Insuffisance d’actif et dirigeant

Photo de profil - NAYROLLES Sophie | Avocat associée | Lettre du Restructuring

NAYROLLES Sophie

Avocat associée

Cass. com., 8 mars 2017, n°15-16.005

Les conditions dans lesquelles l’insuffisance d’actif d’une société en liquidation judiciaire peut être mise à la charge de son dirigeant sont strictement définies par le Code de commerce (articles L.651-2 et suivants).

Ce qu’il faut retenir : Les conditions dans lesquelles l’insuffisance d’actif d’une société en liquidation judiciaire peut être mise à la charge de son dirigeant sont strictement définies par le Code de commerce (articles L.651-2 et suivants).

Pour approfondir : En l’espèce, la SARL T. a été mise en redressement judiciaire par un jugement du 28 avril 2008. La procédure a été convertie en liquidation judiciaire par un jugement du 23 juin 2008 qui a pris acte de l’engagement personnel de M. X., gérant de la société, d’effectuer un virement mensuel de 3 000 euros sur le compte ouvert à la Caisse des dépôts et consignations pour apurer le passif social et l’éteindre. Après avoir effectué plusieurs versements, M. X. a invoqué des difficultés puis a été mis en redressement judiciaire par un jugement du 9 janvier 2012. Le 14 février 2012, le liquidateur de la société a déclaré une créance de 343 076 euros à titre chirographaire au passif du redressement judiciaire de M. X., correspondant au solde du passif de la société restant à apurer. Cependant, le juge-commissaire a rejeté cette créance. Cette décision a été confirmée en appel.

La Cour de cassation, après avoir indiqué que la Cour d’appel a légalement justifié sa décision, a par arrêt en date du 8 mars 2017 rejeté le pourvoi du liquidateur.

La Cour de cassation rappelle en effet que lorsque la liquidation judiciaire d’une personne morale fait apparaître une insuffisance d’actif, les dispositions des articles L.651-2 et suivants du Code de commerce ouvrent, aux conditions qu’ils prévoient, une action en responsabilité contre le ou les dirigeants, en cas de faute de gestion de leur part ayant contribué à cette insuffisance.

Il en résulte, selon la Cour de cassation, que l’insuffisance d’actif ne peut être mise, en tout ou partie, à la charge d’un dirigeant qu’à la suite d’une assignation de celui-ci à cette fin et seulement par une décision de condamnation ou, avant l’intervention d’une telle décision, par une transaction.

Ainsi, le fait que le tribunal mentionne dans le jugement de conversion avoir pris acte de l’engagement personnel du dirigeant d’effectuer un virement mensuel pour apurer le passif social et l’éteindre, ne saurait, selon la Cour de cassation, créer d’obligation à la charge du dirigeant.

Par cette décision, la Cour de cassation entend rappeler que les conditions de prises en charge du passif par le dirigeant sont strictes. Ainsi, le liquidateur, qui entend faire supporter au dirigeant tout ou partie du passif, doit engager une action en responsabilité contre ce dernier au visa des articles L.651-2 et suivants du Code de commerce en prouvant la faute de gestion du dirigeant ayant contribué à l’insuffisance de la société en liquidation judiciaire. Seule une décision de condamnation, ou une transaction qui interviendrait avant la condamnation (mais après l’assignation), permettrait de mettre à la charge du dirigeant l’insuffisance d’actif de la société. 

A rapprocher : Cass. com., 24 mars 2009, n°07-20.383

Sommaire

Autres articles

some
Responsabilité pour insuffisance d’actif – Faute de gestion ou simple négligence
Cass. com., 13 avril 2022, n°20-20.137 Il résulte de l’article L. 651-2 du Code de commerce qu’en cas de simple négligence dans la gestion de la société, la responsabilité du dirigeant au titre de l’insuffisance d’actif ne peut être engagée. La rupture brutale des…
some
Qualité d’associé de GAEC ou d’une SCI : procédure collective ou surendettement des particuliers ?
Cass. com., 16 décembre 2021, n°20-16.485 et 20-18.344 La seule qualité d’associé d’un GAEC ou d’une SCI ne suffit pas à faire relever la personne concernée du régime des procédures collectives et à l’exclure du champ d’application des dispositions du…
some
Indivisibilité de la procédure de vérification des créances, droits propres du débiteur et notification à l’adresse personnelle de son représentant légal
Cour d’appel de Paris, Pôle 5 – chambre 9, 20 janvier 2022, n°21/09000 La procédure de vérification du passif étant indivisible et le débiteur disposant, en cette matière, d’un droit propre, la déclaration d’appel contre l’ordonnance de rejet du Juge…
some
Précisions sur la caractérisation de l’omission volontaire de déclaration de la cessation des paiements
Cass. com., 12 janvier 2022, n°20-21.427 Une mesure d’interdiction de gérer peut être prononcée à l’égard d’un dirigeant alors même que celui-ci n’avait pas une connaissance effective de l’état de cessation des paiements de sa société à la date fixée…
some
L’efficacité de la déclaration d’insaisissabilité subsiste à la cessation de l’activité professionnelle
Les effets d’une déclaration notariée d’insaisissabilité subsistent aussi longtemps que les droits des créanciers auxquels elle est opposable ne sont pas éteints. Par conséquence, sauf renonciation du déclarant, la cessation de son activité professionnel
Absence d’autorité de la chose jugée de la décision fixant la date de cessation des paiements
Par un arrêt du 29 septembre 2021, la Cour de cassation rappelle que l’existence d’une décision d’irrecevabilité ou de rejet d’une demande de report de la date de cessation des paiements, ne fait pas obstacle à l’introduction d’une nouvelle demande…