webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

Échéances à acquitter au titre de l’article L. 642-12 alinéa 4 du Code de commerce

Cass. com., 29 novembre 2016, n°15-11.016

Le transfert de la charge de la sureté en application de l’article L. 642-12 alinéa 4 du Code de commerce ne met à la charge du repreneur que les échéances du prêt dont l’exigibilité est postérieure au transfert de propriété.

Ce qu’il faut retenir : Le transfert de la charge de la sureté en application de l’article L. 642-12 alinéa 4 du Code de commerce ne met à la charge du repreneur que les échéances du prêt dont l’exigibilité est postérieure au transfert de propriété.

Pour approfondir : A la suite de la liquidation judiciaire d’une société, un Tribunal avait arrêté un plan de cession au profit d’un repreneur, dans le périmètre duquel était compris des biens grevés de nantissement. Ces nantissements ayant été pris en garantie du remboursement du prêt ayant financé l’acquisition des biens grevés, le repreneur était, conformément à l’article L. 642-12 alinéa 4 du Code de commerce, tenu au titre du prêt au remboursement des « échéances qui restent dues à compter du transfert de propriété » des actifs compris dans le plan de cession.

Le repreneur ne s’étant pas acquitté de l’intégralité des sommes impayées au titre du prêt, la banque prêteuse a assigné ce dernier en constatation de l’acquisition de la clause résolutoire et paiement des impayés.

La Cour d’appel fait droit à cette demande. Les juges du fond considérant que la créance de remboursement du prêt – contrat à exécution instantanée – naissant dans son intégralité au jour de la conclusion du contrat, le repreneur était nécessairement tenu au remboursement de toutes les sommes restant dues au titre de ce contrat.

La Haute juridiction n’a pu que censurer cette décision. En effet, les juges du fonds n’avaient pas à prendre en compte la date de naissance de la créance de remboursement du prêt mais uniquement son exigibilité.

Le repreneur n’est pas tenu de toutes les sommes restant dues au créancier mais uniquement des sommes dont l’échéance est postérieure au transfert de propriété, peu importe la date de naissance des créances en cause. 

Par un attendu de principe, la Cour de cassation indique ainsi que « sauf accord avec le créancier, le cessionnaire d’un bien financé par un crédit garanti par une sureté portant sur ce bien ne doit s’acquitter que du montant des échéances qui n’étaient pas encore exigibles à la date du transfert de propriété ».

Si l’intégralité des sommes dues au titre du prêt est échue, à la suite par exemple de la mise en jeu d’une clause d’exigibilité anticipée, la charge du remboursement du prêt ne sera ainsi pas transmise au repreneur.

A rapprocher : Cass. com., 3 juillet 2012, n°11-21.831

VOIR AUSSI

De quelques exemples de l’impact de l’état d’urgence sanitaire sur les délais et droits des créanciers

Ordonnance n°2020-306 du 25 mars 2020

- Vu : 765
Si le créancier est protégé par les mesures gouvernementales instaurées pour tenir compte des conséquences de la crise sanitaire sur le respect de certains légaux propres au droit des entreprises en difficulté, leurs droits contractuels s’effacent devant la nécessité de préserver l’économie et la pérennité des entreprises durement impactées. > Lire la suite

Recevabilité de la tierce-opposition formée par un créancier à l’encontre d’un jugement arrêtant le plan de sauvegarde

Cass. com., 15 novembre 2017, n°16-14.630

- Vu : 2753

Un créancier est recevable à former tierce-opposition à l’encontre d’un jugement arrêtant le plan de sauvegarde de son débiteur à condition d’invoquer un moyen qui lui est propre, peu important qu’il n’ait pas préalablement soulevé ce moyen lors de la consultation des créanciers sur le projet de plan de sauvegarde.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 15059
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 11368
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 11139
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 6388
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©