webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Actionnaires / Investisseurs
 

La conception très restrictive du co-emploi

Cass. soc., 7 mars 2017, n°15-16.865

Par un arrêt du 7 mars 2017, la Cour de cassation a réaffirmé sa conception plus que restrictive du co-emploi dans une espèce où, les forts liens existants et reconnus entre la société mère et sa filiale portaient pourtant à croire qu’une telle qualification puisse être justifiée.



Ce qu’il faut retenir : Par un arrêt du 7 mars 2017, la Cour de cassation a réaffirmé sa conception plus que restrictive du co-emploi dans une espèce où, les forts liens existants et reconnus entre la société mère et sa filiale portaient pourtant à croire qu’une telle qualification puisse être justifiée.

La position prise par la Cour de cassation, qui s’inscrit dans la continuité des précédentes décisions, permet de refermer la brèche qui avait été ouverte en 2012 par le Tribunal de Grande Instance de Lons le Saunier par une décision plus que contestable.

Pour approfondir : L’action fondée sur la notion de co-emploi a pour but de faire prendre en charge le paiement des salaires et autres indemnités salariales par la société mère ou toute autre société qui serait solvable et qui aurait des liens étroits avec la société qui emploie les salariés.

Cette notion s’est développée à la suite d’un jugement du Tribunal de grande instance de Lons le Saunier du 22 août 2012 qui, sur ce fondement, a condamné la société ARCHE à verser aux institutions représentatives du personnel de la société MBF une somme de 8 M€ en raison de l’existence d’un lien de dépendance et de subordination qui privait la société MBF de toute autonomie industrielle, commerciale et administrative.

En l’espèce, les faits étaient les suivants ; un casino, filiale d’un grand groupe français, a été placé en procédure de redressement judiciaire qui a par la suite fait l’objet d’une conversion en procédure de liquidation judiciaire.

Trois des salariés licenciés ont alors saisi les juridictions prud’homales aux fins de faire condamner la société mère ainsi que sa filiale au paiement de différentes sommes sur le fondement du co-emploi.

Au soutien de leurs prétentions, les salariés arguaient du fait que la société mère disposait de représentants dans les organes de direction de sa filiale et les deux sociétés étaient liées par une convention de prestation de service prévoyant l’intervention de la mère en support des services marketing, financier, technique, ressources humaines, administratif ou encore comptable.

Il était également soutenu que le dirigeant de la filiale devait soumettre son budget à l’approbation de de la société mère et rendre compte de sa gestion de telle sorte que la société filiale ne jouissait d’aucune indépendance stratégique.

Ainsi, l’ensemble des conditions du co-emploi telles que retenues par le Tribunal de Lons le Saunier étaient réunies.

La Chambre sociale de la Cour de cassation, s’inscrivant dans la continuité de ses précédentes décisions et notamment de sa décision rendue à l’occasion de l’affaire dite « Molex », (Cass. Soc., 2 juil. 2014, n°13-15.208) a jugé, par un attendu de principe, que :

« une société faisant partie d'un groupe ne peut être considérée comme un coemployeur, à l'égard du personnel employé par une autre, que s'il existe entre elles, au-delà de la nécessaire coordination des actions économiques entre les sociétés appartenant à un même groupe et de l'état de domination économique que cette appartenance peut engendrer, une confusion d'intérêts, d'activités et de direction, se manifestant par une immixtion dans la gestion économique et sociale de cette dernière ».

Cette décision s’inscrit dans la continuité des précédentes décisions rendues en la matière et vient confirmer la conception restrictive de la notion de co-emploi par la Cour de cassation qui limite en réalité l’action fondée sur les dispositions relatives au co-emploi au seul cas où il existe une réelle confusion entre les deux sociétés, pour ne pas dire des relations financières anormales ou une certaine fictivité… soit le fondement de l’action en extension.

A ce titre, la Cour de cassation a récemment eu l’opportunité de juger qu’en présence d’une réelle confusion entre deux sociétés d’un même groupe dont l’une avait perdu son autonomie au profit de l’autre, et notamment une partie importante de ses services d’exploitation, l’existence d’une situation de co-emploi était caractérisée (Cass. Soc., 6 juillet 2016,-n°15-15.481).

Toutefois, il convient de relever que la qualification de co-emploi implique seulement la prise en charge des droits salariaux à l’inverse d’une action en extension dont les conséquences sont autrement plus néfastes...

A rapprocher : Cass. soc., 6 juillet 2016, n°15-15.481 ; Cass. soc., 10 déc. 2015, n°14-19.316 ; Cass. soc., 2 juil. 2014, n°13-15.208 ; TGI Lons Le Saunier, 22 août 2012

VOIR AUSSI

Le caractère exclusif du recours de l’article R.624-8 du Code de commerce pour les associés de SCI

Cass. com., 20 janvier 2021, n°19-13.539

- Vu : 789

Au visa des articles 1355 du Code civil, 583 du Code de procédure civile et R.624-8, alinéa 4 du Code de commerce, la Cour de cassation précise que l'autorité de chose jugée qui s'attache à la décision irrévocable d'admission d'une créance au passif de la liquidation d'une société civile s'impose à ses associés. Ainsi, l’associé qui n'a pas présenté la réclamation prévue par l'article R.624-8 du Code de commerce, dans le délai fixé par ce texte est sans intérêt à former tierce-opposition à la décision, antérieure, condamnant la SCI au paiement de ladite créance et sur le fondement de laquelle celle-ci a été admise.

> Lire la suite

Sur le caractère exigible de la créance fiscale en l’absence de contestation devant le juge de l’impôt

Cass. com., 11 avril 2018, n°16-23.019

- Vu : 3124
Une créance fiscale, ayant fait l’objet d’un titre exécutoire, rentre dans le passif exigible, permettant d’apprécier l’état de cessation des paiements, en l’absence de contestation du débiteur devant le juge de l’impôt. > Lire la suite


Les plus vus...
Conditions de la conversion de la procédure de redressement judiciaire en liquidation judiciaire
15 mars 2018 - Vu : 18670
La conversion de la procédure de redressement judiciaire en une procédure de liquidation judiciaire n’impose pas la constatation de l’état ...
> Lire la suite
Obtention de délais de paiement dans le cadre d’une procédure de conciliation
6 juillet 2017 - Vu : 14667
La procédure de conciliation a pour objectif de rechercher un accord amiable entre l'entreprise et ses principaux créanciers, ...
> Lire la suite
Contrairement au gage, l’hypothèque ne peut bénéficier de l’attribution judiciaire en cas de liquidation judiciaire
7 septembre 2017 - Vu : 14036
Contrairement au créancier gagiste, le créancier hypothécaire ne peut solliciter l’attribution judiciaire du bien en cas d’ouverture d’une ...
> Lire la suite
Sur les conditions de la compétence du juge-commissaire en cas de contestation de créances
4 janvier 2018 - Vu : 8489
Le juge-commissaire est compétent pour statuer sur l’admission ou le rejet de la créance déclarée à condition que ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©