Sur le caractère exigible de la créance fiscale en l’absence de contestation devant le juge de l’impôt

Photo de profil - AUBRY Marion | Avocat | Lettre du Restructuring

AUBRY Marion

Avocat

Cass. com., 11 avril 2018, n°16-23.019

Une créance fiscale, ayant fait l’objet d’un titre exécutoire, rentre dans le passif exigible, permettant d’apprécier l’état de cessation des paiements, en l’absence de contestation du débiteur devant le juge de l’impôt.

Ce qu’il faut retenir : Une créance fiscale, ayant fait l’objet d’un titre exécutoire, rentre dans le passif exigible, permettant d’apprécier l’état de cessation des paiements, en l’absence de contestation du débiteur devant le juge de l’impôt.

Pour approfondir : En l’espèce, sur assignation délivrée par le comptable du pôle de recouvrement spécialisé (le comptable public), une société a été placée en liquidation judiciaire suivant jugement du 19 avril 2016.

Par un arrêt du 30 juin 2016, la Cour d’appel de Lyon constate l’état de cessation des paiements de la société. Elle relève, d’une part, l’absence d’actif disponible, et, d’autre part, un passif exigible constitué d’une créance fiscale d’un montant de 162.915,00 euros ayant donné lieu à un avis de mise en recouvrement suite au rejet de la réclamation formée par la débitrice et en l’absence de recours de cette dernière devant le juge de l’impôt compétent.

Le débiteur forme un pourvoi en cassation contre cet arrêt. Il soutient que la créance fiscale était une créance contestée, donc dépourvue de certitude, ne permettant pas de caractériser l’état de cessation des paiements au regard des dispositions de l’article L.631-1 du Code de commerce. Selon le moyen, ce montant représentait une taxation d’office formellement remis en cause par la demanderesse.

Par un arrêt du 11 avril 2018 publié au bulletin, la Cour de cassation rejette le moyen aux motifs que :

« (…) les créances fiscales ne peuvent être contestées que dans les conditions prévues au livre des procédures fiscales ; qu’il ne relève pas de la compétence du juge saisi de la demande d’ouverture d’une procédure collective formée contre un redevable de se prononcer sur l’existence ou le montant des créances fiscales à inclure dans le passif exigible afin d’apprécier la cessation des paiements de ce redevable ; que constatant, d’abord, par des motifs non critiqués, que la société IME ne détient aucun actif disponible, l’arrêt relève, ensuite, que le passif exigible est constitué d’une créance fiscale de 162 915 euros ayant donné lieu, après le rejet de la réclamation formée par la débitrice, à l’établissement d’avis de mise en recouvrement ; que par ces constatations, desquelles il résulte que le comptable public disposait d’un titre exécutoire ; que la société débitrice, qui ne démentait pas l’allégation du comptable sur ce point, n’avait pas contesté en saisissant le juge de l’impôt compétent à la suite du rejet de sa réclamation, la Cour d’appel a inclu à bon droit dans le passif exigible la créance fiscale qui n’était pas litigieuse.»

Cette décision contient deux informations importantes (la seconde découlant de la première) sur la notion de passif exigible appliquée aux créances fiscales.

D’une part, les créances fiscales ne pouvant être contestées que dans les conditions prévues au livre de procédures fiscales, il ne relève pas de la compétence du tribunal de la faillite de se prononcer sur l’existence et le montant de la créance fiscale.

D’autre part, la créance fiscale, assortie d’un titre exécutoire, rentre dans le passif exigible en l’absence de contestation du débiteur devant le juge de l’impôt. Par la même, la Cour de cassation semble revenir sur sa décision du 7 mars 2006 aux termes de laquelle elle avait considéré qu’une dette fiscale constituait une dette exigible permettant de caractériser un état de cessation des paiements, nonobstant l’existence d’un recours formé devant le juge de l’impôt (Cass. com., 7 mars 2006, n°04-19.254). Dans cette dernière affaire, la contestation était toutefois au stade de la Cour administrative d’appel.

A rapprocher : L.631-1 du Code de commerce ; Cass. com., 7 mars 2006, n°04-19.254

Sommaire

Autres articles

some
L’associé sans mandat social qui s’immisce dans la gestion de la société est un dirigeant de fait
Un associé qui n’est ni salarié ni mandataire social d’une société mais qui joue un rôle de décideur, matérialisé notamment par l’utilisation d’une adresse électronique à son nom au sein de la société, doit être qualifié de dirigeant de fait…
some
La protection renforcée de la caution personne physique en cas d’adoption d’un plan de sauvegarde
La caution personne physique peut se prévaloir des dispositions adoptées dans le plan de sauvegarde vis-à-vis du créancier pour échapper au paiement, dès lors que la procédure collective est ouverte après le 1er janvier 2006, et ce indépendamment de la...
some
Formalisme de l’opposition formée contre un arrêt prononçant la liquidation judiciaire : l’exigence sévère de la Cour de cassation
Le seul mode de saisine de la cour d’appel d’une opposition à un arrêt, rendu par défaut, ouvrant une liquidation judiciaire à l’égard des associés d’une société en nom collectif, est la déclaration au greffe, de sorte que l’opposition formée…
some
Modalités de versement du capital non libéré d’une SARL en cas d’ouverture d’une procédure collective
En cas d’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire à l’égard d’une société à responsabilité limitée, le liquidateur judiciaire n’est pas fondé à solliciter le versement de la fraction du capital social non libéré auprès d’un associé...
some
Le caractère exclusif du recours de l’article R.624-8 du Code de commerce pour les associés de SCI
La Cour de cassation précise que l'autorité de chose jugée qui s'attache à la décision irrévocable d'admission d'une créance au passif de la liquidation d'une société civile s'impose à ses associés. Ainsi, l’associé qui n'a pas présenté la réclamation...
some
Action ne relevant pas du monopole du représentant des créanciers : nouvelle illustration
L’action en responsabilité intentée à l’encontre d’une banque pour inexécution d’un mandat de vente des titres d’une société ayant par la suite fait faillite est étrangère à la protection et à la reconstitution du gage commun et ne relève donc…