Résiliation du bail commercial par l’administrateur judiciaire

Photo de profil - AUBRY Marion | Avocat | Lettre du Restructuring

AUBRY Marion

Avocat

Cass. com., 24 janvier 2018, n°16-13.333

D’une part, l’avis écrit du ministère public n’a pas à être communiqué aux parties lorsqu’il est sans influence sur la solution du litige. D’autre part, l’administrateur judiciaire dispose de la faculté de mettre un terme à tout moment au bail, nonobstant le règlement des loyers échus pendant la période d’observation et l’existence de fonds suffisants pour le paiement des loyers à échoir.

Ce qu’il faut retenir : D’une part, l’avis écrit du ministère public n’a pas à être communiqué aux parties lorsqu’il est sans influence sur la solution du litige.

D’autre part, en application des dispositions de l’article L.622-14 du Code de commerce, l’administrateur judiciaire dispose de la faculté de mettre un terme à tout moment au bail, nonobstant le règlement des loyers échus pendant la période d’observation et l’existence de fonds suffisants pour le paiement des loyers à échoir. La résiliation est effective dès le jour où le bailleur en est informé, peu important le fait que l’administrateur judiciaire ait indiqué que la résiliation interviendrait à une date ultérieure.

Pour approfondir : En l’espèce, suivant jugement du 30 mars 2010, une société a été placée en procédure de sauvegarde et a bénéficié d’un plan de sauvegarde le 14 septembre 2011. Le même jour, les administrateurs judiciaires ont informé la société bailleresse de la résiliation de trois baux consentis à leur administrée sur des immeubles utilisés pour son activité. La bailleresse a saisi le juge-commissaire aux fins de voir déclarer ces lettres de résiliation inopposables à son égard.

Par un arrêt en date du 27 janvier 2016, la Cour d’appel de Saint-Denis de la Réunion rejette les demandes de la bailleresse.

La société bailleresse forme un pourvoi en cassation.

Dans son premier moyen, elle fait grief à l’arrêt de dire que la résiliation des baux lui est opposable alors que l’avis du ministère public, visé au dispositif de l’arrêt attaqué, a été donné par voie de conclusions écrites sans lui être communiqué de sorte qu’elle n’a pas été en mesure d’y répondre.

Dans son deuxième moyen, elle soutient, d’une part, que les administrateurs judiciaires ne pouvaient pas mettre fin aux baux le dernier jour de la période d’observation après avoir poursuivi l’exécution de ces derniers pendant dix-huit mois sans justifier d’une insuffisance de fonds pour le paiement des loyers à échoir et, d’autre part, que l’option de non-continuation assortie d’un effet différé est irrégulière de sorte qu’elle ne saurait entraîner la résiliation du contrat.

Par un arrêt du 24 janvier 2018, publié au bulletin, la Cour de cassation rejette les deux moyens.

Concernant le premier moyen, elle rappelle que l’avis écrit du ministère public n’a pas à être communiqué aux parties lorsqu’il est sans influence sur la solution du litige. Or, en l’espèce, la mention “vu et s’en rapporte, le 24 octobre 2014” avec le tampon et la signature d’un magistrat du parquet général près la cour d’appel était apposée sur la cote du dossier de la procédure. Cette solution vient confirmer la jurisprudence de la Cour de cassation en la matière (Cass. com., 20 avril 2017, n°15-20.356).

Concernant le deuxième moyen, elle rappelle, d’une part, que si les administrateurs judiciaires ont l’obligation, en application de l’article L.622-13 II du Code de commerce, de résilier un contrat à exécution successive à défaut de fonds suffisants pour acquitter le terme suivant, ils conservent dans tous les cas la faculté (discrétionnaire) de mettre un terme à tout moment aux baux, conformément aux dispositions de l’article L.622-14 du Code de commerce, et ce nonobstant l’existence de fonds permettant de régler les loyers à échoir

D’autre part, elle retient que la résiliation est effective dès le jour où le bailleur en est informé. Ainsi, le fait d’indiquer que la résiliation interviendrait à une date ultérieure n’a pas pour effet de la rendre irrégulière ou d’en différer la date conformément aux dispositions de l’article L.622-14 du Code de commerce.

Cette décision est très intéressante en pratique. En effet, d’une manière générale, les administrateurs judiciaires résilient le contrat de bail avec une date à effet différé pour permettre le déménagement. La solution revient à conserver l’efficacité de la résiliation tout en neutralisant son effet différé.

A rapprocher : Cass. com., 20 avril 2017, n°15-20.356 ; L.622-13 du Code de commerce ; L.622-14 du Code de commerce

Sommaire

Autres articles

some
L’associé sans mandat social qui s’immisce dans la gestion de la société est un dirigeant de fait
Un associé qui n’est ni salarié ni mandataire social d’une société mais qui joue un rôle de décideur, matérialisé notamment par l’utilisation d’une adresse électronique à son nom au sein de la société, doit être qualifié de dirigeant de fait…
some
La protection renforcée de la caution personne physique en cas d’adoption d’un plan de sauvegarde
La caution personne physique peut se prévaloir des dispositions adoptées dans le plan de sauvegarde vis-à-vis du créancier pour échapper au paiement, dès lors que la procédure collective est ouverte après le 1er janvier 2006, et ce indépendamment de la...
some
Formalisme de l’opposition formée contre un arrêt prononçant la liquidation judiciaire : l’exigence sévère de la Cour de cassation
Le seul mode de saisine de la cour d’appel d’une opposition à un arrêt, rendu par défaut, ouvrant une liquidation judiciaire à l’égard des associés d’une société en nom collectif, est la déclaration au greffe, de sorte que l’opposition formée…
some
Modalités de versement du capital non libéré d’une SARL en cas d’ouverture d’une procédure collective
En cas d’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire à l’égard d’une société à responsabilité limitée, le liquidateur judiciaire n’est pas fondé à solliciter le versement de la fraction du capital social non libéré auprès d’un associé...
some
Le caractère exclusif du recours de l’article R.624-8 du Code de commerce pour les associés de SCI
La Cour de cassation précise que l'autorité de chose jugée qui s'attache à la décision irrévocable d'admission d'une créance au passif de la liquidation d'une société civile s'impose à ses associés. Ainsi, l’associé qui n'a pas présenté la réclamation...
some
Action ne relevant pas du monopole du représentant des créanciers : nouvelle illustration
L’action en responsabilité intentée à l’encontre d’une banque pour inexécution d’un mandat de vente des titres d’une société ayant par la suite fait faillite est étrangère à la protection et à la reconstitution du gage commun et ne relève donc…