webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Procédures collectives
 

Désignation d’un mandataire ad hoc et responsabilité pour insuffisance d’actif

Cass. com., 18 mai 2016, pourvoi n°14-16.895

L’ouverture d’une procédure préventive ne privant pas le dirigeant de l’exercice de ses pouvoirs, ce dernier peut être condamné sur le fondement de l’article L. 651-2 du Code de commerce en raison de la poursuite d’une activité déficitaire au cours du mandat ad hoc...

Ce qu’il faut retenir : L’ouverture d’une procédure préventive ne privant pas le dirigeant de l’exercice de ses pouvoirs, ce dernier peut être condamné sur le fondement de l’article L. 651-2 du Code de commerce en raison de la poursuite d’une activité déficitaire au cours du mandat ad hoc, et sans que les juges du fond aient à déterminer le rôle du mandataire ad hoc dans la gestion de la société.

Pour approfondir : Alors que certaines Cours d’appel ont pu juger que l’absence de mise en place de mesures de prévention prévues par le Livre VI du Code de commerce était constitutif d’une faute de gestion susceptible d’engager la responsabilité du dirigeant pour insuffisance d’actif (CA Douai, 29 nov. 2012, n° 12/00803), la Haute juridiction rappelle que la nomination d’un mandataire ad hoc n’est en aucun cas une circonstance de nature à dégager le dirigeant de sa responsabilité pour insuffisance d’actif en cas de faute de gestion.

En l’espèce, le président du Tribunal de commerce d’Evry avait désigné un mandataire ad hoc aux fins d’assurer la restructuration et la pérennité d’un groupe de sociétés exploitant des magasins d’équipements de la personne.

Malgré la signature d’un protocole d’accord avec les partenaires bancaires des sociétés débitrices, le Tribunal a ouvert à l’encontre de la holding du groupe une procédure de liquidation judiciaire.

Constatant l’existence de fautes de gestion, et notamment la poursuite d’une activité déficitaire, le liquidateur a assigné le dirigeant social en responsabilité pour insuffisance d’actif sur le fondement de l’article L. 651-2 du Code de commerce, ce dernier alléguant que cette faute ne pouvait lui être imputable puisqu’ayant été commise sous le contrôle du mandataire ad hoc.

La Cour d’appel, puis la Cour de cassation, ont rejeté l’argument soulevé par le dirigeant, considérant que la nomination d’un mandataire ad hoc ne le prive pas de ses pouvoirs, ni ne le dispense de ses obligations. En poursuivant une activité déficitaire au cours de la procédure préventive, le dirigeant social avait commis une faute de gestion et devait ainsi supporter le montant de l’insuffisance d’actif de la liquidation judiciaire. 

A rapprocher : Cass. com. 8 juillet 2003, pourvoi n°00-15.919

VOIR AUSSI

Focus sur les apports immédiats de la Loi PACTE au droit des entreprises en difficulté

Loi n°2019-486 du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises

- Vu : 3506

La loi n°2019-486 du 22 mai 2019 relative à la croissance et la transformation des entreprises, dite Loi PACTE, vient d’être publiée au Journal Officiel du 23 mai 2019. En permettant de transposer par voie d’ordonnance la future directive européenne « insolvabilité » et de réformer par cette même voie, le droit des sûretés, cette nouvelle loi ouvre la porte à une réforme profonde du droit des entreprises en difficulté. Pour autant, elle propose également des modifications immédiates de la matière.

> Lire la suite

Les conditions de remise en cause d’un cautionnement en cas de défaillance du débiteur principal

Cass. com., 22 février 2017, n°15-14.915

- Vu : 1467

La caution d’un débiteur placé en procédure collective dispose de deux moyens efficaces pour se soustraire à ses engagements ou en limiter la portée : le manquement du créancier à son devoir de mise en garde, et le caractère disproportionné du cautionnement.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 12004
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 9328
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 9099
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 5508
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©