webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Principe d’irresponsabilité du banquier et garanties disproportionnées

Cass. com., 18 mai 2017, n°15-25.914

Le cautionnement pris en garantie de concours consentis par une banque au débiteur ne peut en aucun cas être disproportionné au sens de l’article L. 650-1 du Code de commerce et permettre l’engagement de la responsabilité de l’établissement de crédit.



Ce qu’il faut retenir : Le cautionnement pris en garantie de concours consentis par une banque au débiteur ne peut en aucun cas être disproportionné au sens de l’article L. 650-1 du Code de commerce et permettre l’engagement de la responsabilité de l’établissement de crédit.

Pour approfondir : Afin de favoriser le crédit aux entreprises, la loi de sauvegarde du 26 juillet 2005 a encadré strictement le régime de la responsabilité du créancier du fait des concours consentis à un débiteur en difficulté. L’article L. 650-1 du Code de commerce a ainsi institué un principe d’irresponsabilité de l’apporteur de crédit, assorti de trois exceptions que sont (i) la fraude, (ii) l’immixtion caractérisée dans la gestion du débiteur et (iii) la prise de garanties disproportionnées au regard des concours consentis.

Le dirigeant d’une société s’était en l’espèce porté caution solidaire de l’ensemble des engagements de cette dernière auprès d’un établissement de crédit, dans la limite d’un montant de 325 K€. Après avoir dénoncé le concours consenti à la société sous forme d’une autorisation de découvert en compte courant s’élevant à 125 K€, la banque a assigné en paiement le dirigeant caution.

Pour considérer que le cautionnement était disproportionné au regard du découvert bancaire et engager la responsabilité de l’établissement de crédit, la Cour d’appel relève que l’engagement de caution, d’un montant de 325 K€, était sans commune mesure avec le montant des engagements de la société envers la banque qui s’élevaient à 125 K€.

La Cour de cassation censura la décision des juges du fond, motifs pris que la seule garantie consentie à la banque en contrepartie de ses concours était le cautionnement du dirigeant, « ce qui excluait, en raison du caractère accessoire d’une telle sûreté, quelle que soit sa limite, toute disproportion à ses concours ».

La cassation semblait inévitable. Du fait du caractère accessoire de son engagement, la caution n’est en effet tenue qu’à la dette garantie, toute la dette garantie, rien que la dette garantie, dans la limite d’un plafond déterminé le cas échéant. Une telle sûreté personnelle ne pourra ainsi jamais être disproportionnée au regard de l’engagement garanti, et ce même si le cautionnement est consenti pour un montant illimité, le créancier n’ayant en tout état de cause sur le patrimoine du garant qu’un droit ne pouvant excéder le montant de sa dette. La situation est différente en matière de sûreté réelle, car bien que ces sûretés soient nécessairement l’accessoire d’une créance, l’assiette peut être bien supérieure à la créance garantie et nuire ainsi de manière inconsidérée au crédit du débiteur en réduisant d’autant les possibilités pour d’autres créanciers de prendre des garanties efficaces.

A rapprocher : Article L. 650-1 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Recevabilité de la tierce-opposition formée par un créancier à l’encontre d’un jugement arrêtant le plan de sauvegarde

Cass. com., 15 novembre 2017, n°16-14.630

- Vu : 2453

Un créancier est recevable à former tierce-opposition à l’encontre d’un jugement arrêtant le plan de sauvegarde de son débiteur à condition d’invoquer un moyen qui lui est propre, peu important qu’il n’ait pas préalablement soulevé ce moyen lors de la consultation des créanciers sur le projet de plan de sauvegarde.

> Lire la suite

L’indivisibilité de l’appel en matière d’admission des créances

Cass. com., 15 novembre 2016, n°14-29.885

- Vu : 1025

La Cour de cassation précise qu’il existe un lien d'indivisibilité unissant les parties à l'instance relative à l'admission des créances entre le créancier, le débiteur et le liquidateur.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 13711
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 10398
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 10231
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 6022
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©