscrit comme une mesure d’information des tiers sur la santé d’une entreprise, il s’inscrit également comme un mode de prévention des difficultés.

> Lire la suite

La confidentialité du mandat ad hoc VS la liberté d'information – Acte 1

TC Paris, 22 janvier 2018, JurisData n°2018-001472

- Vu : 906

Le Président du Tribunal de commerce de Paris, par une ordonnance de référé rendue le 22 janvier 2018, réaffirme la primauté absolue de la confidentialité de la procédure du mandat ad hoc face au droit à l'information du public.

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 3669
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 3077
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 2399
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Le recours contre les ordonnances du juge-commissaire rendues en matière de cession d’actifs isolés précisé
13 octobre 2017 - Vu : 2052
Seul le recours devant la Cour d’appel est ouvert pour les tiers à l’encontre d’une ordonnance du juge-commissaire ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©