webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Actionnaires / Investisseurs
 

Sur le dessaisissement du débiteur - associé en liquidation - pour l’exercice des actions tendant au recouvrement de ses créances

Cass. civ. 1ère, 6 septembre 2017, n°16-10.711

Au visa des dispositions de l’article L.641-9 du Code de commerce, la Cour de cassation rappelle qu’aucun droit propre ne fait échec au dessaisissement du débiteur pour l’exercice des actions tendant au recouvrement de ses créances.



Ce qu’il faut retenir : Au visa des dispositions de l’article L.641-9 du Code de commerce, la Cour de cassation rappelle qu’aucun droit propre ne fait échec au dessaisissement du débiteur pour l’exercice des actions tendant au recouvrement de ses créances.

Pour approfondir : En l’espèce, une société civile professionnelle (SCP) d’huissiers de justice a été dissoute pour cause de mésentente. En vertu d'un traité de cession en date du 23 août 2002, une des anciens associés a été placée en liquidation judiciaire suivant un jugement d’ouverture en date du 6 novembre 2007. Le liquidateur amiable de la société dissoute a assigné les anciens associés et le mandataire judiciaire aux fins de voir homologuer judiciairement l’état liquidatif de la société dissoute et prononcer la clôture de la liquidation amiable.

Par un arrêt en date du 18 novembre 2015, la Cour d’appel de Riom a homologué l'état liquidatif rectifié de la SCP, fixé les créances respectives des associés.

Les pourvois formés par cette débitrice contre la décision de la Cour d’appel ont été déclarés irrecevables par la Cour de cassation faute d’intervention du mandataire judiciaire avant le dépôt du mémoire ampliatif. La Haute juridiction fonde sa décision sur les dispositions de l’article L.641-9 du Code de commerce aux termes desquelles les droits et actions du débiteur concernant son patrimoine sont exercés pendant toute la durée de la liquidation judiciaire par le liquidateur judiciaire.

Cette décision revient sur le périmètre du dessaisissement du débiteur placé en liquidation judiciaire. Selon les dispositions précitées, le débiteur étant dessaisi de l’administration et de la disposition de ses biens, les droits et les actions concernant son patrimoine sont exercés par le liquidateur judiciaire. Le débiteur peut exercer seul les droits et les actions à caractère extrapatrimonial. 

La Haute juridiction fonde sa décision sur cette distinction. L’action en contestation de l’état liquidatif d’une société tend au recouvrement de la créance dont il dispose au titre de ses droits sociaux, de la reprise de ses apports, de ses droits aux dividendes et au boni liquidation. Elle relève donc des droits patrimoniaux de l’associé. Dans ces conditions, elle doit être exercée par le liquidateur judiciaire.

Cette décision est à rapprocher de l’arrêt rendu par la Cour de cassation le 23 septembre 2014, selon lequel l'action en paiement du solde d'un compte courant d'associé n'est pas une action liée à la qualité d'associé concernant le patrimoine de la personne morale mais tend au recouvrement de la créance dont dispose l'associé contre la personne morale et doit, dès lors, être exercée par son liquidateur (Cass. com., 23 septembre 2014, 12-29.262). Au contraire, le liquidateur judiciaire n’a pas qualité pour exercer les droits extrapatrimoniaux de l’associé comme les droits politiques, lesquels doivent être exercés uniquement par le débiteur (Cass. com., 18 octobre 2011, n°10-19.647 ; Cass. com., 19 juin 2012, n°10-14.497).

A rapprocher : Cass. com., 23 septembre 2014, n°12-29.262 ; Cass. com., 18 octobre 2011, n°10-19.647 ; Cass. com., 19 juin 2012, n°10-14.497 ; L.641-9 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Fixation de la date de cessation des paiements après cessation de l’activité professionnelle

Cass. com., 4 juillet 2018, n°17-16.056

- Vu : 391

Depuis l’entrée en vigueur de la loi du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises, l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire d’un commerçant, radié du registre du commerce, n’est plus soumise à la condition que soit établi un état de cessation des paiements antérieur à la radiation.

> Lire la suite

Application immédiate de la loi plus douce à la sanction de l’interdiction de gérer

Cass. com., 24 mai 2018, n°17-18.918

- Vu : 387

Le respect du principe constitutionnel de nécessité des peines commande que, lorsque le juge civil est amené à prononcer une sanction ayant le caractère d'une punition telle que l'interdiction de gérer, la loi nouvelle moins sévère reçoive application aux procédures collectives en cours.

> Lire la suite


Les plus vus...
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 5642
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 5424
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 5323
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Une illustration de l’excès de pouvoir ouvrant le recours-nullité
7 septembre 2017 - Vu : 3418
La Cour d’appel, qui déclare irrecevable le recours formé par le débiteur à l’encontre du jugement arrêtant le ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©