webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Créanciers
 

La cession Dailly à l’épreuve de la procédure collective du cédant

Cass. com., 18 janvier 2017, n°15-12.951

Dans le cadre d’une cession de créance Dailly, le cessionnaire bénéficie d'un recours en garantie contre la caution solidaire du cédant placé en liquidation judiciaire à condition pour lui de justifier d'une demande amiable adressée préalablement au débiteur cédé ou de la survenance d'un événement rendant impossible le paiement.

Ce qu’il faut retenir : Dans le cadre d’une cession de créance Dailly, le cessionnaire bénéficie d'un recours en garantie contre la caution solidaire du cédant placé en liquidation judiciaire à condition pour lui de justifier d'une demande amiable adressée préalablement au débiteur cédé ou de la survenance d'un événement rendant impossible le paiement.
 

Pour approfondir : La cession Dailly a été créée par la loi n° 81-1 du 2 janvier 1981 pour faciliter le crédit aux entreprises.

Elle est actuellement régie par les articles L.313-23 et suivants du Code monétaire et financier.

Elle permet à un créancier (« le cédant ») de céder selon des formes simples sa créance et donc son débiteur (« le cédé ») à une autre personne (« le cessionnaire »), sous réserve que cette autre personne soit un établissement de crédit ou une société de financement.

Selon l’article L.313-27 du Code monétaire et financier, le transfert de créance prend effet entre les parties et devient opposable aux tiers à la date apposée sur le bordereau de cession. Elle entraine de plein droit le transfert des sûretés, des garanties et des accessoires attachés à chaque créance, y compris les sûretés hypothécaires, sans qu'il soit besoin d'autre formalité.

Le débiteur cédé peut ne pas avoir été informé de l’existence de ladite cession. Dans ce contexte, il devra payer entre les mains du cédant qui remettra ensuite à son tour la somme au cessionnaire.

A l’inverse, si la cession a été notifiée au débiteur, ce dernier sera tenu de payer directement le cessionnaire selon l’article L.313-28 du Code monétaire et financier. De plus, selon l’article L.313-24 du Code monétaire et financier, sauf convention contraire, le cédant est garant solidaire du paiement des créances cédées.

Le cessionnaire peut-il alors décider de poursuivre la caution solidaire du cédant alors même que ce dernier fait l’objet d’une procédure de liquidation judiciaire ?

En l’espèce, une cession Dailly a été conclue entre la Banque populaire Loire et Lyonnais (le cessionnaire) et la société Hexgo Constructions (le cédant). Par ailleurs, M. X s'est porté caution solidaire des dettes que le cédant a envers le cessionnaire.

La société Hexgo constructions étant placée en liquidation et le débiteur cédé n’ayant pas payé la Banque, cette dernière décide d’agir en paiement contre M. X. Selon la Cour de cassation, cette action est possible à condition que le cessionnaire justifie d'une demande amiable adressée préalablement au débiteur cédé ou de la survenance d'un événement rendant impossible le paiement. Ce principe avait déjà été affirmé dans un arrêt précédent (Cass. com., 18 sept. 2007, n°06-13.736).

La demande amiable en question est très peu formelle puisqu’elle n’a même pas besoin de revêtir la forme d’une mise en demeure. La Cour de cassation vient cependant préciser de façon logique que si la demande amiable de règlement est adressée au débiteur postérieurement à la poursuite de la caution, le recours en garantie du cessionnaire contre cette dernière sera déclaré irrecevable.
 

A rapprocher : Cass. com.,  18 septembre 2007, n° 06-13.736

VOIR AUSSI

Champ d’application de l’article L.650-1 du code de commerce

Cass. com., 19 septembre 2018, n°17-12.596

- Vu : 1029

L’article L.650-1 du code de commerce, limitant la mise en œuvre de la responsabilité du créancier à raison des concours qu’il a consentis, ne distingue pas selon que le créancier a déclaré ou non une créance au passif du débiteur soumis à la procédure collective.

> Lire la suite

Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances

Cass. com., 15 novembre 2017, n°16-18.144

- Vu : 2862

Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que les contestations soulevées par le créancier soient dépourvues de sérieux et ne soient pas susceptibles d’exercer une influence sur l’existence ou le montant de la créance.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 7557
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 6750
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 6539
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les mesures du projet de Loi Pacte concernant les entreprises en difficulté
13 septembre 2018 - Vu : 4075
En matière d’entreprises en difficulté, le projet de loi du Gouvernement relatif à la croissance et à la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©