webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Vérification du passif et défaut de réponse à une seconde contestation de créance

Cass. com., 18 mai 2017, n°15-27.534

Le créancier, qui a répondu dans les délais légaux à la contestation du mandataire judiciaire au cours de la vérification du passif, ne peut être exclu des débats devant le Juge-commissaire en raison du défaut de réponse à une seconde contestation portant sur la même créance.



Ce qu’il faut retenir : Le créancier, qui a répondu dans les délais légaux à la contestation du mandataire judiciaire au cours de la vérification du passif, ne peut être exclu des débats devant le Juge-commissaire en raison du défaut de réponse à une seconde contestation portant sur la même créance.

Pour approfondir : Bien que leur situation se soit améliorée à la suite de la réforme du 12 mars 2014 (ordonnance n°2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention des difficultés des entreprises et des procédures collectives), le régime de la vérification des créances met en lumière la position particulièrement précaire des créanciers au sein de la procédure collective et la volonté du législateur d’en faire, contre leur gré, un levier de redressement du débiteur en difficulté.

Lorsqu’une créance déclarée au passif est discutée, le mandataire judiciaire doit en aviser le créancier et l’inviter à formuler ses observations. Le défaut de réponse dans un délai de 30 jours interdit au créancier toute contestation ultérieure de la proposition du mandataire judiciaire. Ce dernier ne peut ainsi participer aux débats devant le Juge-commissaire ni interjeter appel de l’ordonnance rendue si celle-ci est conforme à la proposition du mandataire judiciaire.

En l’espèce, après avoir répondu dans le délai imparti à un premier courrier de contestation partielle du liquidateur judiciaire, une banque créancière d’un débiteur en liquidation judiciaire n’a pas répondu à un second courrier du liquidateur judiciaire l’avisant de la contestation intégrale de sa créance par le débiteur. Les parties ont comparu devant le Juge-commissaire, qui a admis partiellement la créance conformément aux termes du premier courrier de contestation. Le liquidateur judiciaire et le débiteur ont interjeté appel de l’ordonnance d’admission partielle, considérant que le créancier aurait dû être exclu des débats.

Confirmant la position de la Cour d’appel, la Haute Juridiction n’a pas souhaité fragiliser la position des créanciers, jugeant qu’aucune disposition n’impose au créancier de répondre à une seconde contestation portant sur une même déclaration de créance. 

A rapprocher : Article L. 622-27 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Contestation de créance et compétence du juge commissaire

Cass. com., 11 mars 2020 n°18-23.586

- Vu : 418

S’il omet de désigner la partie devant saisir la juridiction compétente, sa décision est entachée d’une erreur de droit de sorte que l’appel est la seule voie de recours contre cette ordonnance.

Le juge-commissaire reste compétent, une fois cette contestation tranchée ou la forclusion acquise, pour admettre ou rejeter la créance déclarée.

> Lire la suite

La déclaration de créance et l’admission des intérêts d’un prêt dont le cours n’a pas été arrêté

Cass. com., 28 février 2018, n°16-24.867

- Vu : 2613

Si le créancier n’a pas l’obligation légale de distinguer, dans sa déclaration de créance, le montant des intérêts à échoir du montant du capital restant dû, le juge commissaire peut admettre la créance d’intérêts de manière distincte, et peut substituer à leur montant déclaré les modalités de calcul qui résultent du contrat de prêt.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 13711
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 10398
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 10231
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 6022
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©