L’obligation du créancier de répondre à la contestation de créance dans le délai imparti

Photo de profil - LACHENAL Clarisse | Avocat | Lettre du Restructuring

LACHENAL Clarisse

Avocat

Cass. com., 28 juin 2017, n°16-16.614

Le créancier qui a répondu à une première contestation de créance dans le délai imparti, n’a pas à répondre à une seconde lettre de discussion portant sur la même déclaration de créance pour être recevable à contester ultérieurement la proposition du mandataire judiciaire.

Ce qu’il faut retenir : Le créancier qui a répondu à une première contestation de créance dans le délai imparti, n’a pas à répondre à une seconde lettre de discussion portant sur la même déclaration de créance pour être recevable à contester ultérieurement la proposition du mandataire judiciaire.

Pour approfondir : Une société X a été mise en redressement judiciaire le 27 mars 2013. Un créancier, établissement public, a déclaré, le 7 mai 2013, une créance d’un montant total de 1 241 484,71 euros. Le mandataire judiciaire l’a contestée par une lettre recommandée avec demande d’avis de réception du 27 août 2013. Le créancier a répondu le 26 septembre 2013 en produisant des pièces justificatives et en réduisant le montant réclamé pour tenir compte de règlements partiels.

Une seconde lettre de discussion de la créance, visant à nouveau les dispositions de l’article L. 622-27 du code de commerce, a été envoyée le 2 octobre 2013 par le mandataire judiciaire pour faire état d’une contestation tenant à la non-déduction d’avoirs. Le créancier n’a pas répondu à cette dernière lettre. L’état des créances a été arrêté avec la mention du rejet de ladite créance.

Le créancier a saisi le juge-commissaire d’une requête tendant à voir inscrire sa créance au passif de la société X. Le juge-commissaire a admis la créance. La société X et son mandataire judiciaire ont interjeté appel de la décision.

La Cour d’appel a déclaré le créancier irrecevable à saisir le juge-commissaire d’une contestation de l’état des créances, retenant que : « la mission du mandataire judiciaire, garant du respect des droits de tous les créanciers, l’a conduit, dans un premier temps, à la vérification du caractère certain, liquide et exigible de la créance déclarée et, dans un second temps, à transmettre une contestation émise par la société débitrice et que la carence du créancier à respecter le délai de forclusion, qui lui avait été rappelé, lui interdit de contester la décision de rejet du juge-commissaire conforme à la proposition du mandataire ».

La Cour de cassation a cassé cette décision : «Qu’en statuant ainsi alors qu’aucune disposition ne contraint le créancier, qui, ayant répondu à une première lettre de contestation de sa créance dans le délai imparti, ne peut être exclu du débat sur cette créance et doit être convoqué devant le juge-commissaire appelé à statuer sur la contestation, à répondre à une nouvelle lettre de discussion de la même déclaration de créance, la cour d’appel a violé les textes susvisés ».

La Cour de cassation avait pu déjà décider que le seul fait pour le créancier d’avoir répondu dans le délai imparti était suffisant pour être recevable à contester la proposition du mandataire, peu importe le caractère insuffisant ou incomplet de la réponse (Cass. Com. 11 déc. 2001 pourvoi n°98-21.880). Ou que l’appréciation du contenu de la réponse du créancier faisait partie de la discussion elle-même et ne relevait pas de la sanction édictée pour défaut de réponse (Cass. Com. 15 oct. 2002 pourvoi n°99-11873).

A rapprocher : Cass. com., 11 déc.2001, n°98-21.880 – Cass. com., 15 oct. 2002, n°99-11.873

Sommaire

Autres articles

some
Bail commercial et interruption de l’action en constat de l’acquisition de la clause résolutoire pour défaut de paiement des loyers antérieurs
Cass. civ. 3ème, 13 avril 2022, n°21-15.336 L’action introduite par le bailleur avant le placement sous procédure collective du débiteur, en vue de faire constater l’acquisition de la clause résolutoire figurant au bail commercial pour défaut de paiement des loyers…
some
Revendication du bien vendu avec réserve de propriété entre les mains du sous-acquéreur
En cas de revente d’un bien à un sous-acquéreur, le vendeur initial, bénéficiaire d'une clause de réserve de propriété, peut revendiquer ledit bien en nature directement entre les mains du sous-acquéreur. Cette action, qui est fondée sur les dispositions
some
Renonciation au transfert de la charge des sûretés décharge de la caution
Le créancier, bénéficiaire d’un nantissement du fonds de commerce de la société débitrice ne peut plus se prévaloir du cautionnement consenti par les co-gérants dès lors qu’il renonce, dans le cadre d’un plan de cession, à son nantissement.
Ratification implicite d’une créance déclarée avec un pouvoir irrégulier
Le créancier peut ratifier la déclaration faite en son nom jusqu’à ce que le juge statue sur l’admission de la créance. Aucune forme particulière n’est prévue pour cette ratification, ce dont il résulte qu’elle peut être implicite.
Tierce opposition au jugement d’extension de procédure
Le créancier, qui n’y était pas partie, peut former tierce-opposition à un jugement statuant sur l’extension d’une procédure de liquidation judiciaire à son débiteur, si ce jugement a été rendu en fraude de ses droits ou s’il invoque des moyens
some
Action en nullité des paiements des échéances d’un prêt souscrit avant le jugement d’ouverture
L’action en nullité et en restitution de plusieurs paiements d’échéances de remboursement d’un prêt souscrit avant le jugement d’ouverture doit être engagée dans le délai de trois ans à compter de chaque paiement d’échéance argué de nullité, et non pas...