webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Actionnaires / Investisseurs
 

Le caractère exclusif du recours de l’article R.624-8 du Code de commerce pour les associés de SCI

Cass. com., 20 janvier 2021, n°19-13.539

Au visa des articles 1355 du Code civil, 583 du Code de procédure civile et R.624-8, alinéa 4 du Code de commerce, la Cour de cassation précise que l'autorité de chose jugée qui s'attache à la décision irrévocable d'admission d'une créance au passif de la liquidation d'une société civile s'impose à ses associés. Ainsi, l’associé qui n'a pas présenté la réclamation prévue par l'article R.624-8 du Code de commerce, dans le délai fixé par ce texte est sans intérêt à former tierce-opposition à la décision, antérieure, condamnant la SCI au paiement de ladite créance et sur le fondement de laquelle celle-ci a été admise.



Dans cette espèce, une banque a consenti deux prêts à une société civile immobilière les 27 mars et 24 avril 2007.

Par un arrêt du 24 mars 2011, devenu irrévocable le 28 juin 2012, la Cour d’appel de Bourges a condamné la SCI à payer à la banque diverses sommes dues au titre de ces prêts.

La SCI a ensuite été placée en redressement judiciaire le 3 février 2014 puis en liquidation judiciaire le 9 février 2015 et les créances déclarées par la banque, sur le fondement de l’arrêt du 24 mars 2011, ont été admises par une ordonnance du juge-commissaire du 2 février 2015.

La banque a alors assigné les associés de la SCI, tenus en tant que tels des dettes de celles-ci à proportion de leur part dans le capital social. Parallèlement, les associés ont formé tierce-opposition à l’arrêt du 24 mars 2011 et ont demandé l’annulation des deux contrats de prêt et le rejet de la demande en paiement formée par la banque contre la SCI.

La Cour d’appel de Bourges, par un arrêt du 17 janvier 2019, a déclaré recevable la tierce opposition formée par les associés, a jugé que les contrats de prêt étaient nuls pour non-conformité à l’objet social et a, en conséquence, rejeté les demandes en paiement fondées sur les deux contrats de prêt.

Dans ces circonstances, la banque a formé un pourvoi en cassation, en se fondant, notamment, sur l’article R.624-8 alinéa 4 du Code de commerce qui dispose : « Tout intéressé peut présenter une réclamation devant le juge-commissaire dans le délai d'un mois à compter de la publication [de l’état des créances]. » estimant, en application de cette disposition, que faute d’avoir formulé la moindre réclamation, les associés de la SCI n’avaient pas d’intérêt à former tierce opposition à l’encontre de l’arrêt du 24 mars 2011, antérieur à la procédure collective.

La Haute Cour a fait droit aux demandes de la banque, et a rendu, au visa des articles 1355 du Code civil, 583 du Code de procédure civile et R.624-8, alinéa 4 du Code de commerce, la décision suivante :

« L’autorité de chose jugée qui s’attache à la décision irrévocable d’admission d’une créance au passif de la liquidation d’une société civile s’impose à ses associés, de sorte que, s’il n’a pas présenté contre une telle décision la réclamation prévue par l’article R.624-8 du Code de commerce, dans le délai fixé par ce texte, l’associé d’une société civile en liquidation judiciaire est sans intérêt à former tierce-opposition à la décision, antérieure, condamnant la société au paiement de ladite créance et sur le fondement de laquelle celle-ci a été admise. »

La Cour de cassation estime donc que faute d’avoir formé la moindre contestation de l’état des créances dans le délai d’un mois à compter de la publication, l’autorité de chose jugée attachée à l’admission au passif est opposable aux associés, qui ne sont plus en mesure de former opposition.

La Chambre commerciale estime que l’associé de la SCI doit être considéré comme les autres tiers intéressés, en premier lieu desquels figurent les cautions du débiteur de la procédure collective. A ce titre, la Cour de cassation avait déjà estimé que les cautions du débiteur pouvant former réclamation contre l'état des créances déposé au greffe du tribunal de commerce par le juge-commissaire, en qualité de tiers intéressés conformément aux dispositions de l’article R.624-8 du Code de commerce, la tierce opposition contre l'arrêt confirmant l'ordonnance d'admission de la créance ne leur est pas ouverte. (Cass. com., 6 décembre 2011, n°10-25.571). La Chambre commerciale a d’ailleurs adopté une position similaire s’agissant du garant autonome (Cass. com., 29 avr. 2003, n°99-15.544) ou du constituant d’une sureté réelle (Cass. com., 18 janv. 2017, n°15-10.752).

A rapprocher : Cass. com., 8 mars 2017, n°15-22.987 ; Cass. com., 29 avr. 2003, n°99-15.544 ; Cass. com., 18 janv. 2017, n°15-10.752

VOIR AUSSI

L’associé sans mandat social qui s’immisce dans la gestion de la société est un dirigeant de fait

Cass. com., 2 juin 2021, n°20-13.735

- Vu : 436

Un associé qui n’est ni salarié ni mandataire social d’une société mais qui joue un rôle de décideur, matérialisé notamment par l’utilisation d’une adresse électronique à son nom au sein de la société, doit être qualifié de dirigeant de fait et peut être sanctionné à ce titre d’une interdiction de gérer.

> Lire la suite

Sur la durée du plan de redressement des agriculteurs personnes morales

Cass. com., 29 novembre 2017, n°16-21.032

- Vu : 3776

En l’état de la jurisprudence du Conseil constitutionnel, la durée du plan de redressement pour les agriculteurs personnes morales ne peut excéder dix ans.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 18155
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 14204
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 13655
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 8093
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©