webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe restructuring Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Prévention Procédures collectives Dirigeants Actionnaires / Investisseurs Créanciers Social Opportunités Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre du restructuring
L'actualité juridique et économique des acteurs du restructuring par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Lexique

Consultation des créanciers (de droit commun)

Retour

Cette procédure est applicable lorsque les comités de créanciers ne sont pas constitués, ou ont rejeté les projets de plan de sauvegarde ou de redressement proposés.

L’administrateur judiciaire établit avec le débiteur des propositions d’apurement du passif, lesquelles sont soumises individuellement à chaque créancier ayant déclaré sa créance à la procédure.

Ces propositions peuvent portées sur des délais, remises ou conversion de la créance en capital. Tout créancier n’ayant pas répondu dans un délai de 30 jours est réputé avoir accepté la proposition lorsque celle-ci porte sur des délais et remises de dettes.

En cas de refus du créancier, le Tribunal impose des délais de paiement uniformes pour tous les créanciers ayant refusé, lesquels ne peuvent être supérieurs à 10 ans.

Les créanciers titulaires de (i) créances superprivilégiées, (ii) créances d’un montant inférieur à 500 € dans la limité de 5 % du passif, et (iii) créances garanties par le privilège de la conciliation, ne peuvent se voir imposer par le Tribunal des délais qu’ils n’auraient pas acceptés.

Termes associés : plan de sauvegarde ou de redressement ; créances superprivilégiées ; privilège de la conciliation
Copyright ©2017 La lettre du restructuring | Création et réalisation Webcd©