Vente de gré à gré d’un immeuble : absence d’obligation d’information et de conseil du liquidateur judiciaire

Photo de profil - AUBRY Marion | Avocat | Lettre du Restructuring

AUBRY Marion

Avocat

Cass. civ. 3ème, 21 décembre 2017, n°16-20.675

Lors de la vente de gré à gré de l’immeuble d’un débiteur en liquidation judiciaire, le liquidateur n’est pas tenu d’une obligation d’information et de conseil à l’égard de l’acquéreur.

Ce qu’il faut retenir : Lors de la vente de gré à gré de l’immeuble d’un débiteur en liquidation judiciaire, le liquidateur n’est pas tenu d’une obligation d’information et de conseil à l’égard de l’acquéreur.

Pour approfondir : En l’espèce, par ordonnance du 11 avril 2008, le juge-commissaire à la liquidation d’une société civile immobilière (SCI) a ordonné la vente de gré à gré de quatre parcelles et de deux appartements en copropriété au profit d’une société. Cette dernière n’ayant pas signé l’acte authentique de vente, le mandataire ad hoc de la SCI l’a assignée, ainsi que le liquidateur judiciaire en paiement du prix de vente.

Par un arrêt du 18 avril 2016, la Cour d’appel de Basse-Terre a débouté le mandataire ad hoc de la SCI de sa demande en paiement du prix de vente et a accueilli favorablement la demande de l’acquéreur en condamnant le liquidateur judiciaire de la SCI à lui payer des dommages-intérêts au motif qu’il devait assurer l’exécution de bonne foi de la vente et appeler l’attention du futur acquéreur sur le risque de valider son offre d’acquisition des terrains avant l’expiration du délai de recours contre le permis de construire obtenu le 6 mars 2008.

Au visa des dispositions de l’article 1147 du Code civil, dans leur rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance du 10 février 2016, la Cour de cassation, par un arrêt du 21 décembre 2017 publié au bulletin, casse partiellement la décision de la Cour d’appel en ce qu’elle a retenu une obligation d’information et de conseil du liquidateur judiciaire à l’égard de l’acquéreur lors de la vente de gré à gré de l’immeuble d’un débiteur en liquidation.

Aux termes des dispositions de l’article L.642-18 du Code de commerce, le juge-commissaire peut autoriser la vente de gré à gré de l’immeuble du débiteur aux prix et conditions qu’il détermine. La vente de l’immeuble est parfaite dès l’ordonnance du juge-commissaire qui l’autorise, sous la condition suspensive que la décision acquière force de chose jugée, et ce même si la réalisation de cette vente n’intervient que par l’accomplissement d’actes postérieurs à la décision du juge-commissaire (Cass. com., 4 octobre 2005, n°04-15.062).

Bien qu’il s’agisse d’une vente qualifiée de « gré à gré », la vente en liquidation judiciaire n’est pas juridiquement une vente volontaire, mais une vente faite par autorité de justice. Aussi, au vu de la nature juridique de la vente de « gré à gré » intervenue en liquidation judiciaire, la présente décision vient préciser que l’acquéreur désigné ne peut venir rechercher la responsabilité personnelle du liquidateur judiciaire pour manquement à une obligation d’information ou de conseil.

Cette solution se justifie par la nécessité de sécuriser les opérations de réalisation de l’actif. Dans la pratique, le prix proposé par les acquéreurs potentiels intègre en tout état de cause l’absence de garantie tirée du droit commun qui entoure la vente en liquidation judiciaire

A rapprocher : L.642-18 du Code de commerce

Sommaire

Autres articles

some
L’associé sans mandat social qui s’immisce dans la gestion de la société est un dirigeant de fait
Un associé qui n’est ni salarié ni mandataire social d’une société mais qui joue un rôle de décideur, matérialisé notamment par l’utilisation d’une adresse électronique à son nom au sein de la société, doit être qualifié de dirigeant de fait…
some
La protection renforcée de la caution personne physique en cas d’adoption d’un plan de sauvegarde
La caution personne physique peut se prévaloir des dispositions adoptées dans le plan de sauvegarde vis-à-vis du créancier pour échapper au paiement, dès lors que la procédure collective est ouverte après le 1er janvier 2006, et ce indépendamment de la...
some
Formalisme de l’opposition formée contre un arrêt prononçant la liquidation judiciaire : l’exigence sévère de la Cour de cassation
Le seul mode de saisine de la cour d’appel d’une opposition à un arrêt, rendu par défaut, ouvrant une liquidation judiciaire à l’égard des associés d’une société en nom collectif, est la déclaration au greffe, de sorte que l’opposition formée…
some
Modalités de versement du capital non libéré d’une SARL en cas d’ouverture d’une procédure collective
En cas d’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire à l’égard d’une société à responsabilité limitée, le liquidateur judiciaire n’est pas fondé à solliciter le versement de la fraction du capital social non libéré auprès d’un associé...
some
Le caractère exclusif du recours de l’article R.624-8 du Code de commerce pour les associés de SCI
La Cour de cassation précise que l'autorité de chose jugée qui s'attache à la décision irrévocable d'admission d'une créance au passif de la liquidation d'une société civile s'impose à ses associés. Ainsi, l’associé qui n'a pas présenté la réclamation...
some
Action ne relevant pas du monopole du représentant des créanciers : nouvelle illustration
L’action en responsabilité intentée à l’encontre d’une banque pour inexécution d’un mandat de vente des titres d’une société ayant par la suite fait faillite est étrangère à la protection et à la reconstitution du gage commun et ne relève donc…