webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Social
 

L’impossibilité de neutraliser les critères d’ordre des licenciements dans le cadre d’un PSE

CE, 1er février 2017, n°387886

Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), lorsqu’il est établi par l’employeur, ne saurait omettre un des critères légaux d’ordre des licenciements ou interdire sa pondération de telle sorte que ce critère ne pourrait être effectivement pris en compte.

Ce qu’il faut retenir : Le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), lorsqu’il est établi par l’employeur, ne saurait omettre un des critères légaux d’ordre des licenciements ou interdire sa pondération de telle sorte que ce critère ne pourrait être effectivement pris en compte.
 

Pour approfondir : Sont mises en cause en l’espèce, les dispositions d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) établi unilatéralement par l’administrateur de la société intéressée et homologuées par la Direccte de Basse-Normandie.

Le PSE prévoyait le licenciement de 35 des 72 salariés et définissait, en application des dispositions de l’article 1233-5 du code du travail, des critères d’ordre présidant au choix des salariés licenciés au sein de chaque catégorie professionnelle concernée.

Ces critères étaient au nombre de quatre, pondérés de la façon suivante : « les charges de famille, avec deux points par enfant à charge et cinq points en qualité de parent isolé, l'ancienneté dans l'entreprise, avec deux points par année pleine d'ancienneté au 4 mars 2014, les difficultés de réinsertion, avec cinq ou six points pour les salariés handicapés ou âgés et deux points pour les salariés en congé de maternité ou victimes d'un accident du travail et, enfin, la qualification professionnelle, avec une pondération uniforme d'un point par salarié ».

La décision d’homologation du PSE prise par la Direccte est alors attaquée par une partie des salariés de la société en raison de la notation uniforme d’un point pour l’ensemble des salariés pour le critère « qualité professionnelle ».

En effet, aux termes des dispositions de l’article 1233-5 du code du travail, en l’absence d’accord collectif applicable, l’employeur doit prendre en compte les 4 critères évoqués ci-dessus dans le PSE et peut en privilégier un « à condition de tenir compte de l’ensemble des autres critères » prévus à cet article.

Le Conseil d’Etat en déduit que « le document unilatéral de l’employeur fixant le plan de sauvegarde de l’emploi ne saurait légalement, ni omettre l’un de ces critères, ni affecter à l’un d’entre eux la même valeur pour tous les salariés, dès lors que l’omission d’un critère dans le plan de sauvegarde de l’emploi, ou l’interdiction de le moduler, ont pour effet d’empêcher par avance que ce critère puisse être effectivement pris en compte au stade de la détermination de l’ordre des licenciements », confirmant ainsi l’arrêt de la Cour d’appel administrative de Nantes.

La Haute juridiction administrative réserve cependant un cas d’exonération de la règle ainsi établie en précisant que « l'autorité administrative ne saurait, par conséquent, homologuer un tel document, sauf s'il est établi de manière certaine, dès l'élaboration du plan de sauvegarde de l'emploi, que, dans la situation particulière de l'entreprise et au vu de l'ensemble des personnes susceptibles d'être licenciées, aucune des modulations légalement envisageables pour le critère en question ne pourra être matériellement mise en œuvre lors de la détermination de l'ordre des licenciements ».

Est ainsi laissé une possibilité de neutralisation d’un des critères dans le cas spécifique où sa mise en œuvre serait rendue impossible par des conditions particulières tenant à l’entreprise et à ses salariés.
 

A rapprocher : TA Cergy-Pontoise, 16 janvier 2017, n°1609820 (sur les zones d’emploi, périmètre minimum d’application des critères d’ordre)

VOIR AUSSI

Abandon de notion de préjudice nécessaire : nouvelle dérogation

Cass. soc., 17 octobre 2018, n°17-14.392

- Vu : 125

En cas de licenciement économique, l’absence de mise en place d’instances représentatives du personnel (IRP), alors que l’employeur y était tenu, et sans qu’un procès-verbal de carence n’ait été établi, cause un préjudice aux salariés privés ainsi d’une possibilité de représentation et de défense de leurs intérêts.

> Lire la suite

Information du liquidateur et protection du salarié

Cass. soc., 1er juin 2017, n°16-22.221

- Vu : 622

Il appartient au salarié qui se prévaut d'une protection en raison d'un mandat extérieur à l'entreprise d'établir qu'il a informé le liquidateur de l'existence de ce mandat au plus tard lors de l'entretien préalable au licenciement, ou, s'il s'agit d'une rupture ne nécessitant pas un entretien préalable, au plus tard avant la notification de l'acte de rupture, ou que le liquidateur en avait connaissance.

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 5642
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 5424
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 5322
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3418
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©