webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Social
 

Précisions quant au contenu de la décision d’homologation d’un PSE

CE, 1er février 2017, n°391744

La DIRECCTE, autorité administrative compétente pour homologuer un document unilatéral fixant le contenu d’un plan de sauvegarde de l’emploi (« PSE »), se doit de motiver en fait et en droit sa décision d’homologation. A défaut, un vice de forme affectera cette décision.

Ce qu’il faut retenir : La DIRECCTE, autorité administrative compétente pour homologuer un document unilatéral fixant le contenu d’un plan de sauvegarde de l’emploi (« PSE »), se doit de motiver en fait et en droit sa décision d’homologation. A défaut, un vice de forme affectera cette décision.

Pour approfondir : Depuis la loi n°2013-504 du 14 juin 2013, le législateur a imposé l’intervention de l’autorité administrative concernant les entreprises soumises à l’obligation d’établir un plan de sauvegarde de l’emploi.

Pour mémoire, conformément aux articles L.1233-21 et suivants du Code du travail, lorsqu’un employeur envisage de procéder au licenciement pour motif économique d’au moins 10 salariés dans une même période de 30 jours, un accord d’entreprise, de groupe ou de branche ou à défaut, un document unilatéral établi par l’employeur devra être validé ou homologué par la DIRECCTE, sans quoi les licenciements envisagés ne pourront être notifiés.

Ainsi, conformément à l’article L.1233-57-1 du Code de travail, l’accord collectif ou le document unilatéral établi par l’employeur doivent être transmis à l’autorité administrative pour validation de l’accord ou homologation du document.

Ce n’est qu’à compter de cette validation ou homologation que la société concernée pourra initier les licenciements pour motif économique envisagés.

Aussi, l’arrêt rendu par le Conseil d’État en date du 1er février 2017 vient définir le contenu attendu de la décision d’homologation ou de validation rendue par la DIRECCTE, considérant notamment que « la décision expresse par laquelle l’administration homologue un document fixant le contenu d’un plan de sauvegarde de l’emploi doit énoncer les éléments de droit et de fait qui en constituent le fondement, de sorte que les personnes auxquelles cette décision est notifiée puissent à sa seule lecture en connaitre les motifs. »

La décision de la DIRECCTE doit ainsi reprendre précisément les éléments essentiels de son examen, à savoir :

  1. éléments relatifs à la régularité de la procédure d’information et de consultation des instances représentatives du personnel,
  2. éléments relatifs au caractère suffisant des mesures contenues dans le plan, au regard des moyens de l’entreprise, du groupe ou de l’unité économique et sociale,
  3. éléments relatifs à la recherche de reclassement.

Par cet arrêt, les contours de l’obligation de motivation en fait et en droit qui pèse sur les DIRRECTE, dans le cadre de leur pouvoir d’homologation d’un document unilatéral fixant le contenu d’un plan de sauvegarde de l’emploi ou de la validation d’un accord collectif sont précisément affirmés, ce qui n’est pas sans intérêt pour les praticiens du droit qui interviennent dans la rédaction des accords collectifs ou documents fixant le contenu d’un plan de sauvegarde de l’emploi.

A rapprocher : CE, 30 mai 2016, n°383928

VOIR AUSSI

Abandon de notion de préjudice nécessaire : nouvelle dérogation

Cass. soc., 17 octobre 2018, n°17-14.392

- Vu : 73

En cas de licenciement économique, l’absence de mise en place d’instances représentatives du personnel (IRP), alors que l’employeur y était tenu, et sans qu’un procès-verbal de carence n’ait été établi, cause un préjudice aux salariés privés ainsi d’une possibilité de représentation et de défense de leurs intérêts.

> Lire la suite

Information du liquidateur et protection du salarié

Cass. soc., 1er juin 2017, n°16-22.221

- Vu : 551

Il appartient au salarié qui se prévaut d'une protection en raison d'un mandat extérieur à l'entreprise d'établir qu'il a informé le liquidateur de l'existence de ce mandat au plus tard lors de l'entretien préalable au licenciement, ou, s'il s'agit d'une rupture ne nécessitant pas un entretien préalable, au plus tard avant la notification de l'acte de rupture, ou que le liquidateur en avait connaissance.

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 4848
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 4517
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 3926
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3142
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©