Paiement des indemnités journalières au chirurgien-dentiste tombé en liquidation judiciaire

Cass. com., 14 juin 2017, n°15-24.188

Une société de prévoyance a l’obligation de verser les indemnités journalières au titre du contrat de prévoyance dès lors que l’arrêt de travail est antérieur à la cessation de l’activité provoquée par la liquidation judiciaire.

Ce qu’il faut retenir : Une société de prévoyance a l’obligation de verser les indemnités journalières au titre du contrat de prévoyance dès lors que l’arrêt de travail est antérieur à la cessation de l’activité provoquée par la liquidation judiciaire.

Pour approfondir : En l’espèce, un chirurgien-dentiste a souscrit un contrat de prévoyance avec une société de prévoyance, laquelle garantissait le versement d’indemnités journalières en cas d’incapacité totale de travail.

L’une des clauses de ce contrat précisait que les garanties n’étaient plus dues si l’assuré cessait « d’appartenir à l’effectif assurable » – i.e. s’il cessait d’exercer son activité.

Par jugement du 9 décembre 2010, le chirurgien-dentiste a été placé en liquidation judiciaire.

Par ordonnance du 28 janvier 2011, le premier président a prononcé l’arrêt de l’exécution provisoire du jugement d’ouverture de la liquidation judiciaire. Le chirurgien-dentiste a ainsi pu poursuivre son activité en dépit du jugement ayant ouvert la procédure de liquidation.

A compter du 3 juin 2011, le chirurgien-dentiste a été placé en arrêt de travail.

La Cour d’appel a confirmé l’ouverture de la liquidation judiciaire par arrêt du 23 juin 2011.

Confronté au refus de la société de prévoyance de lui servir ses indemnités journalières, le chirurgien-dentiste a assigné cette dernière en paiement desdites indemnités.

La Cour d’appel d’Aix en Provence a condamné la société de prévoyance à verser au chirurgien-dentiste les indemnités journalières dues au titre du contrat de prévoyance du 3 juin 2011 au 11 juillet 2012.

La société de prévoyance a formé un pourvoi en cassation.

Par arrêt du 14 juin 2017, la Cour de cassation rejette le pourvoi au motif que le chirurgien-dentiste avait exercé son activité jusqu’à la date de son arrêt de travail, soit le 3 juin 2011, et que fait générateur des prestations dues en application du contrat de prévoyance était antérieur à la cessation d’activité provoquée par la liquidation judiciaire, laquelle cessation d’activité n’est intervenue que conséquemment à l’arrêt du 23 juin 2011, et non par suite du jugement du 9 décembre 2010 dont l’exécution provisoire a été suspendue.

A rapprocher : Art. 524 du Code de procédure civile ; R.661-1 du Code de commerce

Sommaire

Autres articles

some
Responsabilité pour insuffisance d’actif – Faute de gestion ou simple négligence
Cass. com., 13 avril 2022, n°20-20.137 Il résulte de l’article L. 651-2 du Code de commerce qu’en cas de simple négligence dans la gestion de la société, la responsabilité du dirigeant au titre de l’insuffisance d’actif ne peut être engagée. La rupture brutale des…
some
Qualité d’associé de GAEC ou d’une SCI : procédure collective ou surendettement des particuliers ?
Cass. com., 16 décembre 2021, n°20-16.485 et 20-18.344 La seule qualité d’associé d’un GAEC ou d’une SCI ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures collectives et à l’exclure du champ d’application des dispositions du…
some
Indivisibilité de la procédure de vérification des créances, droits propres du débiteur et notification à l’adresse personnelle de son représentant légal
Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – chambre 9, 20 janvier 2022, n°21/09000 La procédure de vérification du passif étant indivisible et le débiteur disposant, en cette matière, d’un droit propre, la déclaration d’appel contre l’ordonnance de rejet du Juge…
some
Précisions sur la caractérisation de l’omission volontaire de déclaration de la cessation des paiements
Cass. com., 12 janvier 2022, n°20-21.427 Une mesure d’interdiction de gérer peut être prononcée à l’égard d’un dirigeant alors même que celui-ci n’avait pas une connaissance effective de l’état de cessation des paiements de sa société à la date fixée…
some
L’efficacité de la déclaration d’insaisissabilité subsiste à la cessation de l’activité professionnelle
Les effets d’une déclaration notariée d’insaisissabilité subsistent aussi longtemps que les droits des créanciers auxquels elle est opposable ne sont pas éteints. Par conséquence, sauf renonciation du déclarant, la cessation de son activité professionnel
Absence d’autorité de la chose jugée de la décision fixant la date de cessation des paiements
Par un arrêt du 29 septembre 2021, la Cour de cassation rappelle que l’existence d’une décision d’irrecevabilité ou de rejet d’une demande de report de la date de cessation des paiements, ne fait pas obstacle à l’introduction d’une nouvelle demande…