webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Actionnaires / Investisseurs
 

L’irrecevabilité d’une action en responsabilité intentée par un associé tendant à la reconstitution du gage commun

Cass. com., 27 septembre 2017, n°15-24.562

Une action en responsabilité, intentée par un associé aux titres de la perte de la valeur de ses titres ou d’une créance en compte courant est irrecevable, seul le commissaire à l’exécution du plan ayant qualité à agir dans l’intérêt collectif des créanciers.



Ce qu’il faut retenir : Une action en responsabilité, intentée par un associé aux titres de la perte de la valeur de ses titres ou d’une créance en compte courant est irrecevable, seul le commissaire à l’exécution du plan ayant qualité à agir dans l’intérêt collectif des créanciers.

Pour approfondir : Cet arrêt s’inscrit dans la continuité de la jurisprudence de la Cour de cassation qui considère que les actions ayant vocation à reconstituer le gage commun des créanciers relèvent du monopole exclusif du commissaire à l’exécution du plan.

L’action en réparation du préjudice collectif subi par les créanciers doit donc être engagée par un organe ayant qualité à agir.

En l’espèce, un administrateur judiciaire a été nommé suite à l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire au profit de six sociétés d’un même groupe. Un jugement a ordonné la confusion des patrimoines des sociétés et l’administrateur judiciaire a été nommé en qualité de commissaire à l’exécution du plan de cession qui a été arrêté.

Ce dernier a été assigné en responsabilité civile personnelle, par le dirigeant et un couple d’associés, eux-mêmes assignés en comblement du passif, aux fins d’obtenir réparation de leurs préjudices tenant à la perte de leur participation dans le capital social de la société et de leur créance en compte courant.

La Cour de cassation était saisie d’un moyen d’irrecevabilité soulevé par les organes de la procédure, ces derniers considérant que les associés n’avaient pas qualité pour agir en reconstitution du gage commun.

La chambre commerciale de la Cour de cassation, en confirmant la décision des juges du fond, a jugé que :

« Tendant à la reconstitution du gage commun des créanciers, l’action en responsabilité intentée par un associé aux titres de la perte de la valeur de ses parts sociales ou actions et de la perte d’une créance en compte courant ne peut être exercée que par l’organe ayant qualité pour agir dans l’intérêt collectif des créanciers. »

Cette décision confirme ainsi les précédentes décisions rendues en la matière et vient réaffirmer que la protection de l’intérêt collectif et les actions en reconstitution du gage commun relèvent exclusivement de la compétence du mandataire judiciaire, du commissaire à l’exécution du plan ou du liquidateur et ce, conformément aux dispositions de l’article L.622-20 du Code de commerce.

A rapprocher : Article L.622-20 du Code de commerce ; Cass. com., 2 juin 2015, n°13-24.714 ; Cass. civ. 1ère, 3 février 2016, n°14-25.695 ; Cass. com., 28 juin 2016 n°14-20.118

VOIR AUSSI

Fixation de la date de cessation des paiements après cessation de l’activité professionnelle

Cass. com., 4 juillet 2018, n°17-16.056

- Vu : 475

Depuis l’entrée en vigueur de la loi du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises, l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire d’un commerçant, radié du registre du commerce, n’est plus soumise à la condition que soit établi un état de cessation des paiements antérieur à la radiation.

> Lire la suite

Sur les critères de la faillite personnelle

Cass. com., 11 avril 2018, n°16-29.103

- Vu : 400

La faillite personnelle du débiteur, placé en liquidation judiciaire, peut être retenue sur le fondement du détournement d’actifs dépendant de la liquidation judiciaire au regard des conclusions du rapport de l’expert lorsque les actifs dissimulés ou soustraits n’ont pu être inventoriés.

> Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 6573
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 6263
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 6050
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3770
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©