webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Dirigeants
 

Subrogation de la caution et déclaration de créance au passif du débiteur principal

Cass. com., 17 mai 2017, n°15-18.460

En dépit d’une déclaration de créance faite par le créancier, la créance de la caution à l’encontre de la sous-caution est éteinte si la première n’a pas déclaré sa créance au passif du débiteur principal.



Ce qu’il faut retenir : En dépit d’une déclaration de créance faite par le créancier, la créance de la caution à l’encontre de la sous-caution est éteinte si la première n’a pas déclaré sa créance au passif du débiteur principal.

Pour approfondir : En l’espèce, une banque a consenti à la société X un prêt à moyen terme. Elle s’est également rendue caution des sommes que la société X pourrait devoir aux sociétés Y et Z. Madame X, gérante de la société X, a elle-même consenti au profit de la banque un cautionnement général des engagements de la société X envers cette dernière.

La société X ayant été mise en redressement judiciaire, la banque a déclaré sa créance au titre du prêt, tandis que les sociétés Y et Z ont déclaré leurs créances au titre de la fourniture de carburants. Après paiement des sociétés Y et Z, qui lui ont délivré des quittances subrogatives, la banque a assigné Mme X en exécution de son engagement de sous-caution.

La Cour d’appel de Rouen a condamné Madame X à payer à la banque la somme de 228.700 euros en retenant que la caution qui agit sur le fondement subrogatoire peut se prévaloir de la déclaration de créance faite par le créancier du débiteur principal. Or, les sociétés Y et Z ayant déclaré leurs créances avant de recevoir paiement de la banque, cette dernière n'avait pas à déclarer ses créances subrogatoires et pouvait se prévaloir des déclarations de créances desdites sociétés.

La Cour de cassation censure la décision de la Cour d’appel au visa des articles 1251 3° du Code civil, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l'ordonnance du 10 février 2016, 2306 du Code civil et L.621-46 du Code de commerce, dans sa rédaction antérieure à la loi du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises.

La Haute juridiction estime que « la sous-caution ne garantit pas la dette du débiteur principal envers le créancier, mais la dette de remboursement du débiteur principal envers la caution qui a payé à sa place le créancier, de sorte que, ce dernier n'étant titulaire d'aucun droit contre la sous-caution qu'il aurait pu transmettre par voie de subrogation, sa déclaration de créance au passif du débiteur principal ne peut profiter à la caution lorsqu'elle exerce son recours contre la sous-caution».

Cette solution avait déjà été retenue par la première chambre civile de la Cour de cassation au visa de l'article 1251,3° du Code civil (Cass. civ. 1ère, 7 mai 2002, n°99-21.088).

A rapprocher : Articles 1251 3° ancien et 2306 du Code civil ; Article L621-46 ancien du Code de commerce ; Cass. civ. 1ère, 7 mai 2002, n°99-21.088

VOIR AUSSI

Suspension de l’exécution provisoire et voies de recours

Cass. com., 17 février 2021, n°19-12.417

- Vu : 358

Aux termes de l’article 525-2 du Code de procédure civile – lequel est applicable à défaut de disposition spéciale prévue par l’article R.661-1 du Code de commerce – la décision du premier président de la cour d’appel saisi d’une demande tendant à arrêter l’exécution provisoire d’un jugement rendu en matière de responsabilité pour insuffisance d’actif et de faillite personnelle est insusceptible de pourvoi en cassation.

> Lire la suite

Le gérant et associé unique d’une EURL n’est pas éligible aux procédures collectives

Cass. com., 13 octobre 2016, n°15-24.301

- Vu : 1488

La seule qualité d’associé unique et de gérant d’une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures du Livre VI du Code de commerce.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 17087
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 13106
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 12791
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 7305
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©